Erya Island

Venez incarner votre personnage fantastique (fée, ange, neko, démon...) et le faire interargir avec les autres créatures peuplant cette île.
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  
anipassion.com
Partagez | 
 

 Ôte moi cette envie d'attraper ma tronçonneuse ~ [ Quête : Consensus Sylvestre; PV : Shia ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
El Calavera
Créature de Glace
Créature de Glace
avatar

Féminin
Verseau
Nombre de messages : 109
Age : 22

Feuille de personnage
Points d\'expériences:
5/10  (5/10)
Niveau:
1/100  (1/100)
points de vie :
10/10  (10/10)

MessageSujet: Ôte moi cette envie d'attraper ma tronçonneuse ~ [ Quête : Consensus Sylvestre; PV : Shia ]   Mer 7 Nov - 18:00

Le soleil brillait du mieux qu'il pouvait, haut dans le ciel, à l'abri du malheur et des horreurs des Hommes. Et la végétation luxuriante de la forêt semblait faire de même. C'était vraiment un spectacle resplendissant, de voir tout ces végétaux s'épanouir lentement après un long et stérile hiver. La vie sauvage reprenait, et le chant mélodieux et incessant des oiseaux était là pour le rappeler. La plupart des mammifères et des rongeurs gambadaient joyeusement, sans soucis, libres et heureux. Même les arbres, les bosquets et les fleurs dégageaient cette impression de joie et de sérénité. L'endroit rêvé si l'on voulait oublier ses problèmes, et venir marcher calmement en se détendant tout doucement, et se prendre même à se promettre de venir plus souvent ici pour profiter de cette beauté naturelle. Une des clairières était même un écrin vert qui représentait toute la majesté et la beauté de la Nature elle-même. Même les moult rivières et ruisseaux avaient l'air de chanter une Ode à cette resplendissante renaissante.

Mais dans cette clairière se tenait un corbeau plus sombre que le jais, les épaules voûtées, le regard bas. Habillé d'une chemise noire légèrement retroussée au niveau des manches – laissant apparaître une chair plus blanche que celle d'un mort – et un pantalon de la même couleur, El Calavera se tenait debout au centre de ladite clairière. Pour une fois, sans doute grâce à l'ombre dominante dans les bois il n'avait pas mis ses lunettes noires, laissant sans protection et sans cacher ses fameuses iris rouges. Il l'avait aussi fait car il savait d'avance qu'il n'allait croiser personne, à part sa proie. On lui avait demandé d'éliminer une cible. Autrefois, il ne l'aurait fait que pour quelqu'un qu'il connaissait, mais il avait terriblement besoin de cet « argent de poche », malgré sa paye qui était plus que conséquente maintenant. Que voulez-vous, l'Homme en veux toujours plus par nature. Et vu l'extra qu'il y avait si il faisait disparaître le corps, il n'allait pas refuser. Il se promit juste de ne plus le faire, ce n'était pas très bon pour l'éthique et le moral. Et il ne pouvait même pas dire qu'il le faisait pour la beauté du meurtre, ce n'était pas un fanatique de la Mort, loin de là. Chaque assassinat lui rappelait qu'il se rapprochait lui même de plus en plus de cette Mort, qui n'était plus si éloignée maintenant.

Il avait finit son travail, mais l'envie de rentrer ne venait pas. Le corps qu'il avait caché un peu plus loin n'était déjà plus frais depuis longtemps, ça ne l'intéressait pas. Et pourtant son estomac s'acharnait à se tordre dans tout les sens de la façon la plus douloureuse qui soit, pour lui rappeler que le dernier repas n'était décidément plus qu'un vague souvenir, et que c'était loin d'être suffisant. Même si Donatello se nourrissait presque exclusivement de viande humaine, lorsque la faim prenait le dessus et qu'il se trouvait trop loin d'une proie humaine satisfaisante, il pouvait se rabattre sur n'importe quel autre type de viande, même si pour lui toutes les saveurs de cette alimentation n'avaient qu'un vague goût de cendres froides. Se remettant en marche, il décida d'installer des pièges, n'étant pas d'humeur à pourchasser les créatures sylvestres. Il devait faire en sorte qu'il ne se déclenche que si la pression est suffisante – une bête d'un certain poids, donc. Il ne voulait pas manger un ours, mais essayer de manger un lapin est un des choses les plus exécrables qui soient ; impossible de ne pas mordre dans la chair sans tomber sur un os.

Il en posa quelques uns, un peu moins d'une dizaine en continuant de marcher, pour avoir plus de chances de trouver sur quelque chose, puis il retourna vers la clairière, pour aller se reposer. Il trouva un vieil arbre au tronc large et grand, et décida de s'y adosser, fermant les yeux lentement pour dormir quelques instants, le temps qu'il attrape quelque chose. Ses paupières s'alourdirent, et il sombra lentement dans le sommeil tant attendu. La nuit, il n'avait pas souvent le temps de dormir, et pouvoir enfin le faire le détendait et le reposait. … Sauf si, bien sur, il savait qu'il allait faire un cauchemar que l'on pourrait qualifier d'horrible dans le laps de temps entre le moment où il avait fermé les yeux et son réveil proche. Dans cette horreur onirique il revécu ses années aux côtés d'un Parrain italien qu'il respectait toujours énormément, et se trouvait dans son bureau, mais quelque chose n'allait pas... Il se voyait, lui, plus jeune de plusieurs années, même si physiquement il n'avait pas changé, et une ombre se trouvait au dessus de lui et il... Mangeait ? On l'entendait éclater de rire, ricaner, presque s'étouffer, et se repaître de chair, souillant ses vêtements d'un sang sombre et fluide. Il ne put voir l'identité de celui qui se nourrissait de lui juste avant de se réveiller... Le Parrain.

Sur cette vision dérangeante, il se réveilla en sursaut. Au même moment, un bruit retentit, assez proche. Enfin, pas vraiment un bruit... Un cri. Mais pas le genre de cri qu'un homme pousserait, répondant à une rage furieuse. Non, plus le cri d'une personne de faible constitution, et sûrement pas en colère. Il avait peut être confondu avec le cri d'un animal, mais il était au moins sur d'avoir attrapé quelque chose. Se levant avec difficulté, l'albinos regarda le lieu d'où le cri venait, et commença de marcher dans cette direction, encore endormi et dérangé par ce qu'il venait de voir dans son rêve. Son inconscient devait sans doute adorer le torturer ainsi, ce n'était pas le premier cauchemar qu'il avait. Ses nuits s'entrecoupaient régulièrement de telles visions, l'empêchant ensuite de se rendormir ou de rester calme et paisible.

Ses pensées tourbillonnèrent dans son esprit pendant qu'il marchait, le rendant plus confus qu'il ne l'était déjà, et troublant la sérénité à laquelle il aspirait. Mais il n'avait même pas le temps de penser à ça, car il se trouva bien vite devant le piège qu'il avait posé, et la proie qu'il avait attrapé. Il fut assez décontenancé en voyant une jeune fille attachée au tronc d'un arbre grâce à des lianes qui étaient dissimulées sous des feuilles sur le sol. Une jeune fille avec de magnifiques cheveux argentés avec de merveilleux reflets bleu lorsque le vent jouait avec les multiples mèches, et des yeux verts profonds. Des traits fins, complétés par une silhouette fine. Une vraie poupée, jeune et magnifique. Et attachée, prise dans le piège censé attraper un mammifère pour procurer au cannibale de quoi becqueter. Il ne s'attendait vraiment pas à ça, et haussa un sourcil.

Il franchit les derniers pas qui le séparait de la jeune fille prise au piège, se posant une multitude de questions. Que devait-il faire ? La manger ? … Il n'avait pas le cœur à ça en voyant son regard innocent. Il se retrouva donc à sortir un poignard de sa poche, passer son doigt le long de la lame pour vérifier qu'il était bien aiguisé, et trancher les liens qui attachaient sa pauvre victime. Il recula de quelques pas, et la fixa. Il se demandait bien ce qu'elle faisait ici, et ce qu'il devait faire, la faim le consumant. Finalement, il ne prononça que quelques mots, presque murmurés :


« Donne moi une seule raison de ne pas te manger... Rápido... »
Revenir en haut Aller en bas
Shia

avatar

Féminin
Capricorne
Nombre de messages : 37
Age : 20

Feuille de personnage
Points d\'expériences:
5/10  (5/10)
Niveau:
1/100  (1/100)
points de vie :
10/10  (10/10)

MessageSujet: Ôte moi cette envie d'attraper ma tronçonneuse ~ [ Quête : Consensus Sylvestre; PV : Shia    Jeu 15 Nov - 17:51

Elle poussa un soupir, agacée. Cirth, l’esprit des plantes, essaya de lui enlacé la taille, elle se déroba d’un mouvement habile du rein, elle bondit sur une branche et poussa un grognement. Il la suivit entre les branches du chêne. Elle soupira, mecontente. Elle se faufila entre les branches aussi vite que possible, s’éloignant du centre de la forêt sachant que l’autre crétin ne pourrait pas s’y éloigner, lui. Elle soupira en regardant la liste des choses à faire avant la fête de la semaine suivante. Elle était surchargée de travail, mais l’autre imbécile avait trouvé le temps de venir l’embêter. Elle se souvint de comment, elle s’était retrouvé dans cette galère. Tout cela avait commencé à cause de lui.
Shiawase s’était transformé en Ange, pour échapper aux tueurs de que son idiot de vampire de « père » lui avait envoyé au trousse. Ayant défendu sa vie vaillamment il dût pourtant s’enfuir pour les semer. Il fit alors un lostpower tandis qu’il survolait une forêt luxuriante serpentée de multiples veines argenté au reflet doré. Il s’était, alors, craché dans une des rivières. Habituel. Mais voilà, lorsqu’il sortit de l’eau, ce ne fut pas un jeune homme mais une ravissante jeune fille.

Elle avait un visage délicat, au trait d’une telle grâce qu’on la crut droit sortit d’un conte de fée. Ses yeux d’un vert profond au reflet bleus pétillaient de malice, ses cheveux argenté ondulaient jusqu’à sa taille. Elle sortit de l’eau telle une naïade qui s’échappait de sa source. Un aigle en opale noire reposait dans le creux de la clavicule de la jeune fille : Oh, Shiawase !
« Non, moi c’est Shia ! Shiawase dort ! »
Ah, très bien, autant pour moi. Alors lorsque Shiawase faisait un lost, il s’endormait en « laissant » sa place à son hologramme féminin qui a sa propre personnalité, sa propre mémoire mais qui n’avait aucun pouvoir. Elle était humaine, excepter sa capacité de guérison hyper rapide qu’elle tenait de l’autre imbécile de vampire ( son père biologique). Pour son plus grand malheur.
Bref, vous avez compris ?...Non ?...C’est sans importance.
Peu après son réveil, elle fut recueillie par des nymphes des bois qui croyaient qu’elle était l’une des leurs qui venait pour la fête du Printemps. Voilà comment, elle s’était retrouvée à organiser une fête pour des esprits de la forêt. Elle n’avait jamais été aussi occupée de toute sa vie. C’est en poussant un soupir résigné, qu’elle se mit en route. Elle savourait le silence, que lui offrait la clairière où elle se trouvait. Le chant des oiseaux l’enchantait plus que tout, l’odeur délicieuse des fleurs l’enivrait.
Lorsqu’elle se penchait pour cueillir des champignons, le sol se souleva brusquement et des lianes, sorties de nulle part, l’enchaîna à un arbre. Elle poussa un cri de surprise en se débattant.

Peu après, elle vit un homme de noir vêtu, s’approcher d’elle. Il lui fit face, semblait hésité sur ce qu’il allait faire, puis il sortit un couteau de sa poche, il passa son doigt dessus et la libéra. Puis il resta silencieux et la dévisagea
« Donne moi une seule raison de ne pas te manger... Rápido... »murmura t-il, enfin, d’une voix presque inaudible.
Elle le dévisagea perplexe. La manger… ? Il était cannibale ou c’était une blague. Elle avait cependant une bonne raison pour ne pas être mangée. Elle sortit son petit carnet rouge et lit attentivement son programme surchargé. Elle fit une moue craquante et répondit d’une voix merveilleuse :
« Je suis overbookée, revenez la semaine prochaine, pour toute autre information contactez le garde forestier ! Sur ce, merci de m’avoir sauvé. Au revoir ! »
Puis elle éclatait d’un rire cristallin. Elle avait toujours rêvé de dire cette phrase, qui évidemment n’était pas fausse, elle était vraiment surchargée, elle aurait besoin d’aide. Elle le détailla un peu plus : L’homme avait la peau aussi blanche que du marbre, ses cheveux étaient blanc cendré. Ses yeux étaient d’une magnifique couleur. Ils brillaient tel le plus magnifique des rubis…Un albinos ?

« Vos yeux sont magnifiques » Souffla t-elle d’une voix envoûtante.
Une idée lui vint doucement à l’esprit, elle lui fit un sourire magnifique.
« Venez, vous devez être affamé. Je vous invite, vous êtes d’accord ? Oh, génial ! Venez »
Elle lui saisit la main et ne fut pas surprise de leur froideur, pas le moins du monde. Elle l’entraîna de force avec elle, sans même lui laisser le temps de répondre où même de donner son avis. Elle le conduisit dans la forêt, s’enfonçant dans le cœur de la forêt. Elle savait où elle allait. Le tumulte lui indiqua qu’ils s’approchaient de l’endroit. Elle poussa une branche pour passer, alors une vision de rêve apparu devant eux : Les rayons du soleil étincelaient au travers les boules d’eau créant des couleurs splendides, des nymphes, des dryades, des elfes, esprits des plantes jouaient, s’amusaient, discutaient en faisant les installations pour la fête. Plusieurs nymphes les saluèrent sur leur progression. Shia le conduisit dans un coin plus calme. Elle le fit asseoir, puis se dépêcha d’aller faire à manger et ce fut à partir de ce moment là que les choses se compliquèrent.
Cirth et les autres garçons la virent emmener à manger à l’homme, ils lui sautèrent dessus, la renversant au sol.

« Tu n’es pas gentille Shia, tu refuses nos avances et tu ramène un homme ici ? »
Elle soupira et balança un coup de pied bien placé au garçon qui la maintenait au sol, aussi rapide que l’éclair elle se redressa et fit subir le même sort au autre garçon avant de les ligotés au tronc d’un arbre. Elle se laissa tomber face à l’homme en noir. Elle passa la main sur son visage, lasse. Cela commençait à devenir pénible à la longue. Elle ne pouvait sortir de la forêt tant que la célébration de la fête du renouveau n’était pas finie, parce que la forêt la considérait comme une nymphe. Puis y avait ces crétins qui voulaient absolument faire d’elle leur chose. Elle lança un regard épuisé à l’Albinos et désigna de la main la table garnit de met délicieux qu’elle avait concocté.
« Je vous en prie, c’est pour vous. » Chuchota t-elle d’une voix lasse et fatiguée.
Elle devait lui dire pour quel raison, elle l’avait emmené ici.
« J’ai besoin de votre aide, s’il vous plaît. J’ai besoin que vous m’aidiez à me protéger de ces crétins, je vous en prie ! » Dit-elle d’une voix précipitée et paniquée. Elle semblait au bord des larmes
Revenir en haut Aller en bas
El Calavera
Créature de Glace
Créature de Glace
avatar

Féminin
Verseau
Nombre de messages : 109
Age : 22

Feuille de personnage
Points d\'expériences:
5/10  (5/10)
Niveau:
1/100  (1/100)
points de vie :
10/10  (10/10)

MessageSujet: Re: Ôte moi cette envie d'attraper ma tronçonneuse ~ [ Quête : Consensus Sylvestre; PV : Shia ]   Jeu 3 Jan - 16:21

* Un repas de choix, vraiment... Regarde sa chair, elle est forcément tendre et ferme. Un vrai repas, pile ce que tu veux. Et il n'y a personne, dans les environs, on ne l'entendra pas crier... Allez, qu'est-ce que tu attends ?! *

Qu'est-ce qu'attendait El Calavera, justement ? Célèbre bandit, pourchassé un peu partout, une référence dans le milieu, presque un modèle, mais avant tout un véritable cannibale pourri jusqu'à l'os. Qu'attendait-il ? Il pouvait se jeter sur la jeune fille pour ne laisser qu'un squelette blanchi, mais pourtant, malgré les supplications de la voix dans sa tête, la voix de la Raison, il ne bougea pas, et n'esquissa pas un seul mouvement agressif envers la charmante demoiselle qui ne prononça même pas un seul remerciement pour l'avoir sauvée. Mais elle fit quelque chose d'encore plus surprenant. Sortant un carnet, elle commença de réciter joyeusement une phrase surprenante. Le rire qui ponctua cette réplique fut tout aussi surprenant.

L'albinos se posa quelques questions, essayant de comprendre qui elle pouvait bien être, mais même en torturant activement sa matière grise, il n'arrivait pas à voir. De par ses relations plus ou moins louches il avait connu beaucoup de gens, et il commençait à reconnaître un certain nombres de visages sur l'Île, mais cette fille... Elle n'avait décidémment pas la tête d'une personne qu'il pourrait connaître, avec ce visage angélique. La plupart de ses connaissances étaient plutôt dans la catégorie des quinquagénaires riches et puissants, avec souvent des airs de fouine ou des regards qui en disaient long sur leur fortune. Mais aucune jeune fille souriante qui éclate de rire. Nouveau mystère, donc. Et puis, que faisait-elle dans la forêt, seule ? Elle semblait ne même pas avoir atteint la majorité.
Mais malheureusement, aucune des questions qu'il se posait n'obtinrent de réponse, car la seconde phrase que prononça la demoiselle le cloua sur place, lui faisant même froncer les sourcils, déformant légèrement la cicatrice qui balafrait son visage. Ses yeux ? Il n'avait même pas pensé à ce détail. Et les mots qu'il prononça franchirent ses lèvres avant même qu'il n'ait le temps de décider si oui ou non c'était correct et approprié de les prononcer.


« Je te jure que si jamais tu reparle de mes yeux... J'arrache les tiens pour remplacer mes iris et pour ne plus avoir à subir les réflexions de gamins fouineurs dans ton genre... »

Par chance, il était encore sous l'emprise de la faim et de la fatigue, et espérait n'avoir pas parlé trop fort. Cette fille devait être sa seule chance d'avoir un repas, que ce soit un repas fait par elle ou un repas d'elle, et compromettre cette chance-ci n'était pas envisageable. Mais elle décida quand même d'attraper sa main pour l'emmener il ne savait où, ce qui était un assez bon signe, à moins qu'elle ne soit une Harpie décidée à festoyer de ses entrailles. Mais les Harpies n'ont pas de carnets rouges, et ne sont pas surbookées. Sûr et certain. Le bruit qui s'amplifiait réfuter de manière plus évidente la théorie de la Harpie ; ces immondes volatiles ne se réunissent jamais entre elles pour partager un moment convivial, elles préfèrent se nourrir de chair ensanglantée et répugnante en se maudissant les unes les autres, employant parfois d'étranges sorts qui réussissaient plus ou moins bien.
Et ils arrivèrent en effet une clairière occupée par des êtres sylvains, et non pas par des volailles humaines repoussantes avec de grandes griffes inquiétantes. Plutôt rassurant, donc. Surtout lorsque la belle avait promis un repas, avant de le tirer avec entrain vers ce lieux. Le regard de Donatello balaya rapidement l'endroit, s'attardant quelques instants de plus sur les nymphes qui se baladaient courtement vêtues, qui semblaient en pleine discussion animée avec les dryades, qui ne cessaient de froncer les sourcils et gesticuler pour appuyer leurs propos.

Ils s'éloignèrent finalement un peu de l'agitation, et le meurtrier ne se fit pas prier pour s'installer, s'asseyant lourdement en soupirant, se sentant tourner de l'oeil. Il devait manger, question de vie ou de mort apparemment, bien que ce que cuisinait la ravissante jeune fille ne contienne pas son met favori. Mais il était bien obligé d'accepter ça, il ne pouvait même pas se rabattre sur quelqu'un présent à la fête sylvestre : des gens qui bouffent de la verdure, ça n'fait pas de bons voisins, comme l'illustre une chanson connue. Mais lorsqu'il s'apprêta à contre cœur à manger ce qu'elle posa sur la table, quelque chose le tira du dégoût profond qu'il ressentait en voyant les plats : des adolescents, à en juger par leurs visages juvéniles, étaient apparus et essayaient apparemment d'avoir l'attention de la cuisinière, ce qui lui permit entre autre d'apprendre son nom. Shia ? Drôle de sonorité, jamais entendu un nom pareil mais, eh, on ne choisit pas son nom, hein ? L'être de glace faillit se lever pour faire taire les jeunes bruyants, mais la prénommée Shia le fit avant avec un coup de pied. Bonne initiative, pensa El Calavera. Lorsqu'elle vint s'asseoir en face de lui, son regard se tourna vers les garçons, derrière elle, qui étaient maintenant ligotés sur le tronc. Il les jaugea rapidement, mais il n'avait rien à tirer de ces mangeurs de salade : aucune chair ne semblait valable, il serait donc forcé de manger ce qui se trouvait sur la table. Tant pis.

Alors qu'il finissait de manger et attrapait une pomme qu'il commençait de manger malgré l'impression de manque affreux de saveurs, le ton de sa bienfaitrice changea du tout au tout. De l'aide ? Elle avait besoin d'aide... Pour se protéger de trois végétaux qui montaient un peu trop sur leurs grands chevaux ? … Ce n'était pas le genre d'aide qu'on lui demandait souvent, et il esquissa même un sourire en entendant ça.

« Je ne signe pas tant que je ne sais pas la récompense. Nouveau sourire, un peu plus franc et visible. D'autres repas, peut être ? Et carte blanche. On ne s'improvise pas garde du corps ; je ne suis qu'un pauvre homme perdu dans la forêt et totalement innocent. »

Rapidement, il attrapa sa main pour la serrer. Une main chaude, où il pourrait presque sentir le sang palpiter. Bien différent de sa vieille carcasse gelée. Continuant sur sa lancée, il se leva, le ventre enfin rempli et s'approcha des êtres ligotés, son sourire s'effaçant lentement, montrant une expression froide, et impassible. C'était El Calavera qui le regardait de cette façon, et il comptait bien leur montrer que l'originalité de son employeur ne changerait en rien ses méthodes. Pour être sûr de faire passer le message il attrapa la gorge du garçon qui l'avait maintenue au sol, laissant libre court à l'aura glacée qui l'entourait, faisant frissonner le jeune homme qui avait l'impression de se vider de toute chaleur, et chuchotant quelques mots, assez bas pour éviter que Shia ne l'entende.

« Ecoute gamin, je sais que je n'ai rien à foutre là, mais toi non plus. Je ne suis peut être pas non plus le plus qualifié pour aller saluer des arbres, mais je pense avoir les qualifications nécessaires pour vous apprendre le respect, à toi et ta clique. Il recula, fusillant encore du regard sa cible, et retrouva un air plus chaleureux en se tournant vers l'adolescente. Tu as pourtant l'air de très bien t'en sortir avec eux, je ne vois pas pourquoi tu as besoin de mon aide, par contre. »

D'humeur presque joyeuse, Donatello revint vers la table et attrapa la pomme qu'il avait commencé de manger, mais décida finalement de la jeter par terre après deux bouchées à peine plus savoureuses que de l'eau plate. Il se rassit, mais à côté de son interlocutrice, et fixa ses yeux, ne pouvant même pas se retenir de la foudroyer du regard. Que voulez vous, les mauvaises habitudes partent toujours les dernières.

« J'aimerai au moins savoir ce que tu fais ici. Tu es un buisson, toi aussi ? Un arbuste, peut être ? Pourtant tu as l'air bien plus appétissante que n'importe lequel de ces lutins, donc tu ne dois pas être des leurs, et pourtant ils agissent comme si. »
Revenir en haut Aller en bas
Shia

avatar

Féminin
Capricorne
Nombre de messages : 37
Age : 20

Feuille de personnage
Points d\'expériences:
5/10  (5/10)
Niveau:
1/100  (1/100)
points de vie :
10/10  (10/10)

MessageSujet: RE:Ôte moi cette envie d'attraper ma tronçonneuse ~ [ Quête : Consensus Sylvestre; PV : Shia ]    Mar 16 Avr - 13:14

Shia haussa ses délicats sourcils avec perplexité. «  Tu as l'air plus appétissante etc... » Non mais attends. « Appétissante » ? Pourquoi cet homme n’utilisait que des termes étranges pour la qualifier ? Était-il au final vraiment cannibale ? Comme elle l'eut pensée au début lorsqu'il lui avait demandé de lui donner une bonne raison de ne pas la manger ? Elle ne put dissimuler un sourire éblouissant qui éclaira son visage innocent. Shia inclina la tête sur le côté d'après ce qu'elle avait compris, cet homme-son futur et presque sûr garde du corps- était perdu dans cette immensité verte dans laquelle elle était prisonnière. Il fallait absolument qu'elle trouve un moyen pour qu'il aide, bien évidemment elle n'avait pas vraiment besoin d'un garde du corps, si elle voulait massacrer ces idiots rien ne pourrait l'en empêcher. Elle avait besoin de lui pour autre chose....Une chose plus intéressante.
«  Eh, bien mon nom est Shia, comment je me suis retrouvée là ? C'est une longue histoire... »
Elle tendit la main, saisit une pêche et mordit dans la chaire savoureuse du fruit. Elle fronça les sourcils et fit la moue. Elle se recroquevilla tel un petit animal peureux et raconta à l'homme qu'elle était tombée du ciel et que sans le vouloir elle se trouvait dans l'incapacité de quitter la forêt et à cause de cela on la prenait pour une naïade tout ça parce qu'elle sortait de l'eau.
«  Et pourtant je n'ai pas de branchites!! Donc non, je ne suis pas un arbuste comme vous le dites, et encore moins un poisson. Je suis humaine...du moins pour un certain temps. » Conclut-elle avec un petit sourire.
La jeune fille se releva en époussetant sa robe blanche. Elle plongea ses yeux dans les siens et sut, elle avait croisé dans sa courte vie beaucoup de tueur, d'autre s'en ventait, d'autre étaient complètement des psychopathes, et les plus dangereux étaient ceux dont la flegmatique était consternante. Il en faisait parti, ses yeux en témoignaient. Il avait un sourire de « pauvre vieux perdu dans la forêt » ce qui dans un sens pouvait être exacte, mais l'éclat glacial (que des humains normalement constitués qui n'avaient jamais eu d'affaire à tous types d'assassins dans leur vie n'auraient pas remarqués) qui brillaient dans ses yeux prouvaient clairement qu'elle était devant un véritable tueur, le genre qui était difficile à semer une fois qu'il avait décidé de vous faire la peau.
*T'as pas le droit à l'erreur ma belle !* Songea-t-elle. De sa main libre, elle lui saisit le poignet et le tira en avant.
«  Je vous fais visiter ? Demanda-t-elle en frissonnant. Vous êtes glacial ! »
Elle l'entraîna au travers les stands et la masse des êtres sylvestres en chantonnant (une sale habitude qu'elle avait pris en étant entourée de nymphes qui chantait à longueur de journée). Elle vit un groupe de jeunes dryades qui s'occupaient des arbres en taillant leurs cimes en chantant une mélodie mystique. Shia se tourna vers l'homme de glace. *Ce mec n'a pas de température intérieur ou quoi ?? * Se questiona-t-elle en frissonnant légèrement. Elle désigna du doigt le groupe et déclara :
« Celles-là, ne les approchez jamais. Enfin, après c'est vous qui voyez, hein. D'ailleurs quel est votre nom, monsieur-je-suis-perdu ? » Dit-elle de sa voix douce comme le miel.
Elle se dirigea vers la rivière qui traversait la forêt telle une veine argentée, elle percevait son écoulement avec une nette précision. Une fois arrivés sur la berge, ils se firent face. Shia lui lâcha la main et soupira de sa voix merveilleuse :

«  Écoutez, je sais qui vous êtes, donc je vais aller droit au but. Dans cette forêt il y a quelque chose qui m'intéresse. Je ne vous demande pas votre aide pour ces petits...idiots ? Mais pour trouver cette chose en particulière. Pour l'instant je n'ai rien à vous offrir à part des repas. Elle baissa les yeux en rougissant légèrement, J'ai vraiment besoin de votre aide, je vous en prie ? »
Shia se figea d'un seul coup et tourna la tête. Ses yeux scrutaient les buissons avec une intensité rare. Quelque chose approchait. Ce quelque chose avait beaucoup de pattes.
« Vous entendez ? » Murmura-t-elle en relevant doucement le pan de sa robe, pour récupérer la sarbacane qu'elle y avait cachée. Elle n'aimait pas ça. Qu'est-ce que c'était? Tout son corps se tenait au aguet prêt à passer à l'action.
Revenir en haut Aller en bas
El Calavera
Créature de Glace
Créature de Glace
avatar

Féminin
Verseau
Nombre de messages : 109
Age : 22

Feuille de personnage
Points d\'expériences:
5/10  (5/10)
Niveau:
1/100  (1/100)
points de vie :
10/10  (10/10)

MessageSujet: Re: Ôte moi cette envie d'attraper ma tronçonneuse ~ [ Quête : Consensus Sylvestre; PV : Shia ]   Ven 14 Juin - 6:50

[ Depuis le temps que tu attendais... Deux mois tout pile à quelque jours près... Aha, j'ai honte. Vraiment. Mais c'est pas la faute à moi. C'est la faute aux enfants. ]

 Intrigante. C’était le premier mot qui venait à l’esprit de Donatello pour qualifier la jeune fille qu’il venait à peine de rencontrer. Elle agissait comme si tout allait pour le mieux, et comme si la personne qu’elle venait de croiser et à qui elle demandait de l’aide était effectivement un homme innocent et simplement perdu dans ces foutus buissons. Sa haine pour la verdure lui disait même d’incendier le premier qui osait lui dire qu’une forêt et des buissons étaient deux choses totalement différentes. S’il y avait bien une chose qu’il voulait faire, c’était en finir avec tout ça, rentrer chez lui et s’écrouler sur le sol, afin d’entrer dans un cycle de sommeil. Le plus profond possible.
 Il ferma les yeux un instant, mais quand il les rouvrit, les êtres sylvestres n’avaient pas disparus. Et la gamine non plus. Dommage.

 Ses mésaventures eurent tout de même le mérite de faire sourire le tueur. Quelqu’un qui se retrouve dans le ciel mais qui ne sait pas contrôler ses pouvoirs et se retrouve à tomber misérablement comme Icare, là la seule différence qu’au lieu de mourir elle avait atterri dans ce coin. Bien pire que la mort, donc. Surtout lorsque tous ces ignares feuillus décident de vous prendre pour l’un des leur. Juste une sale bande d’imbéciles avec des branches. Mais ce n’était pas vraiment le problème de l’albinos, qui se contrefichait totalement du sort de cette enfant. Son sourire amusé devait d’ailleurs en être la preuve évidente, mais il n’avait pas eût une éducation suffisante pour le réprimer. Tout du moins, rire du malheur des autres l’amusait follement. À tel point qu’il se permit une légère réflexion :

« On dit branchies, Señorita. Mais… Pour un certain temps ? Qu’entends-tu par-là ? Tu te couvre de poils à la pleine lune et elle arrive bientôt ? »

 Il s’autorisa un nouveau sourire, et rit légèrement. Non, décidément, il n’arrivait pas à prendre cette fille au sérieux. Elle avait l’air débrouillarde, savait apparemment se débarrasser des gêneurs et se trouvait à l’endroit où il détestait être. En quoi avait-elle besoin de lui ? Sûrement pas uniquement pour jeter du haut d’une falaise ceux qui l’embêtait, elle semblait pouvoir s’occuper de cette tâche toute seule comme une grande.
 Il se contenta donc de se lever à son tour lorsqu’elle lui proposa de lui montrer le coin, sans se douter que c’était probablement une des dernières choses qu’il voulait faire. Cependant, son sourire s’évanouit lorsque Shia se permit une remarque sur sa température corporelle. Il failli dégager son poignet de l’étreinte chaude de sa main, et préféra la fixer, avec cette fameuse expression neutre et figée qu’il savait si bien faire. Ce petit a probablement un don dans cette discipline, mais il ne s’en félicita pas, et se pencha juste vers l’oreille de la jeune fille pour chuchoter quelques mots.
« Oh, j’ai dû mentionner quelque chose à propos des yeux mais pas à propos de ça, désolé… Il est évident que la prochaine remarque agrandira ma collection de langues d’enfants bavards. »
 Son sourire réapparu, bien plus froid pendant quelques instants, mais il retrouva un air presque enjoué et se redressa pour la suivre, sans ajouter un seul mot, écoutant et observant tout ce qui l’entourait. Cela semblait être une fête vraiment importante pour ce bûcher en devenir, puisque la foule était dense et s’étirait. Il n’écouta que d’une oreille le fredonnement de Shia, mais ce n’était pas le plus désagréable. Pas quand il était submergé par une telle masse d’êtres sylvestres. Il hocha à peine la tête lorsqu’elle montra du doigt des dryades, et n’eût même pas le courage de faire une réflexion cynique. Il détestait toutes les dryades. Les pires de tous ces êtres qui aiment les buissons.

 Vint ensuite la fameuse question du nom. Elle avait donné le sien, il était évident qu’elle demande celui de ce gentil tueur, mais ce n’était pas le plus évident et le plus avantageux pour lui. Il décida donc de sourire de la manière la plus candide qui soit, et d’attendre qu’ils s’arrêtent et qu’elle se tienne face à lui pour parler, le temps de chercher les mots qui convenaient. Ce n’était pas la tâche la plus aisée qui soit, car à trop vouloir se cacher, on finit indéniablement par attirer l’attention. Un peu comme ce type qui se déclare assassin mais porte des vêtements totalement reconnaissables, ainsi qu’un capuchon et une cape voyante, blancs et rouge, même si tous les gardes de la ville sont censés être sur son dos, mais c’est une autre histoire.
 Il prit donc une inspiration, et laissa son regard se concentrer sur les choses environnantes. Ses yeux vagabondèrent au niveau de la végétation, puis se fixèrent sur le ruisseau quelques secondes, avant de retourner se fixer sur la demoiselle qui attendait sûrement une réponse.
« Ne pose pas une question lorsque tu ne veux pas entendre la réponse. »

  Simple, précis. Il aurait du y penser plus tôt, mais ce n'était venu que quelques secondes avant qu'il ne prenne finalement la parole.
  Le nom qu’il employait commençait à gagner lentement sa réputation. Il n’était pas encore assez connu pour qu’elle ne puisse le connaître, où associer ce nom à certains de ses actes, mais il ne préférait pas prendre trop de risque. On n’est jamais assez prudent, n’est-ce pas ? Et puis, ce n'était pas le nom le plus amical et chaleureux que l'on puisse trouver dans cette forêt.

 Et finalement… Les choses sérieuses. La vraie raison qui la poussait à demander de l'aide à une personne mystérieuse qui passait la moitié de son temps à se moquer d’elle ou à la menacer. Elle avait besoin de son aide pour trouver quelque chose. Il se demandait ce qu’était cet objet, mais avait appris à tenir sa langue et à ne poser des questions sur ses contrats que lorsqu’il en avait le droit. Et juste au moment où il aurait pu savoir s’il pouvait se permettre de la questionner, un bruit les interrompit. Elle avait une ouïe bien plus fine que lui, et il mit du temps avant de comprendre ce qui se passait. Il mit ses mains dans ses poches, et de refermer sa main gauche sur un objet métallique tout aussi glacial que lui,  un poignard à la lame partiellement crantée, vers le manche. Pas l’arme qu’il employait le plus, mais il avait des doutes quant au danger d’une chose capable de se cacher derrière un buisson. Sûrement pas une bête énorme et féroce. C'est pour cette raison qu'il ressortir finalement ses mains - vides - de ses poches assez rapidement.

 Ce qui attira bien plus son attention fut la sarbacane qu’elle attrapa. Sous sa robe ? Elle ne manquait effectivement pas de ressources. Il pouvait presque se contenter de la regarder de loin et d’agiter la main de temps en temps comme le font les parents à la plage, heureux de se débarrasser de leurs enfants le temps d’un après-midi.
 Et c’était clairement son intention. Il croisa les bras en fixant cette fille qui était surement bien plus dangereuse que ce qu’elle laissait paraître. Il allait faire le discours le plus arrogant et le plus égoïste qu’il n’avait jamais fait. Un de ces rares discours de plus de 10 mots par phrases qui arrivaient si rarement venant de lui. Voire jamais. Car oui, Mesdames et Messieurs, notre chère Pierre Tombale a décidé de parler !
« La loi du plus fort a toujours surpassé le reste… Je n’aide pas quelqu’un qui ne m’explique qu’à moitié mon travail, et surtout quelqu’un qui ne sait pas se défendre seul. À ces mots, il recula, et s’assit sur une souche. Je vous attends, boss. »
 L’hispanique tendit sa main, attendant qu’elle vienne la serrer, bien qu’il se tenait maintenant à plusieurs mètres d’elle. Il devait avoir l’air d’un monstre horrible, à la laisser faire tout le boulot, mais en vérité se tenir debout était un exploit. Bien qu’il ait mangé, il était encore affamé. De la nourriture comme celle qu’il venait d’ingurgiter ne lui convenait pas. Absolument pas. Sur le plan nutritionnel et calorique, c’était bien entendu suffisant, mais ses papilles en voulaient plus, et surtout de meilleure… Qualité.
Revenir en haut Aller en bas
Shia

avatar

Féminin
Capricorne
Nombre de messages : 37
Age : 20

Feuille de personnage
Points d\'expériences:
5/10  (5/10)
Niveau:
1/100  (1/100)
points de vie :
10/10  (10/10)

MessageSujet: RE: Ôte moi cette envie d'attraper ma tronçonneuse ~ [ Quête : Consensus Sylvestre; PV : Shia ]   Mer 2 Oct - 13:13

L'une des choses que Shia savait faire à la perfection c'était de se faire passer pour une fille pure et innocente qui serait incapable de tuer une mouche. Mais cette fois-ci l'heure n'était plus à la rigolade ni au jeu. Un frisson lui parcourut l'échine, les poils de ses bras se redressèrent. Elle savait. Oui, elle savait. Elle n'avait pas besoin d'ouvrir la bouche pour le deviner. Il l'avait retrouvé. Sa trace ! Elle s'était pourtant montrée prudente.
« Le maestrodum !! Laissa t-elle échapper entre ses dents Non. »
Elle ne prêta plus attention à l'homme de glace à ses côtés, ni à ce qu'il disait. Il lui semblait vaguement que celui-ci s'était éloigné d'elle et se contentait d'observer ce qui allait se passer. Tout cela passait carrément par dessus la tête de la jeune fille qui n'avait qu'une idée en tête : * Il a envoyé un maestrodum !* Elle s'accroupit au bord de l'eau et scrutait les buissons en face. Elle entrouvrit à peine la bouche et comme soufflé par une rafale invisible mais puissante le corps de Shia s'envola et s'écrasa contre le tronc de l'arbre le plus proche. Le souffle coupé, la jeune fille tomba mollement sur le sol, elle eut tout le mal à du monde à rester consciente. *Mon Dieu ! C'est une force 5 ! C'est le plus puissant de tout ce qu'on à déjà combattu !* Elle n'arriva pas à y croire son père avait trouvé le moyen de renforcer la force de ses bestiaux qu'il avait artificiellement créer grâce à son sang. C'était une très mauvaise nouvelle pour elle. Elle se releva difficilement et il apparut enfin. Il la fixait de ses yeux rouges luisant. C'était une créature svelte à la peau translucide qui ressemblait à un homme squelettique, il avait des ailes faites entièrement d'os dans le dos. La première réaction de Shia fut :
« Ah, t'es mieux que tes cousins toi ! »
Le maestrodum siffla dans sa direction. Son aura maléfique fit se dresser les cheveux de l'adolescente sur sa tête. La créature bondit au dessus de la rivière, droit sur la jeune fille. Elle s'en doutait, il était beaucoup plus rapide et plus fort que les autres maestros. Avec une rapidité tout aussi fulgurante Shia roula sur le côté évitant de justesse les griffes de la créature. Mais la bête avait anticipé son geste, pivota avant de la frapper violemment avec son aile. L'adolescente fut projetée dans la rivière, sur le coup elle se dit qu'elle allait prendre un abonnement rivière de cette manière elle aurait certainement les BRANCHIES qui ferait d'elle définitivement un être de la nature. Elle sortit la tête de l'eau en soufflant bruyamment. Le monstre était déjà sur elle. Elle replongea derechef. Elle devait sortir de l'eau immédiatement ! Elle s'appuya sur les galets au fond de la rivière, fléchit les jambes et mit toute son énergie pour bondit hors de l'eau. Elle se retrouva à l'air libre et elle saisit une branche pour se propulser sur la terre ferme. Sa robe en coton lui colla à la peau épousant les courbes de son corps.
« Shiawase réveille-toi, s'il te plaît ! J'ai vraiment besoin de toi, là ! Crétin réveille-toi ! »

Sans lui laisser le temps de se reprendre la bête la plaqua au sol et ses ailes squelettiques transpercèrent le corps de la jeune fille qui se mordit la langue pour ne pas hurler de douleur. Elle lâcha un tout petit couinement. La douleur l'envahit tel un terrible tsunami : elle n'eut qu'une seule certitude : *Je vais mourir* Son regard se brouilla, son corps était en train de perdre la bataille. L'herbe verte était en train de prendre une couleur rougeoyante. * Shiawase...au...secours... * Elle ferma les yeux, lorsqu'une pensée traversa son esprit brumeux. Elle fit un effort surhumain pour ouvrir les yeux de nouveau et les fixa sur la créature. Un regard meurtrier. Elle leva la main faiblement, saisit l'os qui était planté dans son ventre et serra avec le peu de force qui lui restait. De toute sa vie, elle n'avait jamais appelé son alter ego à son secours. Elle avait survécu à pire sans son aide et ce n'était pas maintenant qu'elle allait passer l'arme à gauche. Maestrodum force 5 ou pas !! Elle laissa un sentiment de désespoir incommensurable l'envahir, faisant ainsi comprendre à la forêt que l'un de ses enfants étaient en danger. Shia n'avait pas la certitude que cela allait fonctionner, mais qui ne tente rien n'a rien. *Pitié, pitié, pitié !!!!!!* Peut-être que quelque part un dieu veillait sur elle, mais il semblerait ses prière aient été entendu. D'un seul coup la créature fut arracher et ligoter dans les aires par des lianes rampantes. Haletante, la jeune femme essaya de récupérer. Certaines de ses blessures se résorbèrent lentement. Le maestro siffla, grogna, rugit mais fut incapable de se libérer de ses liens végétaux. Le cœur de Shia cognait rageusement contre sa poitrine qui s'élevait à un rythme beaucoup trop irrégulier. Elle ferma les yeux, serra les dents et se mit à ramper vers la rivière. Elle plongea dans l'eau sans un cri, ni un gémissement.  Au bout d'un long moment, sa tête réapparu elle se tourna vers l'homme de glace qui la regardait avec curiosité et lança d'une voix tranquille, comme si elle ne venait pas de frôler la mort :
« Euh, vous pouvez le manger vous savez. Il n'est complètement humain, mais il peut vous fournir l'énergie dont vous avez besoin. Je vous le donne en échange aidez-moi à accomplir ma mission. »
Elle sortit de l'eau. Plus de blessure. Pouf disparu ! C'est magique ! Si je vous dis !! Elle le alla rejoindre.
« Sa chaire est riche en magie ''vampirique''( ça se dit?), excusez-moi. »
Elle le contourna, s'éloigna un peu avant de fondre en larme. Toute la tension était en train de s'évacuer. Ses épaules étaient secoués par les sanglots silencieux. Non seulement le monstre de l'avait pas tuer mais en plus grâce celui-ci elle allait avoir un garde du corps pour voler la Corne Sacrée ! Elle en avait besoin pour retrouver les traces de sa mère. Elle avait appris récemment que celle-ci était vivante !
« Oh, yeah je suis vivante !!! » hurla t-elle de joie. Sa quête allait bientôt commencer. Il lui suffisait d'attendre la fête de la forêt qui allait avoir lieu le lendemain au soir, lorsque les anciens seraient rassemblés dans le centre de la forêt, elle pourrait agir. Mais seule c'était quasiment impossible, il lui fallait de l'aide. Elle aimerait autant que possible éviter de dépouiller la forêt puisque cette dernière venait de lui sauver la vie. Elle essuya ses larmes retourna vers face à l'homme de glace qui ne voulait toujours pas lui dire sans nom sous pretexte qu'il était dangereux. Elle lui tendit la main et en esquissant un demi sourire elle lança:
« Marché conclut ? »
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ôte moi cette envie d'attraper ma tronçonneuse ~ [ Quête : Consensus Sylvestre; PV : Shia ]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Ôte moi cette envie d'attraper ma tronçonneuse ~ [ Quête : Consensus Sylvestre; PV : Shia ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Erya Island :: Terre :: Forêt-