Erya Island

Venez incarner votre personnage fantastique (fée, ange, neko, démon...) et le faire interargir avec les autres créatures peuplant cette île.
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Assassinat en Famille! [PV Ezio! Mon fiiils!]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Altaïr
Humanoïde
Humanoïde
avatar

Féminin
Capricorne
Nombre de messages : 136
Age : 23

Feuille de personnage
Points d\'expériences:
0/10  (0/10)
Niveau:
1/100  (1/100)
points de vie :
10/10  (10/10)

MessageSujet: Assassinat en Famille! [PV Ezio! Mon fiiils!]   Dim 24 Avr - 13:29

Il devait être bien plus de minuit à présent, et le vieil homme fumait tranquillement en regardant la nuit à demie pleine devant lui. Il était face à la mer, et le vent soufflait en sa direction. Cette nuit aurait pu être magnifique, si seulement quelqu'un n'était pas là pour l'achever. Et ce quelqu'un en question était tout juste derrière un énorme rocher. Habillé d'une tenue blanche, et ayant la capuche rabattue sur la tête, camouflant son visage. Quelle veine avait-il aujourd'hui Altaïr de tuer quelqu'un d'une certaine importance. Un mafieux? Il devait bien faire attention. Même si l'ennemi était là, devant lui, et qu'il semblait être seul, il y avait des chances qu'il ait des hommes de mains dans les parages. Ainsi, l'Assassin se devait de se faire très discret, et être aussi le plus rapide possible. Il sortit donc sa lame secrète, avant de s'approcher silencieusement de la victime qui était dos à lui. Puis, d'un bond, il se jeta sur la victime et lui planta la couteau dans la gorge. L'homme mourut sur le coup, heureusement. Mais au moment où il était tombé, il avait laisser échapper un petit cris, et Altaïr sentait que quelque de mauvais allait arriver. Il se releva en vitesse et commença à s'enfuir, lorsqu'il remarqua devant lui une bonne vingtaine d'hommes habillé en costard-cravates.

"Oh.. oh..."

En effet. Il se pouvait fort bien qu'il y ait encore plus d'ennemis à battre. En tout cas, les hommes ne voulaient pas parlementer avec lui, pour sûr. Ils commençaient déjà à se jeter sur l'Assassin qui évita avec agilité leur attaques. Puis, il se mit alors à se battre avec eux sérieusement, utilisant sa lame secrète, n'ayant pas le temps de prendre une autre arme. Il donnait même des coups de pieds pour tenter d'en écarter, mais rien n'y fit, il devait se contenter de ça. Sur la bonne vingtaine, il devait en avoir tuer pas plus de trois. Décidément, il était dans de mauvais draps. Altaïr voulait bien fuir le combat, car ils étaient trop nombreux pour lui, et surtout ils commençaient à sortir leurs armes à feu, mais il se devait de les exécuter, ces derniers l'ayant vu. Il ne fallait pas laisser de témoin. Altaïr se décida enfin à sortir son épée, malgré le fait qu'on le frappait. Il se mit alors à frapper son épée, déviant aussi de temps à autre les balles qu'on tirait sur lui, mais s'en recevant quand même. Il blessait juste gravement certains, ils étaient trop nombreux pour lui. Puis, au pire, si il mourrait maintenant, ce serait pas grave. Plus de cinq siècles.. c'est un bel âge.
Revenir en haut Aller en bas
Ezio Auditaure Da Firenze
Hybride
Hybride
avatar

Masculin
Gémeaux
Nombre de messages : 19
Age : 25

MessageSujet: Re: Assassinat en Famille! [PV Ezio! Mon fiiils!]   Dim 24 Avr - 15:34

Peu après mon arrivée sur le terminal du ferry, je me hata de trouver une chambre d'hôtel en attendant de trouver mon père. En effet, je n'avais prévenu ni lui ni Donatella de ma venue et moi je savais où ils étaient. Erya était le nom du lieu inscrit sur la lettre d'Altaïr lorsque Donatella partit le rejoindre. Une fois mes affaires posées à l'hôtel pour une période limitée, et tout en gardant ma tenue d'assassin ainsi que mes armes pour me faire reconnaître de mes pairs, je sautais sur le rebord de ma fenêtre et n'attendit pas pour escalader la façade du bâtiment avant de me lancer dans une course à travers les toits, m'arrêtant à leur cîme, observant quelques minutes les environs afin de les trouver grâce à mes sens d'assassins hérités de mon père: l'oeil de l'aigle. Mais en vain... je ne les trouvaient pas en cette ville. J'avais alors étudié la veille de mon départ, l'histoire, la géographie et la situation politique de cette île... un assassin doit être méticuleux dans le traitement des données, en tirer la plus petite information pour en constituer une stratégie, qu'il s'agisse d'assassinat... comme de la localisation d'une cible. La nuit commençait à tomber. Je n'y trouverais rien de plus pour le moment. Et puis en somme, ils étaient des assassins, il était bien normal que j'ai des difficultés à les trouver.

Du haut de l'immeuble où je me tins perché, je me leva, tendit les bras... fis le saut de la foi. Alors en plein vol je fis acte de mes pouvoirs animorphes. Mon corps se transforma et, en milieu de chute, je fus transformé en un rapace majestueux, au plumage brun poussière: un aigle géant rasant de près les immeubles, démontrant alors sa supériorité aérienne, face à une terre enchainée, lui était libre... bien que je fus encore sous contrainte dans un sens, la contrainte de tout être vivant doté de conscience, j'étais mon plus dangereux adversaire.
Les minutes et les heures passèrent alors que mon regard balayait le paysage de l'interieur des terres de cette île, ma concentration étaient vivement succitée dans la forêt... même après 3 passages et une concentration à 200%, je ne les trouvais pas ici. Alors je longeais pendant quelques minutes, les côtes de l'île bien que je doutais de rencontrer mon père ici... mais peut-être y rencontrerais-je ma fille.
Quelques minutes plus tard, cependant, je ne fus que trop surpris par la scène qu'il m'était donné d'observer: mon père, à proximité de l'eau qui représentait une de ces angoisses les plus fortes, et en assez mauvaise posture...

Je survolais la scène et vint me poser sur un rocher en auteur, le regard orienté vers les individus encerclant le grand assassin. J'utilisais alors la vision de l'aigle... toute présence ennemi, une seule alliée. Situation de sauvetage indispensable. Règle 3ème du crédo.
Sous ma forme aviaire je fis démonstration de mon ramage en hurlant pour attirer l'attention et laisser à mon père un peu de répit. Alors dans l'ombre de la nuit je repris forme humaine, laissant mes adversaires dans la confusion: Animal? Humain? Démon? Assassin était la réponse. Je courrais et sautait du haut du rocher, faisant un autre saut de la foi, les mains tendue vers les adversaires en bas qui allaient amortir ma chute. Dés que mes mains eurent touché leur épaule, je sortais mes lames secrètes et accompagnaient alors leurs chutes dans les cris et le sang. Pas de temps à perdre! Je me remis sur pied et courrait vers les ennemis. Je pouvais entendre les ennemis crier de m'attaquer. Les balles fusaient dans mon sens désormais. Je sautais sur un des hommes, sans le tuer maintenant, utilisant ces épaules comme un cheval d'arceau. Dans les airs, je me retournais, saisissant mon arbalète et lui tirais un coup dans la nuque, avant de la ranger aussi vite et de prendre place à côté de mon grand père, dos à dos de celui-ci. Il restait désormais 14 hommes... c'était devenu bien simple à deux... enfin si papa le voulait.


"Désolé d'avoir été absent... je peux quand même me joindre à toi?"
Revenir en haut Aller en bas
Altaïr
Humanoïde
Humanoïde
avatar

Féminin
Capricorne
Nombre de messages : 136
Age : 23

Feuille de personnage
Points d\'expériences:
0/10  (0/10)
Niveau:
1/100  (1/100)
points de vie :
10/10  (10/10)

MessageSujet: Re: Assassinat en Famille! [PV Ezio! Mon fiiils!]   Mar 26 Avr - 0:10

Qui était donc cet imbécile qui se mettait encore plus en danger en redevenant humain en haut du grand rocher? Telle était la question que se posait Altaïr, et encore plus les hommes qui le menaçaient, vu que le nouveau venu était de passé d'aigle en humain. Mais bon, autant utiliser sa vision d'aigle, mais cette manière de sauter avec le Saut de la Foi, faite avec grâce par ce nouveau venu était bel et bien quelque chose que connaissait bien l'Assassin. D'ailleurs, il sourit, car le nouveau venu tua quelques-uns des ennemis, avant de se coller dos à lui et de lui parler. Son fils, Ezio, oui, l'avait bien deviner. Et cette voix lui avait tout confirmer. Oui, c'était son fils! Ou du moins un de ses enfants. Mais c'était bien ce "jeune" italien qui l'avait bien suivit en devenant à son tour Assassin. Et d'ailleurs, lui-même avait donner cette éducation à Donatella. Ah vive l'esprit familiale. D'ailleurs un jour il devrait lui demander de quelle race était la dernière descendante. En plus cette dernière voulait rien dire sur elle à son papi. Méchante va.

Altaïr laissa échapper un soupire, avant de laisser échapper un petit ricanement de gêne. "Désolé d'avoir été absent"? Ce n'était pas pas à Ezio de s'excuser. Ce n'était pas lui qui avait été absent pendant tous ce temps. Non, c'était plutôt son stupide père qui fuyait en gros sa femme, et qui avait ouvert une organisation forte bizarre sur l'île d'Erya où il pratiquait le métier de barman. L'Assassin répondit-même:

"C'est à moi de m'excuser. Un père qui n'est pas là pour son fils, c'est carrément un comportement irresponsable du père. Je m'excuse mon cher fils..."

La bande de cruches en tenue trois pièces se regardaient bizarrement. Un père et son enfant? Là? Devant eux? Mais qu'est-ce qu'ils racontaient encore? Il devait bien avoir le même âge, ou du moins ils en avaient l'air. Même si ils ne voyaient pas grand chose dans le noir, ils pouvaient bien entendre leur voix. Et celle du père ne devait pas dépasser celle d'un homme d'une vingtaine d'année. Alors, quel charabia ces hommes en blancs disaient-ils encore? En tout cas, l'aigle-garou sentait que la troupe ennemie n'était pas son état normal, sans doute à cause de la découverte qu'ils ont faite.

"Mais bon, revenons à nos moutons! Disons que l'assassinat est une entreprise familiale. Pourquoi ne te rejoindrais-tu pas à moi, cher héritier?"

D'un coup, Altaïr se jeta sur l'homme en face de lui, le plus proche, pour lui transpercer avec son épée. La victime tomba raide morte sur le sable. Mais l'Assassin n'attendit pas plus d'une minute pour de jeter sur les prochains, leur assenant sans leur laisser de répit de coups d'épée. Sept sortes de mafieux, il pouvait s'en occuper, mais quatorze non. Certainement était-il fait pour travailler en équipe, et surtout avec son propre fils? Peut-être. Puis quelle joie aussi de le revoir. Était-ce certainement ça qui lui donnait la force d'attaquer? Bon, revenons à nos Assassins et notre joyeux combat tout giclant de sang♥ Parce qu'Altaïr n'allait plus de main morte. Un rugbyman pouvait venir, il morflerait. Au bout du troisième mort, l'Assassin se décida enfin à utiliser ce qu'il a toujours préférer: les lames cachées. Remarque, il aimait toute les armes blanches, mais il fallait avouer que les lames cachées étaient bien plus pratiques que les autres, mais dans les aéroports, on n'ira pas chercher une arme bien cachée dans la manche de quelqu'un. Puis aussi, tu passes à côté de quelqu'un, et couic! A plus! En plus on te suspectes pas. Surtout que c'était léger et plus pratique selon Altaïr, car "quand on ne tiens rien en main, il est plus simple de faire un geste rapide que lorsqu'on a une épée et même un couteau". En effet. Surtout qu'il n'avait pas à tenir la lame, puisqu'elle était déjà attachée à son bras via le gantelet.

Ainsi Altaïr donnait des coups rapides, et évitait avec tant de bien que de mal quelques attaques. Il devait même faire quelques acrobaties en sautant de façon que ses genoux soient sur les épaules d'un des membres de la Troupe des Pingouins -leur tenue vestimentaire faisant rappeler au vieil homme des pingouins- avant de serrer fort avec ses jambes la tête et pirouetter, ce qui craqua la nuque de la victime qui mourut sur le coup. Enfin, il s'attaqua à un autre membre, évitant quelques attaques, bien que se recevant une balle à la cuisse. Si les policiers entendaient les bruits de coup de feu de loin, ils viendraient sans doute. Autant en terminer avec les ennemis en leur enlevant leur arme la plus redoutable face à l'Assassin: leur révolver. Le barman donna des coups aux armes qui se tranchèrent en deux, vu que la vitesse et la lame de l'arme utilisée par le tueur s'alliaient. Enfin, là il pouvait les achever, les hommes étant désarmés. Mais les hommes les plus intelligents sont sans doute ceux qui prennent la fuite en comprenant qu'ils n'arriveront jamais à fuir ces deux dangers publiques que voilà. Manque de pot, ces hommes se devaient de mourir, sûrement rapporteraient-ils à la police ce qu'ils ont vu. Mais Altaïr était blessé à la jambe et ne pouvait pas trop courir. Alors autant utiliser ses chéries d'amour pour achever ces trois bandits qui restaient pour lui. Il rangea ses lames avant de sortir autre chose de mieux; des couteaux de lancer. La première qu'il en avait toucher, il devait avoir moins de neuf quand il avait été enlevé de la rue par Al Mual'lim. Bien que sa première fois avait été un cuisant échec car les couteaux avaient atterrit dans la cuisse d'un autre Assassin qui passait par là par pur hasard, Altaïr était devenu un pro du couteau de lancer. Certainement était-il bien aussi meilleur à cette façon de tuer, que par les autres via l'épée ou les lames cachées. Il en prit donc trois et les lança une par une, avec une rapidité phénoménale, sur les victimes qui tombèrent au sol. Deux d'entre elles étaient mortes, la dernière, gravement blessée. Altaïr alla la rejoindre et sortit son épée pour l'achever en lui transperçant le cœur. De son côté, il avait terminer la bataille. Il se retourna et regarda alors son fils, pour voir où il en était.
Revenir en haut Aller en bas
Ezio Auditaure Da Firenze
Hybride
Hybride
avatar

Masculin
Gémeaux
Nombre de messages : 19
Age : 25

MessageSujet: Re: Assassinat en Famille! [PV Ezio! Mon fiiils!]   Dim 1 Mai - 5:47

"Mais bon, revenons à nos moutons! Disons que l'assassinat est une entreprise familiale. Pourquoi ne te rejoindrais-tu pas à moi, cher héritier?"

"Avec plaisir."

Je souris à cette proposition pour le moins unique. Rien de mieux pour se remettre dans le bain que des cibles bien basiques. Père était allé de son côté afin de s'occupé de la moitié, laissant l'autre part pour moi. Cela me convenait parfaitement. Je courais vers mes ennemis, prêt à donner l’assaut. Je m’accroupis alors que plusieurs détonations retentirent, profitant d’un élan avant de lancer deux couteaux de lancer allant se planter dans la gorge et dans le poumon gauche d’un des individus. Six restants. Mes bottes écrasèrent le sable, je gagnais du terrain. Une fois à portée, j’exécutai un tacle violent touchant sévèrement le tibia de la cible. Vivement je me relevai et esquivait de justesse un coup de poignard. Je m’emparais du bras de l’agresseur et donnait un coup dans le coude pour éclater son bras et m’emparer de son couteau. Dans la seconde, je lui plantais le couteau dans la gorge, le retirait violemment, dans des torrents de sang, avant de lancer le poignard en plein dans l’œil d’un des autres hommes. Quatre hommes restant. L’un d’entre eux semblait ne pas supporter la violence de mes actes ou alors n’en était nullement accoutumé. Je profitais d’un moment de dégout pour lui apprendre que, lors d’un combat, relâcher son attention d’une menace était l’erreur fatale qui décidait bien vite de l’issue de l’affront. Je saisi l’homme au cou, me plaçait derrière lui, tout en gardant cette emprise afin de sortir ma lame secrète, lui tranchant sèchement la gorge, ma main droit subtilisant son arme à feu, je visais le type face à moi, tirait trois coups décisif : genou, flanc, tête. Je jetais alors l’arme sur l’un des hommes qui réussit néanmoins à l’éviter. Deux hommes restants. Ils semblaient bien accrochés pour me foncer dessus alors que j’apparaissais bien plus expérimenté qu’eux dans ces attaques. Mon sourire en coin ne disparut pas, bien au contraire. Je marchais d’un pas lent vers ces deux imprudents, mes mains tendues vers eux. Ils voulurent me tuer, en tirant une balle à proximité, simultanément… Il fut facile d’éviter les projectiles. Je m’accroupis, et une fente me permis d’introduire mes deux lames secrètes dans le diaphragmes des deux hommes. Je me relevais brutalement et les soulevais momentanément par mes lames. Pendant ces quelques millièmes de seconde, les lames eurent réussi à faire une entaille plus importante avant que je ne rétractai mes lames et que les deux corps s’écrasèrent sourdement sur le sable.
En me retournant, je pouvais constater que mon père en avait fini avec ces assaillants. Mon petit sourire esquinté en disait grand sur le fait que je pouvais constater qu’il était loin d’être rouillé. Sacré papa, près de huit siècles et toujours la forme. Je le regardais, croisant les bras.


Sa rappelle des choses hein papa ? En tout cas c’est bon de te voir.
Revenir en haut Aller en bas
Altaïr
Humanoïde
Humanoïde
avatar

Féminin
Capricorne
Nombre de messages : 136
Age : 23

Feuille de personnage
Points d\'expériences:
0/10  (0/10)
Niveau:
1/100  (1/100)
points de vie :
10/10  (10/10)

MessageSujet: Re: Assassinat en Famille! [PV Ezio! Mon fiiils!]   Mar 3 Mai - 7:52

Altaïr ne peut s'empêcher de sourire en voyant son fils se battre comme un pro. Comme il était fier de sa progéniture! Dire qu'il y avait "quelques années" encore, Ezio ne mesurait pas plus haut que trois pommes. Comme les enfants grandissent vite, et que le temps passe aussi rapidement. Mais bon, il fallait qu'il se remette de ses sentiments. Puis en plus il était aussi grand-père, et un jour arrière-grand-père, et arrière-arrière-grand-père, ect... D'ailleurs, quand est-ce qu'un aigle-garou meurt? Bonne question, mais fallait pas penser à la mort, ça porte poisse. Mais pas plus que cette balle plantée dans sa jambe. Maudits gangsters de pacotille qui mangent des pastilles à la menthe! Mais il ne s'en plaignait pas. Il restait toujours souriant devant ce fameux spectacle que lui offrait son fiston, ne disant rien. Il ne voudrait pas l'inquiéter, oh que non, autant faire comme si de rien n'était. Lorsque Ezio termina son travail et eût terminer de parler, le sourire de l'Assassin grandit. Il était vraiment heureux de le revoir.

"Oh que oui! Ça me fait bien rappeler des choses, comme tes premiers pas dans l'art de l'Assassinat, ou bien ta première victime♥"

Un père normale aurait normalement pas été fier de dire ça, mais vu que le barman n'était pas normal, autant pour lui! Mais bon, il se dirigea vers son fils, titubant un peu et ayant mal, mais ne disant mot sur sa douleur, avant de le serrer dans ses bras.

"Comme je suis vraiment heureux de te voir. Ça faisait longtemps qu'on ne s'est pas vu."

Il avait envie de lui demander des nouvelles de Maria, la mère d'Ezio, et donc sa femme. Mais c'est comme parler d'un professeur derrière son dos, alors que ce dernier est juste derrière: parler d'une personne la ramène souvent. Non, ce n'était pas qu'Altaïr avait pas envie de revoir sa femme, mais juste qu'il avait peur de sa réaction quand elle le reverra. Coups de bottes assurées. Tiens, d'ailleurs il devrait lui envoyer une lettre un jour. Mais bon, il devait revenir à son fils.

"Alors, comment ça va depuis la dernière fois?"

Un frisson lui parcourut l'échine. Ah oui, mince, ils étaient sur la plage. Et qui dit plage dit mer. Qui dit mer dit eau. Et qui dit eau dit noyade. Altaïr, devenu un peu plus pâle que d'habitude, prit son garçon par l'épaule avant de lui demander:

"Que dirais-tu qu'on s'éloigne un peu de cette maudite eau salée et de cette scène du crime? La marée risque de monter. Et si quelqu'un a appelé la police car il a entendu les quelques bruits de coups de feu, on est morts."
Revenir en haut Aller en bas
Ezio Auditaure Da Firenze
Hybride
Hybride
avatar

Masculin
Gémeaux
Nombre de messages : 19
Age : 25

MessageSujet: Re: Assassinat en Famille! [PV Ezio! Mon fiiils!]   Lun 9 Mai - 2:56

Mon premier assassinat remontait tellement, il en demeurerait presque flou. Je parviens cependant à m'en rappeler car ce jour-là, je me détachai de la normalité, je prenais une voie qui était bordée de ruisseaux ensanglanté: j'étais devenu un homme, j'étais devenu un assassin, tout comme mes ancêtres, mes pairs et ma famille. Il s'agissait d'un certain Uberto Alberti qui, au nez et à la barbe de tous, s'était allié aux templiers, un ordre religieux qui sévissait pendant les croisades et qui perdurait en groupe plus réduits de nos jours… mais toujours aussi redoutables. Ce fut bien un ordre qui se confronta maintes fois à nous, et les victimes en furent bien nombreuses. J’avais usé des courtisanes (une méthode que papa ne semblait pas vraiment reconnaitre encore) qui avaient fait office de distraction. Alors j’entrai dans la bâtisse. Il fut ensuite aisé de le tuer d’un coup au cœur et de m’enfuir, me cacher dans l’ombre. Mon apprentissage, je le devais cependant presque uniquement à mon père, Altaïr le maître assassin, je n’étais moi qu’un fils prodige et innovant. J’avais aussi appris de ma mère notamment les armes fatales des femmes comme elle le nous montrait fréquemment en bousculant quelque peu papa, elle avait sa manière propre d’aimer, on ne peut lui en vouloir.

Il me prit alors dans ces bras, dans lesquels je m’étais souvent blotti comme aujourd’hui encore je serais fort un père affectueux que j’aime vraiment. Cela faisait longtemps… j’avais 7 siècles à rattraper de temps perdu.


"Alors, comment ça va depuis la dernière fois?"

Je me senti devenir blême et perdre mon sourire à cette question, voulant dissimuler mon visage encagoulé. Devais-je lui dire que j’étais désormais veuf ? Devais-je lui dire que je me suis laissé aveuglément emporté dans la débauche et ai failli manquer à une règle essentielle du crédo des assassins ? Tué par désir de vengeance et non par volonté d’un monde meilleur ? Je luttais intérieurement pour qu’il ne décèle pas une once de regret et de honte sur mon visage. Comment réagirait-il s’il apprenait que je lui mentais continuellement, que feu mon épouse fut une magicienne et que ma fille eu hérité de ces pouvoirs ? Je pensais personnellement que cela était bénéfique, utiliser une forme de magie puissante et assassiner les ennemis d’une manière plus confuse encore. Mais Altaïr, mon père, était quelque peu moyenâgeux et voyait d’un œil noir l’acte de sorcellerie, je ne pouvais l’en blâmer, il avait grandi ainsi.

Ce fut un soulagement quand il me prit par l’épaule, apeuré par l’eau. Je souris de nouveau et riait. La marée ne pourrait pas monter d’avantage, la lune était pleine et brillait dans un ciel étoilé. Ces étoiles se reflétaient difficilement sur le remous des vagues et ces mouvements sinueux. Si la mer avait été d’un calme plat, quel spectacle aurait été ainsi ! Une mer d’étoile dans laquelle se laisser emporter loin des soucis. Je tapotais l’épaule de mon père et l’emmenais loin de l’eau.


« Quelle idée aussi de s’approcher de l’eau si elle t’effraie tant ! Au fait comment va Donatella ? Toujours aussi belle ? »

Si j’avais considéré Giuseppina comme la reine de mon univers, Donatella en était la princesse que je bordais chaque soir avant de dormir… et avant de sauter du rebord de la fenêtre pour me faufiler dans les rues de Florences à la recherche de mes cibles.
Revenir en haut Aller en bas
Altaïr
Humanoïde
Humanoïde
avatar

Féminin
Capricorne
Nombre de messages : 136
Age : 23

Feuille de personnage
Points d\'expériences:
0/10  (0/10)
Niveau:
1/100  (1/100)
points de vie :
10/10  (10/10)

MessageSujet: Re: Assassinat en Famille! [PV Ezio! Mon fiiils!]   Mar 14 Juin - 10:48

[HRPG: sorry, petit dépression ><]

Une joie énorme envahissait l'Assassin lorsque son fils le serra. Donc il ne lui en voulait pas d'avoir été absent si longtemps? Il n'avait pas envie de le lui demander, il avait peur qu'il lui fasse des représailles. De tout ses enfants, se seraient ceux d'Ezio qui lui feraient le plus de mal. Il faut dire aussi que c'était le seul à avoir apprécier la vérité qu'ils soient les descendants d'un Assassin. Lorsqu'il fit sa petite remarque sur l'eau en quoi qu'ils devraient partir, son fils lui tapota l'épaule avant de l'emmener un peu plus loin de la mer. Altaïr regardait ce voile bleu qui s'éloignait très peu de lui, avant d'entendre son fils rire en lui faisant une petite remarque. Cela fit sourire l'Assassin qui répondit alors:

"Pas de ma faute. Qu'on ait peur du feu ou non, on doit tuer sa cible près du feu si elle y est. Et même chose pour l'eau: même si il se trouve sur une île et qu'on ne sait pas nager, on doit prendre le... bateau..."

Il fit une grimace et sentit qu'un frisson lui parcourait l'échine. Ah quel cauchemar. Il avait des souvenirs horribles qui revenaient.

"Ça me fait rappeler ta mère quand elle m'a emmené en Italie. Je voulais faire le détour en cheval, mais elle m'a drogué et a demander à d'autres Assassins de m'emmener sur le bateau. Quand je me suis réveillé, on était encore en plein milieu de la mer Méditerranéenne. Et manque de pot: à un moment le capitaine du navire s'était trompé de direction et du coup on a eût du coup un voyage plus long. Je te dis pas l'enfer pour moi, et le sourire narquois de ta mère en me regardant vomir toute les demies-heures..."

Il était plus pâle en se rappelant de ce très mauvais souvenir. Il aurait dû se cogner contre un rocher pour devenir amnésique afin d'oublier tout ses mauvais souvenirs. Mais se serait-il rappeler de ce qu'il aime le plus, soit sa famille? Sans doute, il aimait trop fort sa femme et sa descendance pour les oublier aussi facilement.

"Donatella va bien ne t'inquiète pas. Elle est aussi ravissante que ta femme, mais je crois qu'elle a hérédité le caractère de ta mère. Cependant je me demande si elle est humaine comme ta femme ou alors qu'elle a reçu des gênes de mélange aigle-loup comme toi."

Il s'arrêta et sembla réfléchir. Puis au bout de quelques secondes il eût comme un petit sourire. Il savait qu'il ne ferait jamais ce qu'il allait dire, mais c'était juste pour rire un peu:

"Au pire, on peut toujours faire une expérience. Je suis en haut de la falaise, je la pousse et tu es en bas pour la récupérer. Si entre-temps elle déploie des ailes, elle n'est pas humaine et a hérité de nos gênes. Au cas contraire, elle tient de ta femme."

Puis Altaïr donna une grande tape sur l'épaule de son fils avec un grand sourire avant d'agrandir son sourire:

"D'ailleurs comment va ma belle-fille dont notre chère Donatella est le portrait tout craché -avouons aussi qu'elle a quelque chose de toi comme la cicatrice, tes yeux dorés et cette peau un peu bronzée?"
Revenir en haut Aller en bas
Ezio Auditaure Da Firenze
Hybride
Hybride
avatar

Masculin
Gémeaux
Nombre de messages : 19
Age : 25

MessageSujet: Re: Assassinat en Famille! [PV Ezio! Mon fiiils!]   Dim 19 Juin - 7:03

[t'en fais pas, excuse moi aussi pour mon retard: exams! --']

Sacré père, il n'avait pas changé, tout comme dans mes souvenirs, il montrait un autre visage quand il n'était pas face à un ennemi. Au contraire de tout autre assassin qui put exister, le fait de tuer ne l'avait point laissé cynique et amer envers la ville. Dans l'éclat de ces yeux et l'illumination de sa voix on pouvait deviner la fierté qui sommeillait en cet homme, un bon père sur lequel j'eu pris exemple lorsque Donatella est née. Finalement elle a rejoint nos traces et ni moi, ni Giuseppina ne pouvions et ne voulions l'en empêcher. Donatella était devenue grande et était capable de choisir désormais la voie qu'elle voulait choisir, que serait-elle si nous l'aurions contrainte à cela? Plus grand chose. Heureusement, les mots de papa me prouvèrent le contraire comme je l'espérais, aussi ravissante que sa mère... et le trait de caractère de maman. Cela me fit presque rire, la vie de mon père devait être bien loin d'être ennuyeuse. En effet, quand je me représente encore ma mère, je revoie cette femme ayant tout l'amour à revendre... pourtant avec une manière on ne peut plus spéciale de nous le montrer. Vive et active. Même papa avait un peu de mal à la suivre, son souvenir me fit rire.

Il se demandait si elle allait tenir de moi ou de sa mère. Bien sûr, Donatella lui avait surement montré son côté humain et non ces aptitudes de magicienne aguerrie car il parlait bien de ma femme comme étant humaine. Son expérience qu'il projettait n'était pas sans risque mais coulait de source. Je penchais néanmoins la tête dénonçant mon dépit, cela n'était pas nécessaire pour que Donatella en demeure un excelent assassin. Mon sourire et l'éclat semblèrent disparaître, laissant place à un teint blème et des yeux honteux qui regardaient le sol. Pourquoi?


"D'ailleurs comment va ma belle-fille dont notre chère Donatella est le portrait tout craché -avouons aussi qu'elle a quelque chose de toi comme la cicatrice, tes yeux dorés et cette peau un peu bronzée?"

Je n'ouvris point la bouche, le souvenir en demeurait bien trop douloureux, craignant qu'en l'ouvrant je ne fasse qu'éclater en sanglot comme un enfant. J'avais beau me dire assassin, en ce moment j'avais l'impression d'appartenir au commun des mortels: mon coeur était lourd, je me sentais comme le plus misérable des hommes. Comment allais-je l'annoncer à ma fille? Elle qui aimait sa mère, qui avait vécu tant avec elle qu'avec moi. Moi je n'ai pas su la protèger et mes agissement pendant un temps n'ont rimé à rien... j'ai eu beau me ressaisir mais les faits sont là. J'étais devenu certes un assassin de renom, cela ne me dispensait pas d'être fiable au crédo des assassins ainsi qu'à leurs vertues. Mes lèvres tremblaient, comment pouvais-je le dire? Comment dire à son propre père que son fils avait touché le fond, s'égarant dans les abysses et broyant du noir dans son petit coin? Il ne me regarderait peut-être plus jamais dans les yeux, j'avais peur, je ne voulais pas me le mettre à dos... et Donatella... quel genre de père verrait-elle si elle savait que je n'ai rien, rien pu faire. Des larmes commencèrent à couler de mes joues, ce sentiment en devenait insupportable. Je serrais les poings... je ne pourrais fuir éternellement un passé qui me suivra toujours alors... autant au moins avouer cela.

Père, je suis désolé... j'ai essayé de fuir au plus vite, c'était trop tard...Je...elle...

Ma respiration se fit saccadée pendant un moment, les mots sonnant comme un coup de poignard, à chaque fois planté en plein coeur. Je restais silencieux un moment, je me calmais avant de recommencer à parler.

Peu après votre départ, la situation s'est gâtée. J'ai préféré calmer le jeu et travailler dans la fonction financiaire... elle connaissait un essor et pourtant, je n'ai pas pu tirer assez de ressource à temps pour vous rejoindre, Giuseppina et moi... Ils voulaient ma tête... ils ont pris celle de Giuseppina avant de mettre le feu à la maison... je n'avais plus rien que les regrets père, rien... je n'ai rien pu faire... non... JE N'AI RIEN FAIT AU FINAL!

Je serrais les dents pour m'empêcher ce son honteux de gémissement, mais les larmes continuèrent de couler à flot, je pleurais. Les regrets étaient encore présent dans ma tête et me suivraient toute ma vie... Et dans le cas où père le prendrait mal... là je n'aurais plus rien à perdre et cette fois-ci rien, symbolisait bien le néant qu'il me resterait pour sauter dedans.
Revenir en haut Aller en bas
Altaïr
Humanoïde
Humanoïde
avatar

Féminin
Capricorne
Nombre de messages : 136
Age : 23

Feuille de personnage
Points d\'expériences:
0/10  (0/10)
Niveau:
1/100  (1/100)
points de vie :
10/10  (10/10)

MessageSujet: Re: Assassinat en Famille! [PV Ezio! Mon fiiils!]   Jeu 15 Déc - 22:43

Altaïr ne savait que faire devant Ezio qu'il voyait toujours comme un enfant. Oui, en revoyant ce fils qu'il avait tant chérit, sans doute un peu mieux que ses autres progénitures mais que voulez vous, les parents ont toujours un favori, il revoyait alors ce marmot de trois ans qui courrait partout. Mais cet enfant-là pleurait à présent devant le papa aigle qu'était l'assassin. Ce dernier n'hésita pas alors une seconde à montrer une nouvelle fois son affection envers son fils. Il écarta grand les bras avant de les croiser autour du cou du "jeune" homme (bah quoi? Ezio n'est pas si jeune!) avant de le serrer contre lui. Il décroisa un de ses bras afin de frotter le dos de son jeune fils, se sentant gêné de savoir que ce dernier était triste.

"C'est moi qui suis responsable. Et j'en suis désolé. J'aurai du informer ta mère et toi d'où j'étais et de qu'est-ce que je faisais. Vous m'auriez rejoins sans doute... Puis j'aurai dus être là pour toi, comme un vrai père..."

Altaïr savait que ce n'était pas de la faute d'Ezio. Oh que non. Après tout, si il avait dit où est-ce qu'il était, peut-être que sa famille l'aurait rejoint et donc aurait éviter ce massacre. Giuseppina aurait peut-être survécut et n'aurait donc pas eut à avoir de soucis avec ceux qui en voulaient contre son fils.

"Même si je sais que cela ne suffirais pas à me faire pardonner, je te présente mes excuses."

Il s'écarta quelques instants de Ezio de quelques centimètres afin de le regarder droit dans les yeux. Même si ça le gênait de le fixer ainsi droit dans les prunelles de son fils, Altaïr n'avait pas le choix. Il savait que si il détournait le regards, le visage de sa femme rouge pivoine apparaîtrait pour entendre telle Jeanne d'Arc de nulle part "je suis pas vraiment fière de toi!". "Toujours fixer dans les yeux..."; voici donc la belle leçon qu'avait apprit Maria Auditore Da Firenze lorsqu'elle avait accoucher de son premier enfant et que ce dernier avait fixer droit dans les yeux son père qui avait détourné le regard. Les bons conseils à la mère d'Ezio♫. Cependant, quelque chose inquiéta Altaïr plus que n'importe quoi pendant ce temps. Oui, quelqu'un en avait donc voulu à son fils? Et si il lui en voulait toujours maintenant? Enfin, si justement le jeune italien n'avait pas tuer ce criminel. L'assassin prit un air sérieux avant alors de caresser affectueusement sans même s'en rendre compte la tête de son fils:

"Mais dis, tu disais qu'"lls voulaient ta tête". Mais qui sont-ils? Et pourquoi est-ce qu'ils sont après toi? Tu les as laissé vivants?"

Là il commençait vraiment à s'inquiéter pour son fils. Et si jamais ils revenaient pour faire du mal à Ezio? Altaïr se mordit la lèvre inférieure. S'ils osaient faire quoique ce soit à sa progéniture, ils risquaient fortement de le regretter...
Revenir en haut Aller en bas
Ezio Auditaure Da Firenze
Hybride
Hybride
avatar

Masculin
Gémeaux
Nombre de messages : 19
Age : 25

MessageSujet: Re: Assassinat en Famille! [PV Ezio! Mon fiiils!]   Dim 18 Déc - 20:50

[*insulte forumactif de tout les noms pour ne pas lui avoir prévenu* Rah u_u Désolé du retard je n'ai pas été prévenu sur ma messagerie mail]

Lorsque le fils prodige senti les bras de son père l'étreindre, il ne put définitivement pas retenir ces larmes et plongea instinctivement sa tête contre son torse pour verser des larmes étouffées de sanglots. La chose la plus triste était surtout la simple pensée à la réaction de Donatella. Il craignait et craint toujours de penser simplement qu'elle ne lui pardonnerait pas pour avoir été aussi naïf, qu'elle ne lui pardonnerait pas non plus de l'avoir caché cet évenement alors qu'elle vivait peut-être de merveilleuses aventures. Il entendit alors les excuses de son père. A cela il secoua frénétiquement la tête. Ce n'était pas de sa faute. Le jour où Altaïr avait quitté Firenze avec Donatella, il avait choisi de rester dans la ville avec Giussepina ; craignant entre autre qu'Altaïr ne vienne à découvrir ces origines occultes et ainsi à la médire en permanence ainsi que Donnatella. Et a cause de ce choix naïf, il avait perdu la femme qu'il aimait. Le seul espoir qu'il pouvait caresser était de savoir sa fille avec son grand-père, sachant que ce dernier n'était pas le maître des assassins pour rien, et qu'il la protègerait jusqu'au bout. Ces sanglots se tarirent alors que le maître assassin lui caressait la tête affectueusement, d'un air paternel qu'il avait rarement connu... mais dont il n'en doutait rien de l'affecetion qui en découlait depuis sa naissance.

Soudain son père lui posa des questions à propos de ces ravisseurs. Il restait de marbre, le regard dirigé sur le sol. Il se dégagea doucement de l'étreinte de son père et le regarda dans les yeux. Il se retourna un instant vers la mer, scrutant l'ombre noirâtre et terrifiante dont elle fut représentée, même éclairée faiblement par la Lune. Les embruns de la mer carressaient son visage, mais la chaleur de la main de son père lui fut d'une joie plus grande encore. Il se retourna et regarda l'assassin.


La confrèrie des templier, père... notre ennemi de toujours. Ils m'avaient débusqué grâce à leurs membres ayant leurs sièges haut placé dans les états de Rome... Il n'ont eu aucun mal à me prendre au dépourvu... mais...

Un simple mouvement du poignet gauche fit jaillir la lame secrète de son bracelet gauche, l'arme de base des assassins. Sa lame était couvertes de motifs référent aux civilisations du moyen orient, là où fut fondé la confrérie des "hachichiyun"... plus tard le mot fut occidentalisé pour désigner pour assassin: des meurtriers. Or dans ce cas, le meurtre même avait toujours une raison juste pour laquelle un fou était prêt à se battre pour elle.

Je n'ai eu guère trop de mal à leur apprendre la signification du mot "VENDETTA"! ... Malheureusement je soupsone que cet ordre ai perduré encore aujourd'hui père.

Il rétracta la lame secrète et demeura pensif un instant.

Ce n'est pas votre faute père mais la mienne... j'aurais du vous suivre alors que vous m'en aviez donné la possibilité... j'ai été idiot... comment vais-je l'annoncer à Dona... Elle va m'en vouloir, je n'aurais plus rien de l'héritage que j'aurais construit...
Revenir en haut Aller en bas
Altaïr
Humanoïde
Humanoïde
avatar

Féminin
Capricorne
Nombre de messages : 136
Age : 23

Feuille de personnage
Points d\'expériences:
0/10  (0/10)
Niveau:
1/100  (1/100)
points de vie :
10/10  (10/10)

MessageSujet: Re: Assassinat en Famille! [PV Ezio! Mon fiiils!]   Dim 8 Jan - 17:04

Il aurait dû tout de même le deviner. C'était les Templiers. Il se donna même pas la peine de se demander pourquoi. Altaïr serra sa main gauche, se mordant la lèvre inférieure. Non, il ne pouvait pas tolérer que les Templiers, les pires ennemis des Assassins, s'attaquent à SA famille, à SA descendance. Cependant, il ne devait pas faire place à la haine. Son fils déprimait de devoir l'annoncer à Donatella. Altaïr n'y avait pas penser. Comment réagirait alors la plus jeune de sa descendance? Il essaya alors d'imaginer sa petite-fille apprenant alors la nouvelle. Prenant délicatement le bras droit de son fils, Altaïr tira un peu ce dernier un peu plus loin de l'eau, mais aussi un peu plus loin des cadavres. Si jamais il y avait eût un témoin qui a put appeler la police, ils seraient sans doute mal barrer. Tout en marchant, Altaïr répondit alors sur un ton plutôt doux, ce qui pourrait être étonnant pour certain puisqu'on ne peut sans doute pas imaginer qu'un homme pratiquant le métier d'Assassin en plus de barman puisse être ainsi:

"Je ne pense pas qu'elle t'en voudrait. Après tout, je ne crois pas qu'un enfant puisse en vouloir à son père."

Il laissa échapper un soupire.

"Remarque, je dis ça mais je n'ai jamais connu mon père. Bon, c'est plutôt à toi de voir alors..."

C'était vraiment sans doute le moins placé pour parler de parents. En effet, jamais il ne les a connu. Orphelin, des Assassins l'avaient trouvé à moitié mort dans les rues les plus malfamés d'Acre. Suite à cela, il fut pris en charge par Al'Mualim, le maître Assassin lui-même à l'époque, dont il fut le disciple, mais aussi le meurtrier puisqu'il dut le tuer l'année-même où il est devenu un aigle-garou, comprenant qu'il avait derrière la tête de très mauvais plans. Donc, tous ce qui était parents, Altaïr ne pouvait rien dire. Puis peut-être aurait-il pu prendre pour exemple sa femme Maria, mais cela s'avérait être plutôt une mauvaise idée puisque Madame Auditore Da Firenze était plutôt... un cas à part. Un cas qui a toujours su prendre ses initiatives toute seule à l'époque alors qu'à cette période-là les femmes avaient le droit ni de s'habiller comme un homme, ni de se battre, et encore moins d'avoir le libre arbitre. Puis même, pourquoi serait-elle rancunière envers son père? Après tout il lui avait laisser aussi faire ce qu'elle voulait à la place de la ruer de coups de bâtons pour vouloir faire le travail d'un homme. Malheureusement, aucun exemple était bon à donner. Malik connaissait pas aussi ses parents, en ce qui concerne les autres Assassins, il ne leur avait pas demandé de raconter leur vie, et donc ne savait rien sur eux. Cependant il était sûr d'une chose...

"Je ne pense pas que Donatella t'en voudrait pour la mort de Giussepina. Après tout, est-ce toi qui l'a tué? Non. Ce sont les Templiers...."

En disant le nom de ses ennemis, Altaïr avait serrer sans le vouloir ses poings, et donc son étreinte sur le bras d'Ezio. Fixant un point invisible en face de lui, il se remémora alors de quelques batailles qu'il avait eut avec ces satanés Templiers. Qu'est-ce que c'étaient des personnes difficiles à tuer. Il faut dire aussi qu'ils étaient aussi bien entraînés que les Assassins, et c'étaient sans doute les pires dangers qu'il puisse exister pour l'Ordre. Après tout, ils avaient réussit à trouver Ezio et sa femme, pourquoi ils n'iraient pas trouver l'Ordre sur Erya? Non, Altaïr ne pouvait donc pas laisser alors à ce qu'ils viennent sur l'île pour s'attaquer alors aux autres Assassins, mais surtout à Ezio et Donatella. Jamais il ne voudrait à ce qu'on attaque alors à ce qui lui restait dans sa vie.

"C'est malheureux aussi de te l'annoncer Ezio... mais si nous, les Assassins, nous sommes encore ici... il y a forcément des Templiers qui restent dans le monde, et il vaudrait mieux à ce qu'ils évitent de venir alors sur Erya..."
Si ça se fait, il y avait déjà des ennemis sur l'île. L'aigle songea un instant qu'il vaudrait mieux à ce qu'il demande à quelques-uns de ses hommes de vérifier alors l'identité des derniers venus sur l'île avant de sursauter. Maria! Est-ce qu'elle allait bien? Et le reste de ses progénitures? Qu'en advenait-il de la mère d'Ezio et de sa fratrie? Il déglutit, espérant qu'aucun Templier n'avait eût la mauvaise idée de s'attaquer à sa femme et à ses enfants. Il se retourna, regarda Ezio avec un air plutôt inquiet:

"Et ta mère, tu as des nouvelles d'elle? Et de tes frères et sœurs?"

Peut-être devait-il moins s'inquiéter pour ses autres enfants puisque ces derniers avaient décidés d'être normaux et donc ne pas avoir d'activité d'Assassin, ce qui ne faisait pas d'eux des ennemis des Templiers. Par contre, pour sa femme avait trahie Robert de Sablé et donc par la même occasion les Templiers, elle était sans doute une cible. Mais d'un autre aussi, ces soldat de la Croix Rouge (désolée, j'ai pas pu m'empêcher de faire le rapprochement) s'étaient peut-être décidés alors à s'attaquer aux Assassins et à leur famille, tout comme pour la femme d'Ezio. Ils cherchaient à les provoquer donc il était préférable alors à ce que tout les Assassins ramènent sur l'île leur famille, ou alors du moins à leur avertir d'un possible danger.


[Désolée du retard]
Revenir en haut Aller en bas
Ezio Auditaure Da Firenze
Hybride
Hybride
avatar

Masculin
Gémeaux
Nombre de messages : 19
Age : 25

MessageSujet: Re: Assassinat en Famille! [PV Ezio! Mon fiiils!]   Lun 9 Jan - 22:36

Altair tirait le fils attristé loin de la plage où tant de sang avait coulé, ce qui n'allait surement pas tarder à faire les gros titres. Les faits divers étaient connus pour l'importance et/ou la violence des événements. Ezio se laissait conduire par le bras fort de son père, comme la feuille qui se laissait conduire par les alysées. Cela lui rappelait les caresses de sa mère, pour le moins, active ou encore les étreintes de Giussepina, qu'il pouvait sentir encore sur sa peau et ce malgrés les six siècles d'amertume qu'il avait pu traverser. Mais le passé restait le passé: un album photo, de tendres moments de bonheur figés sur une pélicule fine, celle de la mémoire, uniquement accessible dans les rêves et l'esprit. Si c'est par le passé que l'humanité se fonde, ainsi que tout les hybrides existant, leur avenir se construisent en fonction de leurs propres rêves et ambitions.

Le maître assassin réconfortait son fils, niant toute faute de sa part. Effectivement ce furent surement les templiers qui avaient tué Giussepina mais ce fut Ezio qui avait fait ce choix, entrainant des conséquences inévitables pour son épouse. Il sentit la poigne de son père sur son épaule lorsque celui-ci avait mentionné le nom des pires ennemis des assassins. S'il y avait une personne qui fut plus déterminée qu'Ezio à les tuer jusqu'au dernier, c'était bien Altaïr, qui les avait combattu au commencement même de cette guerre. Ce fut alors au tour du fils de calmer l'esprit de son père en frottant doucement sa main, comme il avait eu l'habitude de faire lorsqu'il était encore un enfant quand son père revenait de la maison tout stressé, soit à cause de Maria, soit à cause d'un problème survenu au niveau de la confrérie. Il frottait sa main, en retour il avait droit à un grattage de tête, ce geste qui signifiait souvent "je suis fier de toi mon fils"... dont il ne doutait pas même aujourd'hui; bien qu'avec sa capuche, il sera peut-être difficile d'éprouver le même effet. Il murmura alors:


Je ne sais pas non plus... mais j'aurais aimé que tu ais eu un père comme celui que j'ai maintenant...

Lorsqu'Altaïr parla de la famille. Ezio lâcha lentement sa main, demeurant pensif. En effet, tout les assassins de Florence avaient disparu lors de cette violente descente templière, connue par tous comme "le bûcher des vanités", orchestrée par Savonarole. Il avait, peu avant cet événement, pris le soin d'éloigné le plus gros des assassins de Florence et d'Italie. Certains étaient resté, aux ordres du fils prodige. Il regarda alors Altaïr, le regard caché par l'ombre de sa capuche.

Non je n'ai pas eu de nouvelle, c'est moi qui leur ai demandé de ne pas m'écrire. Je les ai demandé de partir et de se séparer, se disseminer dans toute l'Europe, plus loin si nécessaire. C'était peut-être risqué, mais moins que de révéler leur position exacte, sachant l'ambition et l'influence des templiers haut-placés, j'avais bien moins confiance au système de distribution de courrier... Je ne voulais pas les perdre...
Revenir en haut Aller en bas
Altaïr
Humanoïde
Humanoïde
avatar

Féminin
Capricorne
Nombre de messages : 136
Age : 23

Feuille de personnage
Points d\'expériences:
0/10  (0/10)
Niveau:
1/100  (1/100)
points de vie :
10/10  (10/10)

MessageSujet: Re: Assassinat en Famille! [PV Ezio! Mon fiiils!]   Dim 15 Jan - 10:09

[HRP: Désolée du retard, et si c’est pourrit! pardonne moi! ç___ç]

Altaïr se sentit vraiment ému par ce que venait de dire son fils à propos de père. Oui, c'est vrai quoi. Il avait toujours pensé en quoi qu'il avait toujours été un père médiocre; et pourtant son fils semblait affirmer le contraire. Est-ce que ,malgré le fait que de nombreuses fois il fût plutôt absentéiste, il avait réussit à devenir ce père modèle qu'il a toujours rêvé d'être? Il en était pas vraiment sûr. En tout cas, sentant toujours alors les caresses sur sa mains, il se détendit. Si il pouvait gratter la chevelure de son fils... mais voilà ce dernier avait sa capuche. Alors il dut tout simplement de se contenter de frotter alors la tête en même temps de la capuche, froissant un peu celle-ci. *J'ai vraiment un fils formidable* pensa-t-il. En effet, il ne regrettait pas d'avoir connu sa femme et d'avoir eût des enfants avec elle, et surtout Ezio. Ce dernier était sans doute l'enfant qu'il adorait le plus. Non qu'il n'aimait pas les autres, mais après tout, chaque parent, même si ils ne voulaient pas l'avouer, avait un petit préféré. Et pour l'assassin, ça avait toujours été ce jeune homme. Ah là là, qu'est-ce que les enfants grandissaient trop vite: Altaïr revoyait à présent ses enfants il y avait quelques siècles, lorsqu'ils marchaient à peine. Qu'est-ce qu'il regrettait ce temps-là. D'ailleurs, il se demandait si pour Ezio c'était pareil avec Donatella: il la revoyait enfant de temps à autre.

Il écouta avec un petit sourire le reste des paroles du jeune italien, sans même en perdre une miette. Alors comme ça le reste de la famille était dispersée dans le monde? Tant mieux. Comme ça, ce serait plus chaud pour les ennemis de les trouver et de les massacrer. Surtout qu'ils avaient reçus quelques petites bases d'assassinat et donc de défense par leur père, ce qui leur devait être d'un grand secours au cas-où. En tout cas, heureux que son fils ait été prévenant et ait éparpillé sa famille partout pour leur sécurité, Altaïr tira délicatement son fils vers lui pour lui poser ses lèvres sur son front.

"Je suis fier de toi. Merci d'avoir aidé ta famille."

Le barman sentit alors comme une vague de nostalgie. Il revoyait encore son fils âgé de quelques siècles, comme ce petit gamin à qui il avait tout apprit. D'ailleurs, il repensa à quelque chose. Oui, l'organisation! Il allait presque oublier cela! Devait-il proposer à son fils de venir les rejoindre? Sans doute, mais il avait peur qu'il lui arrive quelque chose si jamais les Assassins se faisaient découvrir par une quelconque personne susceptible de prévenir les autorités, donnant alors sans doute leur localisation aux Templiers si jamais ils étaient encore en vie ces abrutis. Mais il savait que de toute façon il allait être au courant un jour ou l'autre, et ce sans doute par Donatella qui avait insisté pour venir rejoindre l'Ordre. Puis, l'italien n'était-il pas assez grand pour alors prendre des décisions tout seul?

"En passant, j'ai recrée l'Organisation avec mon "ami" Malik. Tu te souviens au moins de Tonton Malik? L'homme qui... n'a jamais pu te porter dans ses bras?"

Souriant à cette blague à l'humour noir, et s'imaginant alors le chat-garou devant lui en train de criser, Ataïr continuant alors de marcher avec son fils, reprit:

"Et ben voilà. Donatella fait parti aussi de l'Ordre, on a aussi de nouvelles recrues dont certains n'ayant pas trop eût le choix de venir... Donc je me demandais si cela t'intéressait de venir ♪"
Revenir en haut Aller en bas
Ezio Auditaure Da Firenze
Hybride
Hybride
avatar

Masculin
Gémeaux
Nombre de messages : 19
Age : 25

MessageSujet: Re: Assassinat en Famille! [PV Ezio! Mon fiiils!]   Lun 16 Jan - 19:59

Ezio restait muet aux caresses de son père, se trouvant rajeuni par ce baiser paternel apposé sur son front, comme celui qu'il ressentait lorsqu'il gardait les yeux clos, faisant croire qu'il était endormi. Pendant son enfance, le moment où il dormait réellement était lorsque son père lui baisa le front pour faire de beaux rêves... ce pourquoi il paraissait souvent fatigué et que sa mère lui passait un savon pour être aussi étourdi. Cela faisait certes des siècles qu'il n'avait plus reçu une telle affection... mais la sensation de sécurité et de réconfort n'avait pas changé pour autant même dans son coeur tourmenté encore par les violences qu'il avait pu voir à travers les âges. Il avait eu peur d'avoir pris la mauvaise décision, imaginez quel fut la stupecfaction qui l'envahis lorsqu'Altair lui accorda de pareilles tendresses. L'assassin ne put s'empècher de s'avancer vers Altair et de le serrer dans ces bras. Il avait beau avoir la même taille et prêter la confusion aux autres témoins qui pouvaient les voir, mais à ce moment il voulut être bien plus petit, se retrouver de nouveau caché dans les bures douces de son père, tenter de serrer sa taille de toutes ces forces et se faire soulever par ses bras surpuissant... oui, il n'avait pas oublié son enfance, le moindre souvenir étant frais dans sa tête. Il revoyait aussi Malik, l'ami fidèle d'Altair, celui qu'il considère comme son frère, celui qu'Ezio appelait tonton Malik. Dans ces souvenirs, il était vraiment attentioné, d'ailleurs, c'était lui qui s'occupait d'Ezio alors que son père partait en mission alors que l'apprenti n'était pas encore prêt. Il ne pouvait nier la chance qu'il avait. Son grand-père paternel avait lâché son propre fils dans un monde dangereux et tourmenté, un monde où la moindre erreur, la moindre malencontreuse rencontre, faisait la différence entre la vie et la mort. Altair avait du grandir sans la moindre attention et aurait bien pu réserver le même sort à son fils... ce ne fut pas le cas. Car même absent, son père ne cessait de penser à lui, il ne le niait jamais, à aucun moment il n'en a jamais douté.

Il avait reformé la confrèrie des assassin avec Malik. Ezio sourit à cette nouvelle mais ne ria pas à la blague un peu sordide sur Malik. Bien sûr, il n'en voulait pas à son père dont il savait quelques légères maladresses avec ces proches, surtout sa mère qui ne pardonnait pas le moindre fléchissement. Il ne pouvait rire de cette blague, pensant à Malik, un oncle auquel il devait beaucoup. Il avait souvent épaulé Altair et aidé Ezio dans sa formation d'assassin et de comptable. En effet, c'était Malik, qui avait aidé Ezio à trouver un métier pour s'épanouir et le permettre de fonder une vie stable qui lui permettra de jouir de toutes les opportunités... l'insouciance de la jeunesse.

Donatella avait rejoint l'ordre des Assassins. Il ne doutait pas des capacités de sa fille, Altair ne devait l'avoir que trop perfectionnée dans cet art. Ezio lui avait appris à se mouvoir comme un assassin, à penser comme un assassin et a réfléchir comme un assassin. Altair avait surement du l'apprendre à combattre comme tout les vaillants guerrier dont elle avait pu entendre les histoires merveilleuses raconté par l'assassin avant qu'elle ne ferme ces beaux yeux. Giusepina lui enseignait, profitant de l'absence d'Altair, les enchantements et les sorts. Giusepina aimait son beau-père, il avait été le seul parent qu'elle aie connu de son vivant... même si elle savait qu'il était un peu vieux jeu et condamnant tout fait "contre-nature" comme la sorcellerie. Elle apprenait alors, à Donatella, de protèger son grand père, lui enseignant le secret de plusieurs elexir permettant de confectionner des potions de soin entre autre. Ezio ne pouvait qu'être consentant à cet apprentissage... à la seule condition qu'Altaïr ne sache rien... Il préfèrait toujours le dire, le moment venu il le dira... mais pas ce soir.

Finalement son père lui proposait de rejoindre les assassin, lui laissant le choix. Il avait toute confiance en son fils. Il sourit posant sa main sur l'épaule de son père.


Pourquoi suis-je venu là d'après toi? En vaccances? Il ria Mais bien sûr que je veux vous rejoindre!
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Assassinat en Famille! [PV Ezio! Mon fiiils!]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Assassinat en Famille! [PV Ezio! Mon fiiils!]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Erya Island :: Terre :: Océan-