Erya Island

Venez incarner votre personnage fantastique (fée, ange, neko, démon...) et le faire interargir avec les autres créatures peuplant cette île.
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Tout s'annonce beau. [PV : ?]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ethan Ketsueki
Dark Angel
Dark Angel
avatar

Masculin
Gémeaux
Nombre de messages : 93
Age : 23

Feuille de personnage
Points d\'expériences:
0/10  (0/10)
Niveau:
1/100  (1/100)
points de vie :
10/10  (10/10)

MessageSujet: Tout s'annonce beau. [PV : ?]   Mar 24 Juil - 22:32

De douces feuilles verdâtres tombaient des arbres, soufflés par la brise aérienne, jusqu'à tomber à terre, pour finir très certainement au fond de l'estomac d'insectes non rassasiés par leur simple état d'esprit. Le matin s'annonçait de sa plus belle couleur, Ethan profita de cette vision intuitive et instructive pour aller dégourdir ses jambes qui laissaient encore traces de fatigue.
Il passa une nuit assez désagréable. Beaucoup d’évènements non expliqués consécutifs l'empêchaient jour et nuit de dormir profondément comme il le faisait si bien dans un passé lointain. Son apparence actuelle laissait à désirer. Il avait le teint pâle, comme si il sortait d'un cercueil fermé depuis des décennies. Il avait d'énormes cernes noires sous les yeux qui le laissaient paraître un peu fou. Ethan n'arrêtait pas de bailler consécutivement toutes les quelques minutes, cette fatigue semblait devenir de moins en moins supportable à son égard, mais la solution ne se trouvait malheureusement pas sous ses yeux. Étais-ce peut-être cette chaleur abominable qui faisait délaisser des litres de sueur longer son corps petit à petit et considérablement ? Peut-être bien.. Ou peut-être pas. Cependant, ça n'en étais pas plus relevant qu'au départ.


Après quelques instants de marche sous un soleil plutôt détestable, il arriva dans une grande ville dont il ne connaissait même pas le nom. Il regarda tout autour de lui, la ville n'était pas vide, à vrai dire, c'était bondé de personnes, se ressemblant à peu près toutes les unes les autres. Il ignora ce détail et continua de marcher, visitant cet endroit. Il regarda, les yeux plein d'espoir, ce qu'il avais dans son "porte-monnaie" qui était en réalité un vieux sac suspect.. Il soupira lorsqu'il ne perçut pas la moindre pièce. Il secoua la tête, songeant qu'il devrait peut-être chercher un quelconque travail tel que mercenaire ou autre stupide idée, car, à ce qu'il paraît, dans la vie active, l'argent est la clé primordiale de la survie, et Ethan lui, était très mal parti dans ce domaine..


Il plongea son regard dans la foule avant d'aperçevoir, non-loin face à lui, des gens qui semblaient miser de l'argent sur un jeu simplet tel que le bras de fer. Ethan regarda son bras gauche en souriant et alla vers cette fameuse table. Le "marchand" ne tarda pas à lui demander de s'asseoir confortablement sur ces espèces de petites chaises en bois, non intactes mais pas pour le moins luisantes. Il prit son aise et regarda face à lui d'un bref regard intense. Face à lui se tenait un homme d'une corpulence assez forte, avec un regard mélancolique, mais sûr de lui. Il n'arrêtait pas de rigoler en regardant Ethan, qui n'était pas si "musclé" que lui. Cet homme posa son bras sur la table en provoquant Ethan de mots injurieux et totalement stupides. Il ne broncha pas. Il ne lâcha pas un seul mot pour riposter et garda son regard glacial posé sur ce dernier. Ethan posa son bras droit sur la table. Il se doutait qu'il ne pouvait pas utiliser son bras chimérique en public. Il serra la main de l'homme face à lui, et attendit le compte à rebours du fameux marchand, qui attendait avec sourire et impatience que le duel commence. Ca y est, 3 ! 2 ! 1 ! Ce dernier n'eut pas le temps de finir que Ethan propulsa le bras du mastodonte contre la table, qui elle, finit par se fissurer de l'ampleur de la force qu'il avait utilisé. L'homme resta pâle, tandis que Ethan se leva et réclama son argent. Il venait de se faire de quoi finir la journée et la nuit. C'était, au moins, un assez bon début qui le fit soupirer de soulagement.


Il regarda l'argent qu'il avait dans les mains, et se dit qu'il devait immédiatement acheter quoi que ce soit pour cacher son bras.. De lourdes conséquences pourraient lui tomber dessus si il ne le cachait pas. Il lança un bref regard tout autour de lui en tentant de percevoir quelque chose qui pourrait en l'occurrence l'aider. Il aperçut au loin, une couverture sale, abandonnée près d'une poubelle.. Il hésita quelques instants mais.. Au Diable ! Il n'avait pas vraiment le choix. Il prit cette couverture et se hâta d'entourer son bras dedans. Il ne fut pas surpris de voir que le résultat fini laissait à désirer, mais au moins, il pouvait à présent se promener sans avoir le majeur problème pesant lourd sur son dos.


Quelques minutes s'écoulèrent ainsi. Ethan se plongea dans la contemplation du paysage qui se tenait face à lui en se demandant si il n'aurait pas intérêt à continuer sa trotte. Puis, brusquement il entendit un bruit derrière lui qui attira immédiatement son attention. Résigné, il tourna la tête et découvrit face à lui le visage souriant et buriné d'un chat à l'allure étrange. Il était soigné, sa fourrure étaient reluisante, brillant sous cet immense soleil comme un miroir. L'animal ne tarda pas à s'approcher d'Ethan pour se frotter à sa main, il devait sûrement lui demander de tendres caresses, mais Ethan lui, ne connaissait pas la signification de ce geste. Il ne bougea pas le petit doigt, attendant patiemment qu'il dégage. Après quelques instants sans succès au 1er point de vue, il ne tarda pas à se mettre, tête face à son nez, et le regarder froidement sans faire aucun geste de quelconque sorte.



- .. Dégage. -



Ethan n'eut pas la patience d'attendre l'animal prenne ses pattes et s'en aille hors de sa portée, qu'il se leva et partit pour trouver un endroit ou se réfugier tranquillement, sans que personne ne vienne l'embêter. Il s'approcha d'une sorte de parc, là ou étaient disposés plusieurs bancs, qui entouraient une fontaine actuellement en marche. Avec une chaleur pareil, ça ne pouvais-être que l'endroit idéal pour sentir un minimum de fraîcheur. Il s'en approcha lentement pour finir par s'asseoir sur un banc fissuré, en bois humide et avec consolidation métallique peu confortable.. Il soupira puis ignora ces quelques peu détails qui au final importaient si peu à ses yeux. Quelques instants s'écoulèrent et une charmante demoiselle s'approcha de lui sans broncher et tenta d'attirer son attention par des mots tels que "Hum.. Euh.. Excusez moi..". Il n'y fit pas attention et continuer de rester rêveur, totalement dans son monde, insouciant de ce qu'elle pouvait bien lui dire, ou songer à lui dire. Elle ne tarda pas à laisse tomber l'affaire, Ethan compris vite qu'apparemment elle ne lui voulais pas vraiment quelque chose d'important. Voir quelque chose d'inutile, sinon elle aurais fortement insisté pour attirer son attention.. Même si ça n'aurais rien changé au fait qu'il n'aurais même pas jeté un simple regard sur cette dernière. Il se contentait d'ignifuger lentement sous ce lourd soleil. C'était sûrement du au fait qu'il portait des vêtements excessifs pour un temps pareil, mais il savait également qu'il n'avait pas vraiment le choix à ce niveau là, si il se déssape un minimum, il laisseras apparaître un tas de traces qu'il ne devrais même pas regarder lui-même. Ethan est assez mélancolique d'avoir à supporter son passé qui reste gravé sur son corps, c'est pour cela qu'il as la moitié du corps entouré de bandages.


Il regarda autour de lui et vit qu'il y avait un tas de de gens assis sur les autres bancs, à discuter et sourire, et lui était à présent seul. Ça ne le dérangeais pas plus que ça.. Après tout, il n'a jamais réellement eu de personnes qui lui étaient proches d'une manière ou d'une autre, il a passé facilement les trois quarts de sa vie en parfaite solitude aussi bien physiquement que psychologiquement. Ça semble assez paradoxal, mais c'est pourtant la triste vérité.


Il profita du fait que son banc était à l'ombre, et que par conséquent, il était moins visible que le reste pour défaire une partie de la couverture pour poser la main sur son bras, qui commençait déjà à faire des siennes. Il serra les dents sans rien pouvoir faire d'autre, et attendait patiemment que ça passe.
Revenir en haut Aller en bas
Ervayne
Modérateur
Modérateur
avatar

Masculin
Bélier
Nombre de messages : 1023
Age : 24

Feuille de personnage
Points d\'expériences:
78/85  (78/85)
Niveau:
6/100  (6/100)
points de vie :
60/60  (60/60)

MessageSujet: Re: Tout s'annonce beau. [PV : ?]   Mer 5 Sep - 17:36

Froid aiguisé et affuté, lame de rasoir caressant sensuellement la fibre d’un être perverti, excitant les pulsions sombres et meurtrières d’une entité vide de sens… Ni dépravation, ni haine, ni envie, ni plaisirs, l’absence insupportables d’émotions que vivait l’être n’était comblé que par les caresses éphémères de cet acier glacial, lui rappelant sa propre étreinte, sa propre condition, il n’était rien d’autre qu’un objet au service de ce qui l’avait happé et transformé. Il n’avait pas conscience de sa condition d’esclave ni même de son passé et ne comprenait pas non plus pourquoi son affiliation au métal était si puissante… Son esprit trop dément n’était source que de confusion et d’absurdité au quotidien, de situation grotesque et d’action idiote. La majeur partie de son temps il ne faisait ni bien ni mal, dépassant ces notion manichéenne tout comme il dépassait les règles physiques du monde au sein duquel il vivait, guidé plus par son intuition et son instinct que par un code morale quelconque. Mais au fond de lui-même, l’ombre source de la noirceur de son être sommeillait, celle qui le façonnait et le transformait en non-être privé de toute conscience de la réalité, celle qui le rendait malade et l’intoxiquait dans les chapes de noirceurs de pouvoirs aussi illusoires que nocifs. Consumant un peu plus l’hôte à chaque fois que l’obscurité tombée dans son esprit et que ses pensées avides de sensation laissait place à la cupidité de la destruction.

Ervayne n’avait pas dormi, comme toute les autres nuits, sans fatigue ni sommeil, sans rêve ni bien-être. Son esprit en perpétuel agitation n’avait de cesse d’accaparer son corps pour réaliser d’innombrables projets fous… Il cherchait éternellement le moyen de se reposer et de se calmer, et sa quête c’était pour une fois achevé dans les tréfonds d’une ruelle miteuse et étroite. Assoupi l’Ombre venait de s’endormir depuis quelques secondes laissant le tourbillon de ces émotions devenir un modeste ruisseau, dont le liquide limpide glougloutait doucement. L’eau spirituelle, pure et cristalline s’apaisant promptement alors qu’un nuage d’encre noire se répand à travers elle, enténébrant son cours aussi silencieusement que la lune disparait derrière un épais nuage d’orage. Pieuvre monstrueuse et noire corrompant l’élément aqueux en un goudron collant et en ébullition, s’agglutinant jusqu’à ce que le cours d’eau se tarit à sa source.

Cela faisait à peine quelques minutes qu’Ervayne était immobile qu’il se releva lentement et calmement en observant avec attention les alentours. Fouillant rapidement ce qu’il avait sur lui, découvrant quelques lames courtes et les vêtements de cuirs qu’il portait. Les pensées de l’Homme d’Ebènes étaient désormais calculatrices, froides et posées.

-La classe et la prestance de l’endroit qu’il a choisi laisse à désirer. Je pense qu’il est important qu’il comprenne que la prochaine fois qu’il veut se reposer il doit trouver un endroit luxueux et donnant un bonne effet à notre éveil.
-Tu es trop dans les formes, l’important et qu’il ait enfin trouvé comment nous laisser la place. Maintenant concentre toi sur le fond.

Ervayne fit quelques pas décidé en direction de la sortie de la ruelle, faisant bruyamment claquer ses rangers au sol avant qu’il ne se stoppe aussi soudainement qu’il c’était lancé.

-Attend un peu, et préoccupe-toi de la forme aussi. Déjà je suis sûr qu’il n’a pas
volontairement laissé sa place, ensuite regarde-toi. Le matériel n’est même pas décent, on dirait un déguisement de biker-assassin !
-Moi j’aime bien !
-Non, hors de question qu’on y aille comme ça, je suis sûr qu’on peut trouver mieux …


L’ombre surgit de la ruelle embrumé d’un pas rapide et autoritaire, avec la ferme intention de se relooker avant d’entreprendre les sinistres desseins qu’ils avaient à l’esprit. Les deux entités venant de s’exprimer était respectivement deux des différentes facette de l’esprit d’Ervaynes, des personnalités uniques qui c’était construite au fur et à mesure de son évolution, depuis son arrivé sur la Terre et qui était bien plus profondément lié à la dimension du Néant que ne l’était le reste de leur Esprit. Symboliquement auto-nommé Néant et Force ces deux-là n’avait d’autres idées en tête que de répandre le plus de destructions possible, de la manière la plus variés possibles afin de satisfaire leurs besoins sans cesse refouler par le néantin. Obscurs Vindicateur et Brute Insatiables ils étaient les artisans du Chaos et de la Mort, fidèles serviteurs zélés dont les ardeurs à servir n’avaient d’égale que la jouissance qu’il vivait dans l’accomplissement de leurs missions. Et durant ce bref interlude les concernant ils avaient déjà eu le temps d’acquérir une nouvelle tenue vestimentaire auprès d’une boutique désormais décoré de corps transpercé, zébré de plaie ou bien dont les diverses partie de l’anatomie avait remplacé celle des mannequins d’exposition.

Désormais élégamment vêtue d’une longue veste dotée d’un col noir et de lanière de cuir fermement resserré autour du buste musclé du néantin, gardant les mêmes rangers et les genouillères renforcés Ervayne enfila une paire de gant en cuir particulièrement bien assortis au blousons et attrapa la croix ostentatoire suspendu au cou d’un des anciens clients. Passant lentement le bijou autour de son cou avant de fixer les traces de sang au sol devant lui.

-J’ai toujours trouvé cette couleur particulièrement seyante pour n’importe qu’elle sorte de déco que ce soit.
-Je ne suis pas du genre à avoir ces considérations mais je dois reconnaître que ça a son petit effet. Ça me donne une sorte d’inspiration artistique !

Ricanant doucement et avançant à pas lent hors de la boutique faisant apparaître deux katana depuis son armurerie dans le plan infernal, les accrochant dans son dos alors qu’il prend dans sa main droite un pistolet de petit calibre. Le néantin observe les armes quelques secondes, détaillant minutieusement les lames et leurs poignée ainsi que le canon de l’arme. Faisant glisser un doigt sur le fil effilé d’un des Katana, frissonnant au contact de l’acier tranchant.

- Au moins il n’a pas trop mauvais goût.

La porte de la boutique s’ouvrit et laisse le néantin sortirent dans la rue, humant l’air vicié et corrompu de la ville, incapable de sentir mais absorbant néanmoins les émotions des êtres les plus proches… il y avait de la peur et de l’inquiétude, son passage dans la boutique avait laissé un goût amer dans l’esprit des vivants proches et l’un d’eux était particulièrement horrifié. C’était délectable pour Ervayne mais il avait appris que dans ce genre d’évènement l’Ordre ne tardait pas à envoyer à son tour ses serviteurs. Et ils ont un mauvais effet sur les alentours, trop rassurant, il avait besoin de sentir d’avantage de peur, de douleur et de cris. Il n’avait pas de temps à perdre et partie en courant sur les trottoirs à la recherche d’un endroit paisible ou il pourrait œuvrer.

Il déboucha sur une place tranquille, un parc, occupé par une petite dizaine de personne dont la plupart était installé sur les bancs autour d’une fontaine au liquide limpide, peut-être pas le plus beau havre de tranquillité au monde mais néanmoins une oasis de calme dans la ville. Freinant sa course pour se mettre à marcher rapidement en direction d’un couple de personne qui l’observait avec stupéfaction, à l’instar de ceux qui l’avait remarqué il les héla d’un * Excusez-moi ! * tout en se rapprochant d’eux. L’arme à feu dans sa veste se retrouva prestement pointer en direction de la tête de l’homme et lâcha un projectile mortelle qui traversa bruyamment la boite crânienne de l’homme. Projetant une partie de son contenu sur la conjointe de l’homme qui expulsa un cri suraigüe de terreur.

- Merci. Ervayne abaissa l’arme à feu et dégaina un katana en s’approchant de la femme qui chuta au sol en pleurs. Ses pas provocant une montée de terreur dans l’esprit de l’humaine dont le néantin se délectait. Pardonnez mon interruption mais il est désormais impossible d’espérer atteindre la tranquillité ici, veuillez bien quitter les lieux en hurlant de préférence ou en rampant … les deux me vont.

-Tu t’accroches trop à la forme…

Le bras de l’ombre pointa le katana vers la gorge de la femme et la fit pénétrait doucement la gorge, quand la lame se dégagea le sang jailli de la plaie fine et des lèvres de la femme pour se répandre sur son haut bleu et ample. L’action avait était silencieuse et rapide et beaucoup de personne terrifiés et choqués par le meurtre de l’homme ne se rendait même pas encore compte de l’agonie de la jeune femme. L’Homme d’ébène fit un tour sur lui-même pour observer les badauds, les cris et les bruits de courses commençait à se faire entendre autour de lui, la panique gagnait les lieux et la magnificence de cette débâcle chaotique exalté son ardeur dans sa mission au point qu’en dévisageant l’un des êtres encore assis sur un banc, à l’ombre d’un arbre, une sorte d’humain miteux portant une couverture sale et des bandages, il ne put s’empêcher une tirade mystique improvisez et tiré d’il ne savait pas trop où. Ouvrant les bras à l’inconnue et déclamant avec emphase :

-« La marche des vertueux est semée d'obstacles qui sont les entreprises égoïstes que fait sans fin surgir l'œuvre du Malin. Béni soit-il l'homme de bonne volonté qui, au nom de la charité, se fait le berger des faibles qu'il guide dans la vallée d'ombre, de la mort et des larmes, car il est le gardien de son frère et la providence des enfants égarés. J'abattrai alors le bras d'une terrible colère, d'une vengeance furieuse et effrayante sur les hordes impies qui pourchassent et réduisent à néant les brebis de Dieu. Et tu connaîtras pourquoi mon nom est l'éternel quand sur toi s'abattra la vengeance du Tout-Puissant ! »

__________________________________

"Si je me bats ce n'est ni pour la gloire où l'argent... mais juste pour passer le temps"
Petit conseil : Invité, n'oublie jamais de m'offrir un cadeau... je le détesterais très probablement, mais si tu ne le fais pas Invité, c'est toi que je détesterais.
Revenir en haut Aller en bas
Ethan Ketsueki
Dark Angel
Dark Angel
avatar

Masculin
Gémeaux
Nombre de messages : 93
Age : 23

Feuille de personnage
Points d\'expériences:
0/10  (0/10)
Niveau:
1/100  (1/100)
points de vie :
10/10  (10/10)

MessageSujet: Re: Tout s'annonce beau. [PV : ?]   Dim 9 Sep - 10:16

(Musique pour le RP si ça t'intéresse.)
Spoiler:
 

Ethan était toujours assis sur ce banc, le regard balançant vers tout endroit l'entourant. Il alla poser son regard froid sur sa propre ombre qui semblait se dessiner puis se dissiper à ses pieds. Vaillante et grandissante, puis devenant de plus en plus petite jusqu'à ne plus être. Il jeta ensuite le regard sur un couple qui semblait assez palpitant de vivre à mille battements par seconde. Mais il avait un mauvais pressentiment soudain. Il se doutait que quelque chose allais leur arriver, ses sourcils se haussèrent puis il continua de les regarder longuement jusque voir la drôle silhouette d'un homme plutôt.. Étrange. Il s'approcha d'eux en s'excusant de son "intrusion" puis il sortit son arme à feu. Ethan se leva d'un coup rapide, serrant le poing et le regardant abattre l'homme sans même avoir le moindre scrupule, au contraire.. Il semblait avoir apprécié son coup machiavélique. Il entendit le cri strident de la jeune femme qui l'accompagnait à l'horreur qu'elle venait d'endurer. Ethan serra les dents en le regardant, ses bandages tombèrent à terre, laissant place à son bras chimérique qui dégageait une aura sombre.

L'homme étrange fit plisser son sabre jusqu'à la gorge de la jeune dame et l'enfonça lentement, la faisant souffrir à petit feu. Comme si à la vue de la mort de son conjoint, ce n'était pas déjà assez.
Tout le monde commençait à s'affoler dans la rue, ils fuyaient et ne laisser rien derrière eux. A présent, il ne restait que Ethan, l'homme au bras démoniaque, l'homme mystérieux et la jeune femme agonisante. Ethan s'approcha lentement tout en écoutant l'homme parler. Il n'eut que faire de ses belles paroles qu'au bout d'un moment il commença à courir vers l'homme étrange tout en dégainant son cimeterre de son étui. Il tapa avec ce dernier en direction de ce katana qui pointait la dame, il releva la femme en quelques instants.



- Dégagez. Avant que je change d'avis. -

La femme n'eut même pas le temps de le remercier qu'elle parti en pleur, laissant derrière elle son défunt conjoint, Ethan la regarda partir puis tourna lentement le regard vers cet homme qui se tenait face à lui, il semblait avoir pris long plaisir à sa folie. Le traître quand à son tour, laissa son regard de vide absolu et son froid vint à s'installer. D'un coup il s'arrêta l'analysant de haut à bas. Il portait une longue veste à lanières de cuir, avec des rangers. Avec ceci, une sordide paire de gants tout à fait banales, mais tout ça sentait encore le neuf. Il venait donc de l'acheter.. Serais-ce un chasseur de têtes.. "Furtif" ?
Ce serais plutôt étonnant venant de la part de quelqu'un qui venait d'assassiner un pauvre innocent en public. Il sut de suite que cet homme tuait pour le plaisir. Il remarqua aussi que personne n'avait crié son nom, cela veut dire qu'il n'était pas recherché ou qu'il n'était pas connu pour une quelconque folie meurtrière.

Ethan continua de le regarder, toujours aussi froidement, puis d'un coup il serra le poing gauche, et se jeta sur lui. Le guerrier lança son poing en avant en criant, son coup était rapide mais apparemment pas assez pour que son adversaire ne s'empêche de l'esquiver. Le poing d'Ethan vint s’emboîter dans un mur, lorsqu'il le retira, la moitié du bâtiment s’effondra. Il retourna son regard vers l'homme, cette fois-ci l'expression de son visage avait changé, il laissa la froideur se faire remplacer aisement par la rage. Il colla ses bras contre son torse, puis les dégagea d'un coup, laissant se glisser à la bataille un coup de vent surprenant. Il ouvrit la bouche pour crier.



- AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAH !!!!!!!! -

Il se jeta sur son adversaire rapidement, l'enchaînant de coup d’épée puis de coup de poings. L'homme à la carrure sombre parait et esquivait ses coups comme si il faisait cela tout les jours. Certains coup l'effleuraient brièvement mais sans laisse plus d'encombres à ce dernier.
Ethan vit un instant de faiblesse dans sa garde, il serra le poing puis l'ouvrit, laissant ses griffes prendre l'avantage. Il poussa son adversaire le déstabilisant, lui mis un coup de poing sur le torse, brisant la croix qu'il portait autour du cou en milliers de morceaux puis se jeta sur lui, mettant un grand coup de griffe sur ce dernier, et passant derrière, mettant un autre coup de griffe qui le propulsa en l'air, laissant des explosions s'abattre sur son adversaire.


- X - CRAAAAAAASH !!!


Ethan arriva au sol et se tourna vers son adversaire, l'écran de fumée des explosions était encore épais. Il attendit patiemment. Son bras commençait à faire des siennes en se balançant sur lui-même, devenant à nouveau incontrôlable, il cria pour prendre le dessus et attendit.. Les lunettes d'Ethan se brisèrent sous sa rage, laissant ainsi apparaître ses yeux jaunâtres, ses yeux remplis de haine et de méprise. Ses yeux de traître.
Revenir en haut Aller en bas
Ervayne
Modérateur
Modérateur
avatar

Masculin
Bélier
Nombre de messages : 1023
Age : 24

Feuille de personnage
Points d\'expériences:
78/85  (78/85)
Niveau:
6/100  (6/100)
points de vie :
60/60  (60/60)

MessageSujet: Re: Tout s'annonce beau. [PV : ?]   Mer 12 Sep - 17:34

Le métal d’une lame affutée et maculée de poussière s’agita en découpant le nuage ocre qui entourait le lieu de l’impact de l’ombre. Fendant la matière volatile et désagréable la pointe de la lame se posa sur le sol et la main ganté la tenant apparut à travers la brume urbaine dégageait par les explosions et la destruction environnante. L’effondrement récent de l’immeuble proche ajoutant au soulèvement de la saleté l’opacité du nuage de crasse était telle que personne, pas même les occupant de la zone n’aurait pu décrire ce qui il y avait à l’intérieur. Les yeux agressés des humains par le béton volant et les monceaux de poussières se plissait et laissait s’écouler quelques larmes. L’appendice nasal vite envahi par tous les corps étranger chutant dans les airs au gré des courants d’air provoqué par les coups de l’être. Seul le katana droit sur le sol, presque planté, et sa main porteuse apparaissait aux yeux de l’adversaire soudain et inopiné qui s’était présenté à Ervayne.

La panique et la peur dans l’esprit d’Ervayne n’avait cessait d’abreuver le vide de ses émotions, comblant le trou noir abyssal de ses sensations, exhalé par tous ces vivants, tous ces humains et autres s’agitant dans les environs et qui venait d’assister à la scène, mais il n’y avait pas que ça, une sensation parasitaire venait se mêlée à sa douce dégustation et troublé le goût luxueux de la terreur en y implantant la force épicé de la rage. C’était le responsable de ce soudain remue-ménage qui suintait cette sensation brûlante, une sorte de torrent contenu par un barrage fragile et dont les jets intempestifs venaient noyer la carcasse d’Effroi qu’il dévorait goulûment. L’intempestif étranger c’était immiscer avec une brutalité hors norme dans son chef d’œuvres.

Il avait lancé l’assaut sans prévenir, sortant son arme d’on ne sait où et enchaînant les attaques multiples et brutale avec un dynamisme impressionnant. Il avait senti le métal touché son être et la chair s’écrasé sur lui, à mainte reprises, les éraflures sur sa veste laissé des fils jaillir çà et là et les zébrures sur le tissu épais avait fait terni son impeccable habit. Au milieu de la poussière épaisse et acre il c’était relevé après le coup de massue expédiait par l’être, sa substance quelques peut dispersé par les explosions, des filaments de ténèbres traînant un peu partout sur le sol autour de lui alors qu’une tâche, comme une obscure toile d’araignée épaisse, avait auréolé ses vêtements vides plaqué au sol. Les explosions avait temporairement désintégré son corps, mais il en avait l’habitude… ce n’était ni fatiguant ni gênant, juste... Troublant sensibilisant son esprit d’avantage et le rendant complètement volatile et incontrôlable il lui fallut une demie minute pour reprendre conscience et commencer à rematérialiser son corps et autant pour parvenir à reforger son enveloppe. Il percevait dans cette brume tous les détails des décombres. Il sentait la souffrance le ragaillardir, les corps percuté et broyé des occupant de l’immeuble leurs râles ou leur silence. La terreur de ceux toujours conscients achevant d’exciter la restructuration du néant en un tout homogène.
L’Homme d’ébène se redressa et se remit en marche à travers la brume se parlant doucement à lui-même alors qu’il constatait que son arme à feu était perdue et qu’il lui manquait une main et un katana. Il se dirigeait vers son agresseur sauvage d’un pas décidé.

-Voilà à trop vouloir jouer de la forme on se retrouve dans des situations comme celle-ci !
-Arrête c’est un gamin, il frappe fort et vite mais il n’est pas encore à notre stade en matière de lutte il nous à peine touché avec ses attaques pitoyables ! Et tu as senti toute cette peur… Ce délicieux fumé enivrant qu’ils dégagent tous tout autour c’est … revigorant.
- Tu parles et tu joues trop. Son bras nous surpasse largement, a ton avis comment on s’est retrouvé au sol ?! On a glissé peut-être ?!
-Tu gâche le spectacle ! Coupe le et ensuite on continu la Pièce. Tu vois c’est simple…
-Ça me plaît en plus ! Allez on règle ça vite !


Les pas s’accélérèrent et l’ombre fonçait pour se dégager de la zone de son atterrissage violemment forcé. L’attitude et l’interruption impromptu des mortels ne devait pas franchir un certains seuils et les cris de rage de l’excité au bras de monstre avait dépassé les limites d’une bonne coudée. De plus les émotions qu’il dégageait affadissaient sa dégustation.

Le choc de ranger se faisait entendre depuis l’extérieur de la fumée, arrivant en direction de l’homme au bras. La main sur la garde du katana remua imperceptiblement et la lame bascula lentement dans le vide, heurtant le sol sur plusieurs rebonds révélant la main sectionnée qui n’était rattaché à aucun corps. Faisant le tour de décombra massif une rangée de filament serpenta en un éclair, telle un serpent shooté au speed poursuivant un lapin juteux, jusqu’à à l’arrière de l’adversaire d’Ervayne qui se reconstitua en quelques secondes. * Hey ! * Fit il en interpellant l’homme et jaugeant son visage antipathique, venant à peine d’achever sa reconstitution il y décocha un violent crochet dans la mâchoire qui déstabilisa sa victime et releva rapidement son genoux dans le ventre de l’homme faisant percuté les renforts de ses genouillères dans la ceinture abdominale du guerrier. Mais l’ombre ne poursuivit pas son agression se figeant et s’exclamant.

-Mais merde ! On avait dit qu’il suffisait de coupé son bras ! Ce n’est pas compliqué bordel ! Ce n’est peut-être pas ton genre spectaculaire mais c’est efficace.
- Oui … Enfin avoue que c’était très classe quand même !


La suite ne se fit pas entendre car l’opposant plein d’énergie n’hésita pas une seconde et d’un réflexe aguerrie expédia son bras monstrueux dans le torse de l’ombre, un nouveau cris de rage vomis par ses poumons venant soutenir la violence de son geste et provoqué une nouvelle hausse de la panique générale. L’impact soufflant sur le coup un léger nuage qui releva la poussière alentour sur quelques centimètres de hauteur et réexpédia Ervayne dans la poussière dont il venait de sortir. Ce dernier alla s’écraser contre les gravats empilés d’un des coins de l’immeuble effondrés, mélange de parpaing, de barre de métal et de contreplaqué. Secouant la tête en mimant le geste d’un humains reprenant ses esprit Ervayne se remis d’aplomb à l’aide de sa main restante et maugréa avec rage à son tour, l’influence dégageait par son adversaire s’infiltrant petit à petit à la place de la peur, le remplissant à son tour d’une fureur qui vint alimenter Force. Sa rangers écrasa sans ménagement la main molle et fine d’une femme, unique membre dépassant des débris tombale qui l’avait ensevelis, la texture surpris l’Ombre s'accroupi, observant d’un peu plus près la chose. La main marquée par la rangers présentée une bague et la manche déchirée qui dépassait jusqu’au poignet de la femme avait un air proche au haut de la femme qu’il avait menacé quelques minutes plus tôt. Il se releva et ricana et hurlant à l’attention de son adversaire.

-Tu détruis ce que tu touches ! Tu détruis ce que tu sauves … Je me sentirais mal à ta place tu sais !

Sa main restante attrapa une épaisse barre de fer entouré de quelques restants de ciment. La barre lourde et légèrement tordu présentait une extrémité en forme de crochet irrégulier. Le cylindre épais ne pesait pas plus que le katana pour lui, la notion d’effort lui étant un concept étranger par son absence de muscle, et le concept barbare, son effrayante primitivité, de l’arme lui semblait plus solide et sûr que la lame d’acier de son dernier katana qui s’était cassé lors de son précédent heurt. Il fit rapidement tournoyé l’arme improvisé, et tordit quelques parts afin de plier le métal à la forme qu’il voulait, recréant ce qui s’apparenterait un pied de biche massif, un peu plus long et sensiblement plus épais que ses confrères. Souriant il se remit face à son adversaire qui ne pouvait le distinguer dans la masse de poussière qui le dissimulait pour l’instant. Comptant bien profiter de l’effet nocif de cette poussière sur l’acuité visuel et le mécanisme respiratoire des humains, il resta dans la poussière et avisa un être encore vivant traînant dans les gravats.

-Tu sais, je n’ai rien contre toi, moi j’aime bien les types qui défendent les autres. C’est des types bien ! Les gémissements d’un être humain et des gravats roulant sur le côté se font entendre en même temps qu’il poursuit, le bruit d’un corps traîné étant audible pour les oreilles surnaturel d’on ne sait qu’elle être au sens exacerbé. C’est plus toutes ces larves qui comptent sur toi qui m’amuse, regarde celui-là ! Il beugle, chouine attendant que ce qui s’est présenté comme un héros le sauve. Les gémissements se transforment en pleurs, en supplique et en cris. Mais toi tu t’en fous, tu vis justement tranquillement t’as aucun intérêt à les sauver. C’est vrai … Un craquement violent et sales se fait entendre alors que les suppliques deviennent cris puis beuglement incompréhensible. Ah mince il a perdu sa mâchoire lui … Donc : C’est vrai tu dormais tranquille et maintenant t’est tout énervé à cause de mes activités, alors si tu veux continuer ta sieste vas-y tu peux partir, je te retiendrais pas, mais hurle un peu de peur à ce moment-là. Je suis sûr que t’as une vraie voix de Soprano dans ces situations.
Ervayne poussa du pied le corps mutilé de sa victime en observant son adversaire, attendant impatient le corps à corps qu’il espère pour lui broyer quelques phalanges et articulations. Ervayne, oubliant déjà sa main perdu et ses déconvenues avec le bras chimérique, était certains que dans un corps à corps dans son milieux il parviendrait à immobiliser le membre et à prendre l’avantage qu’il avait naturellement sur l’humain.

-Ménage la forme ce coup-ci, on ne joue plus au danseur étoile en esquivant. On cogne, tu esquive mais si tu dois encaisser pour donner… Alors t’encaisse et tu frappes plus fort encore… Je veux entendre son bras gémir …


__________________________________

"Si je me bats ce n'est ni pour la gloire où l'argent... mais juste pour passer le temps"
Petit conseil : Invité, n'oublie jamais de m'offrir un cadeau... je le détesterais très probablement, mais si tu ne le fais pas Invité, c'est toi que je détesterais.
Revenir en haut Aller en bas
Ethan Ketsueki
Dark Angel
Dark Angel
avatar

Masculin
Gémeaux
Nombre de messages : 93
Age : 23

Feuille de personnage
Points d\'expériences:
0/10  (0/10)
Niveau:
1/100  (1/100)
points de vie :
10/10  (10/10)

MessageSujet: Re: Tout s'annonce beau. [PV : ?]   Mer 19 Sep - 1:17

Ethan attendit que son adversaire sorte. Après avoir maîtrisé en quasi-totalité l'absence d'obéissance de son bras, il le tendit vers un mur pour s'aggriper à ce dernier. Il regarda tout autour de lui, les humains semblaient plutôt heureux de sa venue.. Si nous pouvons dire cela de la sorte. Quand à Ethan, il avais l'air toujours si énervé et incontrôlable.

Il jeta un regard dans la fumée, et remarqua que l'homme se tenait encore debout. Il devins très rapidement surpris de ce qu'il venais d'arriver. Il n'en croyait pas ses yeux, pour lui cette attaque suffisait amplement à tuer une armée quelconque, mais cet homme ne semblait pas humain.. Il dégageait une sale odeur qui n'était sans doute pas du Parfum Dior. Ethan ne s'arrêta pas de serrer les dents de plus en plus fort, son bras gauche tremblait de contentement à la vue de son adversaire. Il semblerait amplement que le bras du guerrier veuille instinctivement se retrouver en situation dangereuse telle son actuel cas. Le bras tentait de mobiliser Ethan vers son adversaire mais ce dernier retenait sa force intérieure. Il ne cacha pas avoir du mal à le contrôler parfois, et son adversaire as du humblement le remarquer.. L'homme chimérique a également perçu que l'homme qui pue avait pour but de couper son bras pour l'affaiblir énormément. Il se mit en position de garde envers son bras, mais il était trop tard. Le schizophrène face à Ethan semblait extrêmement sadique et content d'avoir affaire à ce type de combat. Ethan n'en était pas malheureux à son tour, il appréciait, même si actuellement il n'est pas en état de juger ce qui est bon du mauvais, il est juste énervé jusqu'au point de tout casser sans s'en soucier le moindre. Son but était de mettre son adversaire hors d'état de nuire, et il est gonflé à bloc pour réussir dans sa tâche. Après tout, quelqu'un qui tue délibérément une personne innocente sans le moindre scrupule ne mérite que justice et repentir. Ethan veux à tout pris lui porter rédemption, et jusqu'à ce que mort s'en suive.

Beaucoup trop sûr de lui, il avais gaspillé son temps sur des réflexions absurdes, voici l'adversaire approcher. Ethan vu au 1er coup d'oeil qu'il n'était vraiment pas humain. Des morceaux noirs, visqueux et atrocement puants était éparpillés par terre, dont une main qui ne cessait de gesticuler. Ethan avala sa salive, il était face à une vraie purge. Cet adversaire allais se montrer plus difficile à vaincre que prévu, il ne savait absolument rien sur ses origines, ni sur ses pouvoirs et encore moins sur le type de force qu'il pouvait avoir. Le guerrier chimérique restait sûr de lui malgré tout. Il n'eût pas le temps de réfléchir à une contre-attaque que ce dernier lui lança un coup de poing en plein visage, suivi d'un coup de genou dans le ventre. Ce dernier se figea comme si il pensais avoir vaincu Ethan avec ces deux coups pathétiques. Cela manquait d'originalité. Il l'entendit à nouveau parler tout seul, mais le guerrier n'y fit guère plus attention qu'actuellement. Il le regarda et tout en serrant les dents, il cria et lança son poing au torse de son adversaire. Il se redressa et l'attendit à nouveau, en se mettant cette fois-ci en posture défensive vis à vis de son bras gauche. Ne le voyant pas arriver, il resta tout d'même sur ses gardes au cas où il pouvais devenir invisible et se faufiler, ou quoi que ce soit du type. Après tout, Ethan ne savait rien de plus sur cet être inconnu qui lui faisait face. Il se contentait juste de le combattre pour mettre terme à sa folie meurtrière. D'un coup il l'entendit crier une phrase qui bouleversa Ethan. Dans le passé, il avais déjà entendu cela. Comme si son adversaire était un compagnon de sa guerre. Quelqu'un lui dit lorsqu'il avait tenté de sauver une jeune fillette de l'emprise d'une malédiction.. Il avais pris sa main et l'avait accidentellement écrasée entre ses doigts. Une larme coula de l'oeil droit d'Ethan, et ses dents se serrèrent de nouveau. Il regarda cet être qui semblait prendre plaisir à donner du mal à un pauvre humain. Il venait à peine de lui déboîter la mâchoire. Ethan ne put s'empêcher de baisser les yeux, cachés derrière ses cheveux. On ne voyait a présent que ses cheveux et une terrible expression du visage qui annonçait un grave futur.

Ethan lança une poche remplie de sable dans les yeux de son adversaire, puis recula son bras gauche en position de chargement. Une lumière qui faisait trembler la terre commençait à se dégager du bras d'Ethan. Il serra les dents et se rappela la dernière fois qu'il avais utilisé cette technique, ça lui avait permis d'anéantir 100 hommes à la fois, et de faire régner la peur sur les adversaires de son village. Il était décidé à remettre sur le tapis cette gigantesque attaque dévastatrice pendant que son adversaire semblait être pris d'une temporaire cécité. Un bruit se fit entendre et le bras de Ethan devenait rouge vif, il commençait à brûler. Il regarda son adversaire tout en serrant les dents.



- WILD CHARGE !!!!! -


Il propulsa son bras gauche en direction de son adversaire, une énorme onde de choc s'était formée autour de son bras. Il fonçait droit dans son adversaire en serrant les dents jusqu'en saigner du nez. Arrivé en face de son adversaire, l'homme l'esquiva extrêmement rapidement, Ethan fut extrêmement surpris par ce dernier. Lorsqu'il ressaisit ses esprits, il se rendit compte qu'il ne pouvait plus s'arrêter en pleine attaque, il fonçait droit sur un immeuble habité par certainement plus de cent habitants de cette ville, il essaya malgré toute sa puissance actuelle de s'arrêter, mais il était pré-visiblement trop tard. Son poing vint à s'enfoncer dans le bâtiment et à le faire exploser en milliers de morceaux. Il pleuvait actuellement du sang, et des débris de bâtiments. Ethan ne put s'empêcher de contracter toutes les parties de son corps, s'énervant de plus en plus après chaque seconde passée, comme l'avait dis son adversaire, tout ce qu'il essayait tant bien que mal de sauver, il le brisait, tôt ou tard. Ethan était complètement énervé, il atteint le stade du paroxysme de la haine. Il se tourna vers son adversaire qui lui ne voyait pas Ethan a travers cet écran de fumée, Ethan se relança sur son adversaire incroyablement vite pour lui mettre un Uppercut au menton, l'envoyant assez haut en l'air. Ethan cogna par terre pour se propulser en l'air et arriver au niveau de l'homme paradoxal. Lorsqu'il fit en face de son visage, il put apercevoir que le guerrier chimérique était au plus haut stade de la rage. Ethan lança un monstrueux coup de poing dans le ventre du schizophrène, ce fut suivi d'un coup de pied dans le torse, d'un coup de poing au visage, coup de genou au menton, coup de coude sur le ventre, et il lui mis le coup de poing final dans le visage. Ce dernier vint à s'écraser au sol laissant un cratère se dessiner. Ethan n'était pas satisfait, il regarda son bras, ouvrit sa main puis la referma d'un coup, il se propulsa de toutes ses forces vers son adversaire.


- METSU RYUU OUGII : TITANIAAAAAAAAAAAA'S... SHOUUUGEKIIIIII !!!! -


[i]Il mis son bras en avant, s'écrasant totalement sur le ventre de son adversaire. Laissant une onde de masse faire le quasi tour des 200m qui les entouraient, tout autour d'eux avait tremblé. Il se releva en soufflant un peu en regardant son adversaire qui semblait immobile pour l'instant, mais il savait très bien qu'il allais rapidement se remettre en pied sans faire d'histoires. Il sentait que ce dernier dégageait encore de la puissance nécessaire pour continuer le combat.
Revenir en haut Aller en bas
Ervayne
Modérateur
Modérateur
avatar

Masculin
Bélier
Nombre de messages : 1023
Age : 24

Feuille de personnage
Points d\'expériences:
78/85  (78/85)
Niveau:
6/100  (6/100)
points de vie :
60/60  (60/60)

MessageSujet: Re: Tout s'annonce beau. [PV : ?]   Mer 19 Sep - 19:12

Rage ! Fureur ! Poussière et Violence ! Autant de vague ardente et violente qui venait s’écraser dans le Siphon du néantin. Raz de marée de puissance brute vengeresse, étincelle de colère embrasant le bûcher de la Culpabilité. Le torrent de Haine dont était la source son adversaire ne cessait de s’élargir et d’engloutir les autres sensations absorbé par le néantin, là où la peur et la panique régnait en haine à peine quelques instants, il avait suffi d’une phrase pour qu’un renversement brutale et volcanique ne viennent incendier la sinistre demeure de l’Effroi érigé au sein du Maelström néantique. Si Ervayne avait eu des papilles elles seraient délicieusement picoter par l’épice sentimentale qui venait s’engouffrer dans son Trou noir. Il en aurait un frisson le long de son échine mais nul muscle ne pouvait se contracter à l’improviste dans le corps noire et stoïque de l’Ombre. Ses doigts tapotaient le manche de son arme improvisée et son étreinte se faisait plus ferme alors qu’il attendait de voir la charge probable de son adversaire. L’humain défiguré au sol poussa un râle alors que la poussière épaisse se collait au sang et à la salive dégoulinant de sa bouche mutilé, produisant une épaisse coulée noirâtre, les rangers foulèrent le sol à côté de sa tête sans même que l’Humain d’ébène ne pose son attention sur lui, délaissant l’agonie atroce de l’être au profit du geste soudain de l’homme.

Son bras venait de partir rapidement, expédiant dans la direction du néantin une couche saleté épaisse et précise à destination de son visage. Du sable, des petits cailloux et des gravats minuscule, une légion de ces pitoyables mais néanmoins utiles projectiles percutèrent le visage lisse et brillant du néantin, là où devrait se trouver ses yeux. L’humain n’avait peut-être pas vu d’assez près son visage pour s’apercevoir que nul organe, appendice, faille ou trou ne venait perturber le masque lisse et étincelant d’Ervayne, ou alors pensait-il que ce n’était qu’un masque et que derrière cela se cachait un quelconque visage humain, un être comme ceux qu’il avait déjà tant vu, tant détruit. Mais il se trompait et bien qu’Ervayne porte sa main à son visage pour se protéger du reste des projectiles aucune des poussières ne parvint à brouiller sa vision de ce monde. Les caresses de la force unissant le néant en un être continuait de se poser sur les êtres l’entourant et lui fournissait la perception de ces bouillonnements vivant alentour. Néanmoins comprenant ce qu’avez voulu faire son adversaire le néantin eu un large sourire intérieur et un petit ricanement se fit entendre pour les corps blessés les plus proches de lui. Mimant la déstabilisation et plusieurs mouvements sur ces appuis il recula en imitant un de ces escrimeurs désorientant qui, présumant du déplacement et de l’attaque de leurs adversaires tourne sur eux même par à-coups brusque en essayant de sentir la provenance du prochain assaut. Toutefois il voyait toujours aussi clairement son opposant, voir plus même, car celui-ci avait entrepris d’illuminer son bras se transformant en une sorte de phares à taille et morphologie humaine.

Le bras partit en avant, luminescent et fendant les airs, laissant entre apercevoir une formidable onde de choc autour de lui, la puissance brute dégagée par l’attaque était ostensiblement percevable aux alentour et Ervayne stoppa son mime et s’interpella de nouveau lui-même.

-Tu vois ! Lui il s’emmerde pas avec de la forme ! Il envoi du brutale et du lourd directe dans ta face.
-… ça me donne envie de vomir… enfin façon de parler. C’est peut-être puissant mais c’est lourd ! Observe il ne nous subjugue pas par son style ni par son charisme du coup on est pas très stupéfait et …

Le conciliabule s’arrêta nette quand le bras parvint à une distance plus que dangereuse d’Ervayne qui stoppa nette le débat en se dématérialisant quelques mètre à coté et en arrière, observant la brute se fracasser contre un immeuble malgré un sursaut flagrant et une piètre résistance contre sa propre puissance, en l’espace de quelques secondes le béton se fissura, le verre vola en éclat et les cris de surprise retentirent. Le bâtiment commença son effondrement et une peur panique s’instilla brutalement dans l’esprit de tous ces occupants. Des bruits peu ragoûtants et des morceaux organiques apparurent dans le paysage sonore et visuel urbain. Ervayne fut pensif pendant quelques instants, la rage et la peur s’équilibrant dans la dégustation qu’il avait. La terreur d’une centaine d personnes égalait la haine d’une seule, une colère qui ne cessait de grandir en réalisant son acte.

-Le pauvre, il a encore raté son coup. Tu crois qu’il se le pardonnera un jour ?
-Ça je n’en sais rien, par contre je pense pouvoir t’assurer qu’il va vraiment beaucoup nous en vouloir !
-Mmmh probablement...


Et alors que le verre tranchant pleuvait autour des ruines de la construction, que les êtres vivant souffrait et mourrait rapidement d’innombrable contusions, fractures et plaies causées par la catastrophes, que la panique gagnait les rues et que l’incompréhension des observateurs éloignés grandissait, parmi toute cette activité et toute ces sensations seul l’éruption intense de rage du destructeur vint inonder Ervayne, subjuguer par l’explosion de haine. Surgissant des ruines l’être asséna alors une violente série de coups au néantin, se surprenant à voler il découvrit également les joies du retour au sol quand son corps meurtri heurta le sol et forma un nouveau cratère dans le bitumes et le ciment environnant, un cratère davantage causé par la puissance de la projection qu’il avait subi que par le poids insignifiant qu’il pesait. Enfoncé dans le sol, reprenant ses esprits et renforçant sa matérialisation affaiblie, Ervayne discerna un nouveau hurlement de la brute chutant des cieux…

-Oh bon sang il ne peut pas la boucler trente secondes ?!


Divisant son essence en deux, Ervayne sortit rapidement du cratère et roula se mettre contre un pan de mur détruit puis se replia au milieu de l’acier tordu d’une verrière. Le « Marteleur » se réceptionna sur l’enveloppe de son clone dans une frappe épique tout à fait digne de l’impact d’une météorite, soufflant les décombres légers mais également ceux moins modestes sur plusieurs mètres alentour, et expédiant quelques humain hors de la zone de combats. Quelques bras, jambes et autres membres volèrent aussi et l’un d’entre eux vint s’écraser à quelques mètres à peine de l’Ombre qui soupira en regardant le monceau organique couvert de plaie et de sang. Dire qu’il n’était même pas responsable de ce démembrement ci, il tourna son visage vers l’homme qui se redresse sur son autre lui, observant ce dos musculeux et se bras frétillant et exsudant la puissance brute d’une force interdite. Qui était cet homme ? D’où venait sa haine ? Quelle était sa puissance et les raisons de ces actes ? Autant de question qui ne passèrent pas dans l’esprit d’Ervayne, empoisonnée par la rage et la colère que déversait l’homme. Pénétré et manipulait par ce courant de lave dans lequel son être se baignait. Seul comptait pour lui cette rage qui nourrissait son être désormais, il lui fallait l’entretenir et l’attisait, peu importe sa provenance, le pourquoi du comment, le nombre d’être qu’il devrait tuer ou lui faire tuer. Il se releva rapidement et attrapa le bras à côté de lui, l’empalant sur sa barre d’acier en s’approchant de son opposant.

-Oh … Et dire que je ne suis même pas responsable de son démembrement ! Si tu continues comme ça je vais finir par croire que t'es plus doué que moi à ce petit jeu.

Il ricana alors que son adversaire se retourne lentement, tête légèrement baissé, yeux invisible derrière sa barrière de cheveux. Son bras et son corps se remirent en position de garde mais il y avait comme une dissonance entre le bras spasmodique et le corps stoïque du guerrier. Ervayne fit un ample mouvement de bras pour débarrasser son arme du membre alors que dans un coup aussi violent que silencieux son clone immobile, au sol sous la brute, expédia son genou entre les deux cuisses de l’humanoïde et heurta ses parties génital de manière aussi imprévu que douloureuse. Les muscles se crispèrent et se refermèrent un peu chez l’homme alors que le clone s’évanoui en une nuée de filament qui s’agitèrent jusqu’au corps d’origine.

-Uhhh… ça ne doit pas être agréable.
-Bon maintenant que les préliminaires sont terminés on peut passer aux choses sérieuses ? T’as pas encore détruits les résidences des gens de l’autre côté du parc !




~Shadow's Rage~
La main gantée de noire se raffermit sur sa prise d’acier alors que le poing démoniaque se resserrait, la flamme du cœur de l’homme embrasait le corps d’Ervayne, abreuvant de sa force belliqueuse les deux êtres qui se toisait d’à peine quelques mètres. Brûlant d’une soif inextinguible chez la brute alors que le Maelström noire ne parvenait à consumer la totalité des flammes qu’il absorbait. Face à face et se défiant l’un l’autre intentionnellement pour la première fois, alors que le membre chimérique tout puissant était contrôlée à grand peine, chez Ervayne c’était la main tenant son arme qui ne cessait de s’agiter.

Nerveux et impatient l’homme d’ébène fit le premier geste en directions de son adversaire, se jetant sur lui arme en main pour lui porter un coup à destination de ses flancs, le bras chimérique frappa le sol repoussant l’ombre dans les décombres et la brute sauta à son tour pour écraser son poings dans le visage lisse, le néantin roula sur le côté et se releva à temps pour expédier un coup de pieds dans le crâne de l’assaillant puis un coup de sa barre dans la colonne vertébrale exposé. La main de l’homme agrippa une de ses jambes et tira, l’envoyant au sol alors que lui même se relevait et le fracassa dans les ruines comme un gosse manipulant une marionnette, le corps d’Ervayne creusa un sillon dans les décombres en disparaissant avant de réapparaître sur la gauche de son adversaire assénant un coup à l’arrière de son genou et faisant plier son adversaire. Préparant un mouvement ample pour écraser une des extrémités d’acier dans le visage de son opposant et lui transpercer la cervelle, la main démoniaque bloqua l’acier et Ervayne mit toute ses forces pour tenter de passer la garde du bras. Fixant son visage lisse dans celui de son adversaire, ricanant tout en forçant avec rage.

-Tu n’es bon qu’à détruire des immeubles comment penses tu me toucher ?


La poigne de la chimère tordit la barre et l’expédia au loin alors qu’Ervayne la lâchait pour assénait un crochet et un uppercut. Un coup de genou dans son ventre mis fin à sa série et un coup de coude l’envoya ventre à terre. Encaissant un coup de pied avant d’effectuer une roulade et de mettre un coup de tête dans le ventre de son adversaire, il se redressa et du affronter un assaut brutal de coup qu’il esquivait, parait en fonction du bras portant l’attaque, il réussit à bloquer l’avant-bras humain et décocha alors un coup de poing dans le milieu du visage de l’être, celui-ci l’attrapa alors par le col de son bras démoniaque et le faisant passer par-dessus lui dégagea l’ombre en l’expédiant dans un long vol plané. Son corps allant s’encastrer dans la paroi d’un immeuble encore intact. Peinant à se libérer de sa position alors qu’il observait son adversaire un peu plus loin

-Bordel je n’aime pas quand ils réfléchissent et joue sur ce que je dis …

__________________________________

"Si je me bats ce n'est ni pour la gloire où l'argent... mais juste pour passer le temps"
Petit conseil : Invité, n'oublie jamais de m'offrir un cadeau... je le détesterais très probablement, mais si tu ne le fais pas Invité, c'est toi que je détesterais.
Revenir en haut Aller en bas
Ethan Ketsueki
Dark Angel
Dark Angel
avatar

Masculin
Gémeaux
Nombre de messages : 93
Age : 23

Feuille de personnage
Points d\'expériences:
0/10  (0/10)
Niveau:
1/100  (1/100)
points de vie :
10/10  (10/10)

MessageSujet: Re: Tout s'annonce beau. [PV : ?]   Mar 2 Oct - 5:07

Ethan, essoufflé, prit une pause lorsqu'il pensa avoir vaincu son adversaire. Il regarda sa main gauche avec peine, il se rendit compte du désastre qu'il avais créé à lui tout seul.. Il étais censé éliminer quelqu'un.. Enfin.. Quelque chose, qui avais tué sans aucune raison mais il se retrouva lui-même dans le cas de ce dernier, et en pire. Il ferma le poing et regarda tout autour de lui ce qu'il avais osé commettre, il n'y vit que ruines et gravas, cadavres et sang, pleurs et cris, haine et tristesse, rage et rédemption. Il sembla avoir récupéré son visage froid d'avant son combat. Il resta figé, à se poser des questions. Devait-il être traité en Héros, ou plutôt en Criminel de très haut rang.. Il arriva même à s'en demander comment il put arriver à ce stade. Cette vague de rage qui l'avais consumé et entièrement contrôlé, cette haine indomptable et inépuisable.. Une rage infinie. Le chevalier sanglant ne put s'empêcher de serrer les dents envers son bras qui avait l'influence ultime de lui déposséder de tout acte de bonté... Mais il se pourrait qu'il ne soit pas entier fautif dans cette histoire, Ethan n'a toujours pas réussi à se pardonner son passé.


Il se souvint lors de sa jeunesse.. Un vieillard lui avait longuement expliqué que la rage combative et primitive ne pouvait rien arranger à la vie, même pas la guerre. Cette phrase lui avait été transmise avant que le Sage rende son âme aux tréfonds de l'Autre-Monde, il jura ne jamais oublier et défier ces paroles emplies de bonté et divinité, mais il brisa cette promesse tout au long de sa vie, jusqu'à présent encore. Cette malédiction alla même jusqu'à l'empêcher de réfléchir, sans plus attendre, il se prépara à partir, lorsqu'il sentit de nouveau, une puissance approcher rapidement jusque sa position, il se mit en posture de défense, en mettant son bras gauche en bouclier ultime.

Il vit son adversaire réapparaître face à lui, une sorte de dématérialisation.. Une magie totalement inconnue aux yeux du broyeur. Il ne put s'empêcher d'être surpris par son apparition qu'il alla jusqu'à en baisser légèrement sa garde. Alors qu'il ne s'y attendit vraiment pas, le prétendu cadavre de l'Ombre vint à.. Bah.. Lui latter les couilles. Ethan n'eut pas assez de souffle pour pouvoir exprimer sa douleur, il vascillait lentement vers le paroxysme de la douleur. Sa faiblesse l'empêcha de bouger et le rendit totalement à découvert pour les prochaines secondes à venir.. Il se doutait que le néantin face à lui allait en profiter pour l'attaquer. Il trouva ça extrêmement lâche et bien digne de l'attaque d'un Assassin, mais après tout, il semblait en être un, venant d'un monde parallèle.


Le bras d'Ethan commença à refaire des siennes, prenant cette fois-ci un tout petit peu de grosseur. Sa rage revint comme avant, Ethan serra les dents, et cette douleur disparut. Il se releva et regarda la Chose qui se tenait face à lui, qui semblait ricaner à nouveau et encore lâcher un blabla totalement emmerdant et inutile, le traître ne l'écoutait pas. Il forma avec ses bras une croix sur son corps puis, en un geste brusque, il les balança sur les côtés, regardant son adversaire avec tellement de fureur que ses yeux n'arrivaient pas à suivre cette overdose de rage inépuisable. Il arrivait à peine à se contrôler, mais il refusa catégoriquement de perdre après tout ce qu'il avais pu commettre, c'était la moindre des choses.


Son adversaire sembla impatient, au point de se jeter à grande vitesse sur lui, Ethan frappa au sol un puissant impact, propulsant l'ombre en arrière, et sauta à son tour, lançant son poing sur le visage de ce dernier. Il l'esquiva agréablement, comme si de rien n'était et commença à l'enchaîner par un coup de pied à la tête et un coup de barre dans sa colonne vertébrale. Ethan lâcha un ample cri de douleur, et cracha du sang par la bouche en ayant du mal à se relever. Il attrapa sa jambe et le fit tomber à terre, tout en le jetant au loin pour pouvoir souffler.. Mais l'Ombre destructrice semblait rapide. Il eut à peine le temps d'expirer l'air qu'il vint à se prendre un coup au genou, le faisant plier au sol. Il releva les yeux et eut le chanceux réflexe de mettre son bras sur son visage, bloquant la barre d'acier que le néantin tentait de lui empaler. Il força tellement que la matière se plia et se dégagea loin et rapidement. Le chevalier ne put parer les coups qui suivirent et se laissa enchaîner tout en souffrant et serrant les dents. Il fut envoyé s'encastrer sur un immeuble qui n'avait, pour l'instant, encore pris aucun dégât.


Son bras repoussa autour de lui les décombres qui l'entouraient et l'aida à se relever. Il regarda de loin son adversaire qui semblait presque intact malgré tout ce qu'il avait encaissé jusqu'à présent.


Sa rage fut si grande qu'il en vint à sourire, et ricaner à son tour, il venait d'avoir une idée.



~Beast's Rage~


Il se re-lança sur son adversaire brutalement vite, propulsant son poing en avant, ce dernier l'esquiva. Ethan s'arrêta net avant de mettre un coup de genou dans le ventre de l'Ombre, le faisant plier. Il l'enchaîna sur un coup de coude dans le dos, il l'attrapa par sa veste, le souleva et l'envoya brutalement cogner le sol. Il le releva et refit la même chose à plusieurs reprises, jusqu'à la reprendre et le jeter cette fois-ci en l'air, le traître sauta vers lui mais l'adversaire avais mis en avant sa ranger, Ethan se pris de plein fouet la botte dans le visage retombant à terre, mais il se repropulsa attrapant le pied et le faisant tournoyer pour le jeter contre un mur. Il arriva au sol et se jeta vers le beau-parleur en mettant son épaule en avant, il l'esquiva à nouveau, le destructeur s'enfonça dans le mur. Lorsqu'il en sortit il vit son adversaire ricaner de nouveau, ce qui commençait à l'agacer grandement. Son bras commença à briller, et il refit une Wild Charge en direction de ce dernier. Il se dématérialisa pour l'esquiver mais l'humain chimérique avait prévu cet acte, il arrêta son attaque et tourna sur lui-même pour aller en face à face avec son adversaire, il lança son poing en serrant les dents vers ce dernier, son bras fut entouré d'une aura ténébreuse.


- AKUMA'S STRIKE ! -


Le poing arriva sur la face de son adversaire, faisant un coup de vent destructeur qui l'envoya contre un mur, quasi-bloqué par la matière qui l'entourait.
Ethan sauta en l'air et jeta son cimeterre en direction du terrible inconnu, il l'arrêta avec ses deux mains. L'homme en profita pour se lancer vers lui, chargeant une puissance terrible sur son poing qui devint rouge vif, entouré par les flammes.



- KAKUHEIKI !!!! -



Son poing s'arrêta à bout partant de la créature, créant une lumière divine qui vint à se transformer en une terrible explosion digne d'une bombe. Ethan en fut également blessé.
Revenir en haut Aller en bas
Ervayne
Modérateur
Modérateur
avatar

Masculin
Bélier
Nombre de messages : 1023
Age : 24

Feuille de personnage
Points d\'expériences:
78/85  (78/85)
Niveau:
6/100  (6/100)
points de vie :
60/60  (60/60)

MessageSujet: Re: Tout s'annonce beau. [PV : ?]   Lun 8 Oct - 16:30

Lumière évanescente et persistante, l’éclaircie avait balayé les ténèbres, tout comme l’aube chassant les terreurs nocturne la luminosité de l’explosion avait dissipé les sinistres filaments d’obscurité. Depuis sa prison terrestre de ciment et d’acier, encastré dans un mur l’ombre avait subi de plein fouet la toute-puissance du rayon qui balaya sa prison-crevasse, l’y chassant en détruisant son enveloppe de néant. Bien plus que l’armement conventionnel terrestre et ses bombes aussi destructrice qu’imprécise, l’onde solaire qui venait de la balayer avait été aussi surprenante et subite qu’inhabituelle et ravageuse. L’immeuble dans lequel il était emprisonnés s’effondrait à son tour sur lui-même dégageant un nouvel afflux de poussière ocre et grise, une pluie de décombres et une orchestrale symphonie de cris et de panique humaine, le gigantesque panneau de l’immeuble, visiblement une enseigne spécialisé dans la pointe de la pharmaceutique, vint percuter la route en broyant plusieurs véhicule stationné et éparpillant les quelques badauds encore présent. Un évènement fantôme et indétectable pour Ervayne qui se trouvait sous la masse de ce colosse terrestre mis à terre, plongé dans le silence et le vide total. Sourd, aveugle et muet, banni du monde pendant ces quelques instants de flottements, son esprit absent chassé de la dimension humaine. Résidant sous les décombres qui ne cessait de s’entasser il n’avait plus aucune perception du présent seules ses résidus tenter de reconstituer ce qui venait de se passer, rebâtissant la structure de son esprit et par là même son corps.

Un filament inconsistant et noir rampait affolé, serpentin chaotique d’ébène cherchant avec désespoir et peur la sortie de sa prison, porteur d’une fugace sensation, d’un souvenir éphémère et violent… Aussi brutal qu’absolu. Le filament contourna une épaisse brique et rencontra un autre trait similaire à lui-même, s’y mêlant par réflexe ils tourbillonnèrent ensemble une micro-seconde et partagèrent leur contenu. La violence d’un choc rencontra le souvenir d’un geste, et les deux liés formèrent une entité qui bien que brouillée et confuse dégageait une infime attraction sur le reste des réminiscences obscurs et dispersés. Grouillant comme des vers sans cesse grossissant par l’ingestion d’autres membres de son espèce le duo devint une masse informe et en ébullition qui parcourait les décombres à la recherche de d’avantage de substances à absorber. Chaque filament joignant la masse apportant un nouveau souvenir et une part substantielle de puissance. La mêlée se reformait doucement et la conscience de l’être revint partiellement. Le néantin n’était plus qu’un torse s’effritant et s’effilochant sans cesse, rampant, plutôt serpentant, à la recherche de son intégrité corporelle. Les coups de poings, de coude, de genou lui revinrent imprécis en mémoire, jaillissant d’un monticule il déboucha sur le pan de mur ou reposait le reste de ses affaires et de son corps détruis.

Un bras était encore engoncé dans une manche quand à sa partie inférieur, elle se trouvait déformé et coincé sous une plaque de ciment impressionnante, le bras d’ébène immobile et poussiéreux ne s’agita même pas à l’approche de son propriétaire alors que les jambes se dissolvaient immédiatement pour rejoindre la masse, Ervayne dégageant une petite cavité de sa forme de plus en plus concrète puis observa avec surprise ce bras immobile dans le tissu épais de sa veste. Le tirant doucement hors du vêtement et faisant glisser sa main le long du membre froid et noir, des filaments s’agitèrent lentement en réaction à la caresse lente et douce du néantin mais aucun ne parvint à réintégrer l’enveloppe reconstitué d’Ervayne malgré son insistance. Attrapant le membre il le colla contre lui, se roula en boule et de toute la force de son esprit se concentra sur ce lui inerte, convaincu de pouvoir le faire revenir. Mais nul énergie ne se dégageait de cette futile et triste étreinte, le bras sectionné retourna au sol, figé, semblable à un de ces bras humain alors qu’Ervayne le regardait en prenant de la distance, ré enfilant son habit usé et abîmé. S’il avait pu ressentir quelques choses ce serait un mélange d’inquiétude et de dégout qui aurait doucement germé dans son esprit, mais l’ombre n’avait d’autre sensation que celle de ce trou noir béant aspirant toutes lumières émotionnelles proche.

De nouveau reconstitué Ervayne écarta plusieurs décombre pour se frayer un chemin vers la sortie, se faufilant entre brique, plaque et barre de métal tordu pour s’extraire des ruines de l’immeuble qui avait tenté de lui servir de caveau. Une main noire surgit des décombres et attrapa une plaque de ciment la poussant pour laisser émerger un Ervayne aux habits ravagés et amputé d’un avant-bras. Reprenant à peine ses esprits alors qu’il se dressait à nouveaux sur les ruines et contemplait la destruction de la place environnante, l’odeur et le goût de la peur, de la panique revint doucement dans son esprit, entêtante et revigorante, juste avant que la rage ne vienne de nouveau pimenter et inonder sa dégustation. La mémoire d’Ervy se fit plus clair au contact de cette fraîcheur émotionnel, Le corps à corps brutal et nerveux qu’il venait de vivre, la puissance de la déflagration. Enivré par la rage de son adversaire il n’avait pu se retenir de s’engager dans une mêlée destructrice et nerveuse avec l’Autre, rivalisant de maîtrise l’un l’autre pour blesser l’adversaire mais la puissance brute de son ennemi surpassait sa capacité à encaisser. Ce n’était plus des balles, des coups de poings ou des prises de catch qu’il recevait à présent, mais de la puissance pure qui mettait à mal son corps. Ervayne regarda sa manche droite partiellement vide mais complétement ridicule et entrepris de faire un nœud autour du moignon de son coude.

-Encore l’apparence ?
-Bien plus que ça… A ton avis si on laisse une manche pendouillant comme ça combien de temps ça va lui prendre avant de l’attraper pour nous tirer vers lui et nous réduire en miette ?
-Bah ! On frappera plus fort en retour et voilà !

-NON ! Dialoguant avec lui-même la voix d’Ervayne haussa le ton brutalement . Non ! On ne peut pas frapper plus fort que lui, regarde dans quoi tu nous as fourré avec ton désir d’en découdre ! Il leva son bras mutilé pour justifier ses propos

-Et tu veux faire quoi alors ?! Qu’on… Le néantin s’interrompit de nouveau.
-Qu’on arrête de jouer à son jeu ! Qu’on arrête de jouer avec leurs règles !

Se remettant en marche l’homme d’ébène sentait la rage de son adversaire non loin c’était une question de temps avant qu’un nouvel assaut ne soit lancé et qu’il ne doive à nouveau lutter contre l’irrésistible force de l’inconnu. Il dévala les gravats à pas rapide observant autour de lui, cherchant un avantage quelconque qu’il pourrait exploiter mais parmi la poussière, les cris, les décombres et l’agitation des vivants de la zone sinistré (s’étendant à chaque mêlée) rien d’innovant ne se présentait. L’esprit blessé, au sens littéral, d’Ervayne s’agitait à la recherche du moyen de prendre l’avantage, rien ne se présentait ici, dans ce champs de ruine, dans ce terrain découvert, il devait arrêter de vouloir poursuivre le combat ici. Il devait déplacer l’affrontement, mais la force de poursuivre lui manquait, son bras perdu brisant son morale. Il n’avait jamais vécu la blessure, du moins pas aussi réellement que celle-ci. Il perçut la rage de son adversaire se mêler à la douleur mais cela ne lui fit pas plus d’effet que de sentir la souffrance psychologique d’une banane. Un de ses genoux tomba au sol et son attention se porta sur les décombres. Il entendit des cris et des sirènes un peu plus loin, des crissements de pneu, des bruits de portières claqués. Visiblement les autorités commençaient un sérieux déploiement près de la zone et le vrombissement d’un hélicoptère survolant la zone se fit soudainement remarquer par Ervayne. Trop absorbé par son combat il n’avait pas prêté attention au déploiement des humains et autres races d’Erya qui vivait l’affrontement de manière indirecte et plus douloureusement. Des hommes rentraient à pas lent dans les décombres et s’approchaient dans sa direction, l’hélicoptère semblait quant à lui survoler la zone près de son adversaire.

Les humains étaient son avantage désormais, il avait subitement repris foi, non pas en lui mais en eux, en leur peurs, en leurs paniques. Un gémissement se fit entendre sous des gravats à côté de lui et il perçut une jambe légèrement enfoui, zébrés de blessures ouvertes, dévoilant un os visible et une chair couverte de poussière. Attrapant un gravât, Ervayne se retourna vers le membre et martela la chair à nu, provocant des hurlements étouffés et plaintif alors que ses coups entraînait des gerbes de sang qui venait tâchait sa veste et lui-même, le liquide rouge et épais giclant à travers les vaisseaux encrassé de poussière. Les hurlements se firent plus discret jusqu’à disparaître, Ervayne finit alors d’essuyer sa main sur ses vêtement et son visage avant de se relever en titubant, il voulait avoir l’air le plus sale possible pour avoir un minimum de crédibilité dans son rôle de survivant. Se balançant dans un équilibre instable vers les êtres qui avançait doucement dans la zone, n’hésitant pas à chuter et tomber plusieurs fois, à faire quelques mètres à quatre pattes tout en hurlant des appels à l’aide. Visiblement les silhouettes était des agents de l’ordre, en train d’établir un bandeau de sécurité à distance respectable de la zone, cela faisait plusieurs minute qu’Ervayne s’était libéré des décombres et la faiblesse de sa puissance n’avait surement pas dû permettre à l’autre de le retrouver. Cependant, désormais en train de se revigorer, ce n’était qu’une question de temps avant qu’il ne le voit débarqué, sautant à pied joint sur lui.

-A… à l’aide… A L’AIDE !!! Vi-vi-vite ! Par ici ! Il sentit le regard d’un des agents se poser sur lui, mais la peur le fit faire comme si il n’avait rien vu et entendu, c’était dangereux et interdit d’aller sur un lieu bloqué et dont on ne sait rien, il n’était pas là pour jouer aux héros celui-ci. Ervayne relança son appel à l’aide en se relevant et reprenant sa démarche titubante vers les agents. Vite… J’ai… j’ai pu me téléporter hors de … de l’horreur. Mais j’ai des collègues coincés là-bas, il y en un qui…

Ervayne repris son souffle en s’accrochant à un des agents, il les avait rejoints alors qu’il mimait et récitait son appels à l’aide. Les trois hommes l’observaient avec stupéfaction et laissèrent tomber leurs bandeaux pour le conduire contre un mur. Le rassurant et lui parlant, il y avait également une interrogation en eux, sur ce que pouvait bien être ce type sans visage. Mais les êtres étranges ne manquaient pas à Erya et Ervayne devait être un cas particulier. Adossé contre un mur le néantin observa les ambulances, les voitures de polices et les camions de pompiers qui débarquaient tous leurs personnels sur place. Peu désireux d’attendre passivement le retour de la brute Ervayne se leva rapidement et pénétra dans le hall d’un immeuble adjacent, grimpant les escaliers quatre à quatre alors que l’agitation gagnait les occupants de l’immeuble jusqu’à déboucher sur le toit. Plusieurs personne s’y était déjà regroupé afin d’observer la situation depuis la hauteur, c’était visiblement des responsables, équipé de jumelle, d’une table avec diverses plans étalé sur elles, deux des hommes portés des armes à feu légère sur eux. Le néantin s’approcha d’eux et rapidement, les hommes se retournèrent vers lui et lui signifièrent de stopper immédiatement et de redescendre mais l’homme d’ébène n’avait cure de ces ordres. Il engagea un violent corps avec les deux hommes armées qui se termina par l’encastrement du crane du premier contre l’arrête saillante du parapet et le perçage crânien du second par l’arme du premier. Le troisième portait un talkie-walkie qu’il activa mais avant même de pouvoir parler l’appareil lui était usurpé et la ranger d’Ervayne vint s’écraser sur la trachée de l’humain, le maintenant au sol avec fermeté. Eteignant le talkie-walkie et le laissant heurter le sol il observa l’humain s’éteindre doucement sous l’étau qu’exerçait ces puissantes sur sa gorge, le laissant gargouiller et se débattre face à l’impitoyable stoïcisme de la pression du néantin. Le visage bleuté finis enfin par cesser ses grimaces grotesques en retombant inerte et figée sur son épaule. Ervayne retira alors sa botte et fouilla les corps présents pour rapidement récupéré les deux armes à feux et leur chargeur, médiocre armement face à ce qu’il devrait affronter mais il n’allait pas faire le difficile. La main noire saisis une paire jumelle et la détailla, appareil complétement inutile pour lui il observa en contrebas et lança l’instrument sur la tête d’un reporter. Tentant avec difficulté de préparer son arme à l’aide d’une seule main le néantin attendait, fébrilement si il avait pu, que son adversaire le rejoigne sur la scène de ce toit d’immeuble.

-J’espère qu’il sera assez bon pour le public en contrebas. L’ombre regarda le reporter qui avait reçu les jumelles et les pointait désormais dans sa direction, il lui fit un signe ample de la main avant que le choc d’un large pan de mur propulsait par la Brute ne vienne l’écraser sur le toit. Le choc n’eut d’ailleurs pas lieu car par un réflexe salvateur Ervayne parvint à esquiver de quelques centimètres le projectile et vida son premier chargeur en direction de son adversaire apparaissant. Fin de l’interlude, début de l’Acte II !

__________________________________

"Si je me bats ce n'est ni pour la gloire où l'argent... mais juste pour passer le temps"
Petit conseil : Invité, n'oublie jamais de m'offrir un cadeau... je le détesterais très probablement, mais si tu ne le fais pas Invité, c'est toi que je détesterais.
Revenir en haut Aller en bas
Ethan Ketsueki
Dark Angel
Dark Angel
avatar

Masculin
Gémeaux
Nombre de messages : 93
Age : 23

Feuille de personnage
Points d\'expériences:
0/10  (0/10)
Niveau:
1/100  (1/100)
points de vie :
10/10  (10/10)

MessageSujet: Re: Tout s'annonce beau. [PV : ?]   Mar 9 Oct - 5:05

C'était la fin. La lumière châtia l'indestructible que par sa bonté Ultime. Les ténèbres avaient emporté avec eux d'innombrables âmes expiées de tout pêchers sans même avoir pu dire un dernier au revoir à leur proche. Le monde demeurera libre d'anarchie, et vide de justice.


Il expira d'un souffle rassuré, une brise d'air qu'il ne pensait pas retrouver. En effet, le combat entre le Néantin et le Traître venait de prendre fin sur une victoire pour le deuxième. Il leva les yeux vers le ciel, ce dernier donnait un paysage apaisant et relaxant de belles étoiles, accompagnées par une lune resplendissante d'espoirs et de joie.. Mis à part ça, il ne restait que gravas éparpillés, cendres envolées, cadavres empilés, et âmes innocentes châtiées. Le chevalier attrapa sa croix latine avant de la déposer sur les restes de bâtiment, là ou il avais vaincu la Créature. En se relevant, il posa sa main gauche sur son front, ferma les yeux, en récitant.



- Puisse ton âme un jour repentir de ses pêchers. -



Tournant dos à sa faute, il ouvrit les yeux et perçut une horde d'humains, tous pointant leur horrible regards sur lui, des regards plus meurtriers l'un que l'autre. Tous avaient à la fois agonie et rage dans leur yeux. Un terrible frisson parcourut le corps d'Ethan. Tous s'approchèrent a pas extrêmement lent de sa direction. regardant tout autour de lui, et remarquant que l'encerclement était à présent inévitable, il les regarda d'un air effrayé. Chacun d'eux criait un mot différent, mais tous réunis dans un seul ensemble. "Assassin !" "Sans pitié !" "Judas !" "Envoyé du Démon !" et bien plus encore. Le Pécheur (Pécheur pour les pêchers, pas pour les poissons.) n'arrivait malheureusement pas à réfléchir à sa situation. Seconde après seconde, sa tête se baissa de plus en plus, ses mains rejoignirent son visage, se posant sur le haut de son crâne, serrant les dents de toute ses forces. Toute sa vie passait dans sa tête à la vitesse de la lumière, souvenirs en lambeaux, rapidement effacés par les prochains. De son enfance jusqu'à son présent, tout faufilait comme des fraudeurs dans un train. Un habitant vint à porter la main sur lui, mais avant que cela n'arrive.. Ethan ouvrit les yeux. Relevant tout son corps vers le haut, une onde de choc séismique vint à se produire, balayant vers l'arrière tout autour de lui. Les cris de l'homme Blessé résonnaient dans toute la ville, et l'onde était de plus en plus dévastatrice. Sa rage ne pouvait plus être contenue dans ce corps, il éclata de toutes ses forces, toute sa haine, tout ses espoirs, tout son corps. Lorsque cette catastrophe fut terminée, il peina à regarder ses alentours, il ne restait plus rien. Le vide comblait tout recoin de tout endroit. Tout n'était que sang, os, chair, sable, cendres, gravas. Lorsqu'il regarda son bras, il vit un sourire se dessiner sur ce dernier, d'un air effrayé, il perdit la voix.


Il sursauta subitement. Après son explosion divine, il s'était fait assommer par la chute d'un rocher sur le haut de son crâne. Le sang coulait sur tout son visage, il était totalement désorienté, il n'avait plus aucun souvenir pour l'instant. Sa vision était trouble, il arrivait à peine à bouger, mais il arriva tant bien que mal à se relever après un long instant, regardant d'une vue estompée ce qui l'encerclait en ce moment-même. Deux personnes vêtues de blouses blanches s'approchèrent de lui, lui demandant si il allait bien, le Traître n'eut pas la force de répondre à leur question, il préservait ses forces au cas où le pire pourrait subvenir. Sa respiration était faible, son sang coulait sur son corps, mais les infirmiers virent à s'occuper de lui, pratiquant des soins d'urgence tels que les bandages et autre type d'apport médical bénéfique. Lorsqu'il se releva, il marcha lentement vers ce mystérieux banc où il se trouvait précédemment, avant son combat. Il alla s'allonger dessus, respirant faiblement pour reprendre ses esprits et sa force au plus vite. Il regarda le ciel qui offrait à lui, peu d'étoiles à cause de la pollution de la ville, mais cette lune demeurait tout de même.. Un vrai régal pour les yeux. Il vit également qu'énormément de personnes s'étaient à présent dirigées vers le lieu du terrible combat des deux titans. Il n'y fit d'avantage attention. Il finit par fermer les yeux, heureux d'avoir accompli, malgré le malheur qu'il causa, l'extermination d'une terrible menace.


Son sommeil fut interrompu par un terrible pressentiment. Se relevant d'un coup, ayant récupéré un taux innombrable de sa force, il se dirigea vers l'endroit de son actuel soupçon. N'allant pas assez vite, il se dirigea vers la route, et arrêta le 1er véhicule qu'il vit. Ouvrant la porte côté passager, il fit signe au conducteur de l'emmener la bas, en le pointant avec son Cimeterre. N'ayant pas le choix, le propriétaire du véhicule se dirigea à large vitesse vers l'endroit qu'il pointait, Ethan perça le toit de la voiture, montant sur le toit et regardant de son oeil perspicace, ce bâtiment en question. Il cru voir cette Ombre, assassiner cruellement trois personnes, et disparaissant de nouveau, Ethan sauta du toit du véhicule citadin, et se dirigea vers ce bâtiment. Il entra, et se précipita vers les cadavres, l'impossible devint possible, son adversaire d'avant était bel et bien vivant. Le Traître serra les dents, et regarda vers le haut, sentant sa présence sur le toit de l'immeuble. Il monta tout les escaliers un par un, avant d'arriver au dernier étage, se rendre compte qu'il y avait un ascenseur et se sentir débile, et bondir contre la paroie, la traversant et envoyant accidentellement un projectile à grande vitesse sur le Néantin. A peine arriver dans "L'arène", il fit déjà canardé par ce dernier, qui était cette fois-ci équipé d'arme à feu, sûrement ramassé sur les personnes qu'il venait d'assassiner.


Sa rage et sa colère revinrent habiter le corps de la personne, en se demandant comment le Démon qui se tenait face à lui, avait réussi à survivre à son Kakuheiki.


Le combat repris son plein. Ethan courait pour esquiver les projectiles mortels que lui envoyait son adversaire, en le regardant, il remarqua que son bras semblait inutilisable. Il sauta vers un hélicoptère, arrachant la portière latérale, et s'en servant comme bouclier contre les armes à feu de la créature sans visage. Revenant sur le toit, il courut vers lui à pleine vitesse. Lâchant l'objet au dernier moment, il se propulsa, criant.



- WILD CH.. UUUGH !!!! -



Son bras revint au stade rebelle, l'entraînant jusqu'au paroxisme de la douleur, l'empêchant pour l'instant d'utiliser ses sorts.


Il releva les yeux vers son adversaire, mais trop tard. Ce dernier avait tiré une balle qui vint à le toucher à l'estomac, perforant son organe et le faisant tomber à genoux, serrant les dents pour éviter d'exprimer sa douleur par des cris. Il extirpa la balle à main nue, en lâchant un léger bruit d'agonie. Reprenant pied et regardant l'Ombre avec une terrible colère, il sut conserver son malus pour continuer le combat. Il prit le projectile qu'il avais retiré de son estomac, le jeta en l'air, puis, en tournant sur lui-même, il frappa ce dernier de son bras gauche, l'envoyant comme un projectile éclair vers la Chose. Il l'esquiva, mais n'eut pas le temps d'esquiver le coup de poing en plein visage d'Ethan, qui l'envoya valser quelques mètres plus loin.



- Puis-je.. Savoir.. Ton nom.. ? -
Revenir en haut Aller en bas
Ervayne
Modérateur
Modérateur
avatar

Masculin
Bélier
Nombre de messages : 1023
Age : 24

Feuille de personnage
Points d\'expériences:
78/85  (78/85)
Niveau:
6/100  (6/100)
points de vie :
60/60  (60/60)

MessageSujet: Re: Tout s'annonce beau. [PV : ?]   Ven 12 Oct - 20:58

Acier irisé de rouge, perfection métallique salit par sa tâche, pointe corrompu par la chair. Déformée par le sang, trempant dans l’immensité dégoutante d’un de ses corps visqueux et mortels, la balle tirée par Ervayne avait provoquée bien plus que ce petit choc caractéristique d’une blessure inattendue. Il y eu quelques seconde de flottement, un blanc silencieux et introspectif où chacun prend mieux conscience de la « Réalité » qui entoure chaque geste. Ces petits moments où on perçoit presque les rouages du Destin, la trame de la fatalité. Ervayne ne croyait en aucune de ces deux notions mais il vit dans cette gerbe de sang mince et vite tari une déchirure caractéristique, une traînée sanglante et improbable dessinée par un peintre expert et dément. Les prémices d’un chef d’œuvre chaotique et anarchique qui bousculeraient les notions de raison et de sens. Là où quelques secondes plutôt il voyait la pureté d’une balle gâchée dans un corps étranger, désormais c’était le premier trait d’une esquisse délicieusement malsaine.

Il n’avait pas vraiment pensé qu’une seule de ces balles puissent blesser la Brute, le vindicatif personnage était bien trop violent et puissant pour qu’une dérisoire rafale de projectile ne semble pouvoir le mettre à mal, il était bondissant et utilisait le moindre avantage au combat, quitte à détruire sans aucun scrupule ce qui l’entourait. Pas que cela soit une chose qui insupporte le néantin, mais il y avait tout de même ce léger sentiment de frustration, qu’il aurait du ressentir s’il avait était humain. Pourtant c’était plutôt de la surprise qui c’était glissé un court instant dans son cœur de néant quand il avait vu l’Autre atterrir avec la portière d’Hélicoptère, émotions capté des malheureux pilotes qui avait ressentis une grande frayeur et stupéfaction quand cela était arrivé. La panique les avait fait lâcher les commandes au point que l’hélico failli s’écraser après avoir piqué du nez dans la direction d’un bâtiment adjacent, rajoutant au dramatique de leur affrontement et à l’aspect apocalyptique de la scène. L’ivresse traîtresse et doucereuse de la panique et de la destruction montait à la tête du néantin, la forme de son agresseur n’était qu’un point rougeoyant de rage et de violence au milieu de sa vision déformée par le chaos et la panique qui germait dans l’esprit de la cohue en contrebas. A défaut de contrôler la situation ou même de s’en tirer Ervayne se laissait pénétrer par le torrent noir et incandescent des émotions humaines.

Ses tirs suivaient un rythme dictés par le siphon impitoyable du trou noir de son cœur. L’ennemi fonçait sur lui dans une course effrénée, déviant les projectiles de sa trajectoire avant de prendre son élan pour un nouvelle assaut, hurlant comme à son habitude pour prévenir du choc imminent, mais surprise, durant le saut il fut saisie d’un déséquilibre aussi soudain qu’inexplicable, conduisant à la chute du boulet de canon humain, le néantin fit quelques pas rapides en avant pour observer le spectacle étrange de l’homme et de son bras démoniaque spasmodique, assailli par une douleur violente et d’origine inconnue.

Il n’y avait pas eu de réflexion ou d’intention délibéré, juste un geste aussi autoritaire et mécanique que fatal et dramatique, l’unique bras du néantin se pointant sur le ventre de l’être pour y expédier une balle, provoquant ce choc sourd et ces secondes de flottement où à nouveau ils se contemplèrent. La blessure n’était pas négligeable et la souffrance qu’elle causait suffisante pour arracher des grimaces à l’homme. C’était une satisfaction pour le néantin que de voir les genoux de l’homme flancher durant un court moment, ce dernier profita visiblement de cet instant pour extraire la balle de son corps alors qu’Ervayne se délectait de la scène en faisant quelques pas sur le côté, dégustant sa vision rougeoyante de la Brute en proie à la douleur.

Alors, telle un aseptisant surpuissant la colère de l’humain le remit d’aplomb, fier sur ses appuis, exécutant un tour sur lui-même, soudainement, acte aussi déplacé que puéril mais qui s’avéra bien plus sérieux qu’il n’y paraissait quand Ervayne perçu la balle écrabouillé qui filait dans sa direction. La manœuvre était assez innovante mais loin d’être mortel, l’ombre se mit de profil et observa le projectile filer devant lui avant de se remettre face à son adversaire avec une suffisance certaine, accueillant directement un coup de poing totalement imprévisible dans sa face…

Le corps et les vêtements abîmés du néantin heurtèrent le sol quelques mètres plus loin, raclant sur quelques centimètres la poussière et les quelques gravillon présent. Se remettant à peine debout il entendit la voix de l’autre, et pour une fois il ne s’agissait pas de hurlement guerrier intempestif ou de cri de nom de technique, c’était une question intelligible et tout fait inhabituelle venant de la brute, à vrai dire c’était la deuxième chose à laquelle ne s’attendait absolument pas Ervayne, devant le coup de poing reçu un peu plus tôt.

- Puis-je.. Savoir.. Ton nom.. ? –


La main noire de l’ombre commença à épousseter ses vêtements usés alors qu’il détaillait son adversaire et désormais interlocuteur.

-Ben tiens ! Tu sais parler ? Et poliment en plus ? C’est peut-être le plus gros truc surprenant que tu ma envoyer dans la gueule depuis le début !

Voir son adversaire probablement aussi mal en point que lui et se sentir enfin remarqué chassa la résignation qui prenait doucement place dans l’esprit d’Ervayne. Dans le chaos ambiant il entendit comme une douce musique qui se mit à résonner, introduction vibrante et pénétrante. L’autre c’était porté à son contact et engageait une nouvelle séquence de coup de poing, pied et coude. Avec une seule main pour parer le néantin aurait bien du mal à contre-attaquer efficacement mais le handicape momentané du bras démoniaque rétablissait la situation à l’avantage d’Ervayne qui n’avais pas à souffrir d’une blessure au ventre. Les coups de la brute étaient cependant trop énergiques pour que l’ombre ne puisse faire autre chose que les esquiver, comme un danseur de capoeira mutilé mais déterminé.

-En plus tu me tutoies ? Dis donc on est devenu si proche que ça ?


Après s’être penché presque à l’horizontal pour esquiver un coup de pied à destination de sa tête, le torse d’ébène se remit à sa position habituelle, défiant les lois de l’équilibre humain et de la gravité, anticipant un rapide coup de poing engagé vers son plexus (enfin là où il devrait s’y trouver) il envoya sa main accélérer l’élan du coup en tirant le poignet et par la même l’orienter dans le vide, facilitant l’esquive mais surtout lui permettant d’expédier un coup de genou dans la ventre blessée de l’homme.

-Aouch, ça ne doit pas être agréable ! Désolé autant pour moi, je n’avais pas fait attention que t’était pas grand-chose sans ton bras ! Mais tu sais ça nous arrive à tous des petites pannes…

A ce moment précis le membre démoniaque sembla reprendre un peu de contrôle sur lui-même et ce fut un coup de coude vindicatif qui stoppa le débit du néantin, puis une rapide remontée du poing qui percuta le menton et manqua de lui arracher la tête, heureusement il semblait que bien que d’une force colossal il fallait que les attaques portés par l’Autre soit précédé d’un élan important pour réussir à démembrer son corps de Néant. Dégagé du corps à corps avec son adversaire par son dernier coup, Ervayne fit quelques pas chancelant en arrière, sa tête déformée et son bras battant les airs à la recherche d’un équilibre dont il n’avait pas besoin, mimant cette attitude qu’il avait observé tant de fois auparavant. Sa main vint saisir son menton et le tira pour remettre le crâne lisse et luisant dans la position normale d’un humanoïde. Le talon d’une des bottes du néantin percuta le parapet, constatant le vide derrière lui et la présence de son adversaire, avec un bras légèrement plus compréhensif, devant lui, le néantin se laissa chuter dans les airs en faisant un petit signe à l’Autre.

-Que ce jour resta dans ta mémoire comme celui où tu as failli…

Déclama le néantin avant de disparaître,s'interrompant en plongeant le vide, à la vue des personnes en contrebas, l’ombre n’était pas vraiment des plus visibles sur le mur pourtant certaines personnes remarquèrent le mouvement et tournèrent leur attention sur la scène, en plus des pilotes d’hélicoptères qui signalait la présence d’un individu déchaîné avec un bras mutant ayant arraché leur portière. Dans un mouvement acrobatique d’une certaine esthétique, facilité par l’absence de propriété physique du corps d’Ervayne, l’homme d’ébène pivota durant sa chute et parvint à agripper le rebord d’une fenêtre. Se hissant rapidement, il percuta le verre dans l’intention de le briser mais celui-ci s’avéra plus solide que prévu et son élan insuffisant, glissant du rebord c’est le menton de la tête lisse qui permit à Ervayne de rester accrocher. Saisissant alors son arme il tira deux coups dans la vitre afin de pouvoir pénétrer dans la demeure, se hissant à nouveau en maugréant et arrivant par une roulade dans une pièce plutôt large.

-Bon ben pour lui faire croire que je suis vraiment tombé c’est raté. Vite innovons !

Certains que la brute ne tarderait pas à le rejoindre en défonçant le toit, les murs ou tout autre moyen impliquant une démolition architectural, il chercha rapidement une issue et se précipita à travers le salon s’apprêtant à le quitter à toute vitesse quand il sentit quelques chose du coin de l’œil (façon de parler). Une source de panique et de peur incroyablement forte provenant d’un coin insignifiant de la pièce, tapis dans cette cachette aussi improbable que visible un petit être vivant et humain pleurait à chaudes larmes en criant des noms et des mots, implorant ses parents. Se tournant lentement vers l’être pitoyable Ervayne se mit à avancer à pas lent vers lui, ses bottes lourdes heurtant le sol selon un rythme régulier avec un bruit sourd qui sonnait comme un glas funèbre aux oreilles du petit humain. Ar àme feu dans sa main le néantin se stoppa, dressé dans le dos de recroquevillé de la créature. Son bras valide se tendit vers lui et saisit sa taille, le souleva et l’apporta contre son torse, le maintenant contre lui, le petit était paralysé de terreur, incapable d’opposer la moindre résistance au contact et au geste glacial de l’homme d’ébène. Ervayne s’avança rapidement à la fenêtre, devinant l’arrivée très prochaine de la brute il s’y engagea, la moitié de son corps dépassant, et la totalité de celui de l’enfant dans le vide, uniquement maintenu par l’étreinte du néantin. Il hurla à l’intention de la foule en contrebas.

-J’ai un petit ici ! Dépêchez-vous Il arrive !

Ricanant peu après sa phrase il sentit que l’autre était tout proche, probablement suffisamment pour l’entendre si il parlait d’une voix forte, la main noire, glacé et sans émotion vint doucement caresser la nuque tremblotante du petit. Depuis le début de l’affrontement il commençait à prendre conscience d’une chose, sa victoire était peu probable… Cependant s’il devait perdre, alors il ferait en sorte que rien d’autre que la souffrance, le désespoir, la haine et la terreur ne naisse de sa défaite. A défaut de vaincre il pouvait empêchait la brute de gagner. Si le néant de son cœur devait disparaître, alors il le ferait naître dans celui de son adversaire. La voix d’Ervayne repris, moins moqueuse, plus dédaigneuse et sûre, aussi inquiétante que les tréfonds abyssaux des enfers dont il émanait.

-Si tu veux savoir mon nom la brute… Je ne suis rien, rien d’autre que la tristesse et le froid, je suis le voile noir de ton cœur, le désespoir qui révèle la douleur et la souffrance. Je ne suis que le vide dramatique des âmes. Le Néant, tout ce que tu as fait perdre, tout ce que tu as perdu, tout ce que tu vas perdre, tout cela … c’est moi !

Le reste de son corps passa par la fenêtre et il se maintenait désormais sur le bord. Poussant une bruyante inspiration il se laissa chuter en avant, vers les décombres, gravats et barres métalliques, s’effilochant en bandes noires chaotique et intangible et laissant le corps du petit suivre la pénible loi de la gravité vers les arrêtes saillantes des briques brisées.

__________________________________

"Si je me bats ce n'est ni pour la gloire où l'argent... mais juste pour passer le temps"
Petit conseil : Invité, n'oublie jamais de m'offrir un cadeau... je le détesterais très probablement, mais si tu ne le fais pas Invité, c'est toi que je détesterais.
Revenir en haut Aller en bas
Ethan Ketsueki
Dark Angel
Dark Angel
avatar

Masculin
Gémeaux
Nombre de messages : 93
Age : 23

Feuille de personnage
Points d\'expériences:
0/10  (0/10)
Niveau:
1/100  (1/100)
points de vie :
10/10  (10/10)

MessageSujet: Re: Tout s'annonce beau. [PV : ?]   Ven 23 Nov - 2:04

Il était déjà tard la nuit. Cette lune rendait ce ciel si magnifique et si resplendissant.Créatures pour la plupart recroquevillées sur leur silence, enfermées dans leur chambre à attendre sans doute l'aube d'un jour prochain. Une atmosphère vaporeuse, pourtant si élégamment renforcée par l'absence de couleurs de cet immense ciel, encore si peu découvert et analysé. Pourtant, plus bas que cette immensité, se tenaient deux hommes. Enfin.. Un homme, et une chose; donnant lieu à une impitoyable guerre d'armes, sans fin. Tout deux n'avaient qu'une seule parole, et rien ne les ferais céder, et abandonner. Leur but ? S'entre-tuer. Aucune pitié ne seras montrée avant que le cadavre de l'un ne soit déclaré. Deux corps meurtris par la douleur, n'ayant pas encore atteint son paroxysme, faisaient face sur le toit d'un bâtiment. L'endroit était un peu mal choisi pour se battre niveau confort, mais niveau classe, il n'y avais pas mieux. Un combat sous les lumières de toute la ville, ainsi que des hélicoptères, rien de plus beau que se battre avec autant de spectateurs à la volée. Ce n'était pas un combat ou les paris étaient acceptés, mais ça n'enlevait pas leur charme pour autant. Cette scène apparente un Grand Combat de Titans, comme il n'y en a qu'une fois tout les 10 000 ans, sur la Galaxie entière. Une question n'était pas encore éclaircie.. Quel titan l'emporterais ? L'ombre décadente et totalement anonyme, doté d'un talent de régénération hors du commun et un talent au combat hors pair, ou le sombre cavalier traître, abandonné à son destin meurtrier et légèrement compensé par sa force ?


Ethan avait beau enchaîner la créature de tout les coups possible, ce dernier esquivait sans même montrer le moindre mal à s'exécuter. Le traître semblait outré et un minimum énervé par cette attitude. Il ne comprenait pas d'où sortait-il autant de rapidité et d'endurance après toute la durée de ce combat. Il serra le poing, qui commençait à perdre de sa douleur. Son bras chimérique était sur le poing de se rétablir de l'explosion précédent l'entrée en scène sur ce toit. Comme à sa grande habitude, la créature de l'hombre repris la parole, mais cette fois-ci, pour la rare fois qu'Ethan avais osé parlé, il pris le sujet avec un ton et un texte évasif. Le cavalier fut un peu déçu de ne pas avoir son nom au final, après tant de concentration, et d'effort pour être un minimum social avec son actuel interlocuteur, il n'eut pas la réponse convenue. Sans plus attendre, Ethan élança son bras, ses jambes, et son cimeterre en direction de son adversaire pour exécuter un enchaînement difficilement réalisable et quasi-impossiblement esquivable. Le néantin se contenta de le parer avec son unique bras actuel, il fut encore plus surpris par son talent à ne pas recevoir les coups. Cela commençait à grandement agacer Bras de Chimère, au point de le voir cogner le sol de toutes ses forces, créant des fissures sur tout le toit, le rendant plutôt instable, et bientôt, inutilisable au combat. Le néantin s'empressa et profiter d'une faille pour lui envoyer un coup de genou dans le ventre qui le fit cracher du sang par la bouche. Ce coup s'avéra plutôt efficace, mais pas mortel ni dévastateur. Ethan se releva facilement et engagea un coup de coude sur l'homme d'ébène, finissant par remonter son poing vers son menton.. Sans élan, mais de toute la force dont il dispose, il serra les dents et se projeta en l'air avec lui, faisant suivre son coup de poing, déformant totalement le visage de la créature mystique. Posant pieds à terre il repris équilibre, tandis que son adversaire tomba au sol, un peu plus loin de l'endroit du coup. Il n'hésita pas à reprendre ses gardes pendant qu'il se rafistolait le visage, et essayait tant bien que mal de se le remboîter.


Il semblait reculer, Ethan ne baissa pas sa garde pour autant. Il attendit patiemment, toujours sur ses gardes, que ce dernier commence à bouger, ou attaquer. A sa plus grande surprise, ce dernier tomba du toit, l'homme se demandait si c'était intentionnel ou accidentel. Il s'empressa de courir vers l'endroit de la chute pour regarder, il s'était accroché à un bâtiment voisin, en tirant sur une fenêtre pour y pénétrer. Prendrait-il la fuite finalement ? Ethan ne le laisseras pas faire. Il serra le poing, s'avança, et tomba dans le vide également. En l'air, sa chute fut lente et frissonnante. Sa vie lui passait par la tête à lentes fréquences. De son enfance jusque maintenant, une larme descendit le long de son visage pour finir par s'envoler avec le vent créé par cette chute. Rassurez-vous, ce n'est pas parce qu'il pleure d'émotions, c'est parce qu'il a froid aux yeux. Il dégaina son cimeterre pour pour s'accrocher au bâtiment, mais sa lame finit par céder. Il tomba au plus bas, s'écrasant au sol, assez bien amorti grâce à son poing. Il eut du mal à se relever, mais il réussit. Il porta le regard vers le haut et entendait la créature crier quelque chose, mais n'arrivait pas vraiment à différencier les sons d'une voix, et celles de sa tête actuellement sous l'effet du choc de la chute. Ses tympans ont sûrement du être percés.



Tout d'un coup, un enfant chuta de ce bâtiment, ainsi que la créature. Là se créa la décision la plus difficile qu'as eu Ethan jusqu'à présent.. Rattraper cet enfant, ou achever son combat ? Il serra les dents et le poing, avant de fermer les yeux pendant un court instant. Il demanda pardon au Seigneur pour tout les pêchers qu'il avais pu commettre jusqu'à présent, il demanda pardon à tout ses compagnons de combat qu'il avais trahis, il demanda pardon à sa famille pour tout les problèmes qu'il leur avait créé, il demanda pardon à toutes les victimes de l'agonie créé par son affreux poing, il demanda pardon pour la personne qu'il était.


Ouvrant les yeux, il se propulsa dans les airs regardant en haut et voyant l'enfant, et son adversaire. L'attente fut longue avant de voir ce qu'il avait choisi, mais au final.




- KAKUHEIKIIIIIIIIIIII !!!! -



En ouvrant le poing, il pointa son adversaire, ou ce qu'il semblait en rester. Après de courts instants, et un moment ralenti, une lumière divine retentit, et le Jugement Dernier retomba. Une explosion apparut à nouveau, pour mettre fin à toutes les souffrances endurées. Pendant sa chute, Ethan vit un filament noir s'échapper de la troupe. Il pensa directement que lui et l'être ne tarderont pas à se revoir. Le cavalier se demandant en l'air, si c'était la Fin pour lui, si tout ce qu'il avais enduré jusqu'à présent avait été fait en vain. Finalement, il avait fait tout ce chemin pour ne jamais avoir l'occasion de tuer sa cible. Cette sorcière qui lui avait infligé cette ultime malédiction, le menant au paroxysme de la douleur constamment. Arrivé au sol, une onde de poussière s'en dégagea.


Il ouvrit les yeux, il étais dans le ciel, a avancer dans un espace infini de vide et d'absence de sentiments, il se demanda ou il pouvait bien être. Tout était noir, sans avoir l'occasion de reconnaître quoi que ce soit. Une lumière vint à apparaître, l'aveuglement total. Cette lumière était bien trop puissante pour pouvoir être regardé à oeil ouvert. Cette lumière faiblit, et Ethan ouvrit les yeux. Il se trouvait dans un cratère. Il tenta de relever difficilement la tête, son poing était planté au sol, ayant amorti sa chute. Il regarda autour de lui, les gens le regardaient avec des yeux surpris par son bras. Il les regarda un par un, avant de se retourner et voir deux personnes arriver vers lui, le retourner et lui enfiler des menottes. Il regarda le toit, et pendant qu'il se souvenait de son combat épique, il monta dans une camionette, pour être emmené dans un endroit ou les personnes de son genre finissent par arriver, tôt ou tard. La menotte gauche avait finit par discrètement fondre sous la chaleur de son bras chimérique. Un sourire s'esquissa sur le visage d'Ethan.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Tout s'annonce beau. [PV : ?]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Tout s'annonce beau. [PV : ?]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Erya Island :: Administration :: Sujet RP-