Erya Island

Venez incarner votre personnage fantastique (fée, ange, neko, démon...) et le faire interargir avec les autres créatures peuplant cette île.
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Choisissez vite mais choisissez bien.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ervayne
Modérateur
Modérateur
avatar

Masculin
Bélier
Nombre de messages : 1023
Age : 24

Feuille de personnage
Points d\'expériences:
78/85  (78/85)
Niveau:
6/100  (6/100)
points de vie :
60/60  (60/60)

MessageSujet: Choisissez vite mais choisissez bien.   Dim 17 Avr - 10:17

*Pom pompom pompompom pompodom...* Chantonant mentalement Ervayne déambulait dans la plus grande des rues marchandes de la villes. Il avait pas mal d'argent sur lui, qu'il c'était procuré par diverses méthode et moyens de préférences pas trop fatiguant, et chercher désormais un moyen de le dépenser d'une manière utiles dans quelques chose qui lui plairait. C'est donc dans l'objectif d'accomplir la quête épiques qu'il c'était fixé ( dépensé son argent) qu'Ervayne analysait les multiples échoppes, magasins et produits qui lui était proposé. Il abandonna automatiquement l'idée du coiffeur, de la boutique d'esthétique ou tout autre services corporels, il négligea également les magasins de vêtement, il avait les siens et il aimait son look. Inutile de préciser qu'il n'allait pas mettre les pieds dans un bar, un café ou un restaurant et qu'il était illusoire de le voir rentrer dans une parfumerie.

Il ne lui restait donc plus que la banque, une librairie, une animalerie ou l'armurerie. Ervayne hésita un court instant entre ces deux derniers mais ce fut finalement l'appel du métal, des lames, du feu et des balles qui fut le plus fort. Il rentra dans la boutique, apprècia les rayons arborant une foule d'équipement hétéroclites et au but destructeur. Avant de d'observer la marchandises et d'essayer quelques armes, Ervayne trouva plus sage de s'accouder au comptoir et d'attendre le vendeur.
* Je sens que je vais avoir du mal a choisir mais j'adore cette endroit ^^*

__________________________________

"Si je me bats ce n'est ni pour la gloire où l'argent... mais juste pour passer le temps"
Petit conseil : Invité, n'oublie jamais de m'offrir un cadeau... je le détesterais très probablement, mais si tu ne le fais pas Invité, c'est toi que je détesterais.
Revenir en haut Aller en bas
Ervayne
Modérateur
Modérateur
avatar

Masculin
Bélier
Nombre de messages : 1023
Age : 24

Feuille de personnage
Points d\'expériences:
78/85  (78/85)
Niveau:
6/100  (6/100)
points de vie :
60/60  (60/60)

MessageSujet: Re: Choisissez vite mais choisissez bien.   Mar 16 Aoû - 16:52

D'abord accoudé au comptoir, Ervayne fixait la longue et impressionnante liste d'arme disponible. Seul un génie de l'armement avait pu penser a mettre autant d'arme a disposition. Une personne sage et avisé, mécène de la destruction, esthète dela guerre et grand créateur du chaos. Un type bien en somme. Le néantins fixait la porte de service par laquelle un vendeur ne devrait pas tarder à rentrer, cela faisait bien 5 minutes qu'il était rentré cela n'allait pas tarder, il posa son deuxième coude sur la table et cala sa tête entre ses mains. Songeant a ce qu'il allait bien pouvoir prendre comme arme... Une hache, des grenades et un couteau de chasse ? Un sabre, une arbalète et un canon portatif ? Un minigun, un mortier et des mines ? Un virus zombifiant, un mini-torpilleur et une station orbitale ? Il ne savait vraiment pas quoi prendre et esperez que le vendeur l'aiderez.

Il continua de fixer la porte et posa ses mains sur le comptoir en commençant à pianoter pour patienter et montrer sa présence en même temps. L'attente lui semblait déja durer depuis des heures, il n'avait pas pour habitude d'être patient et les 7 minutes qui venait de s'écouler était de trop. Il croisa les bras en fixant la porte avec intensité dans l'es poir que cela accourcisse son attente.

__________________________________

"Si je me bats ce n'est ni pour la gloire où l'argent... mais juste pour passer le temps"
Petit conseil : Invité, n'oublie jamais de m'offrir un cadeau... je le détesterais très probablement, mais si tu ne le fais pas Invité, c'est toi que je détesterais.
Revenir en haut Aller en bas
Ervayne
Modérateur
Modérateur
avatar

Masculin
Bélier
Nombre de messages : 1023
Age : 24

Feuille de personnage
Points d\'expériences:
78/85  (78/85)
Niveau:
6/100  (6/100)
points de vie :
60/60  (60/60)

MessageSujet: Re: Choisissez vite mais choisissez bien.   Sam 27 Aoû - 20:33

Après une nouvelle période d'attente d'environ 5 min Ervayne abandonna l'espoir d'être accueilli. Quittant le comptoir pour vadrouiller dans les rayons, détaillant minutieusement les nombreux articles présentés. Acier, fer, bronze, carbone, titane tout ces composant ne lui disaient rien, enfin il savait faire la distinction entre chacun connaissait leur qualité mais cela ne l'aidé pas à choisir. Son sens de l'esthètisme ne pouvait se décider entre la courbe harmonieuse d'un sabre, le jeu gris-sombre des pistolets mitrailleurs ou les envoutantes antiquités commes les arbalètes et les Shakram. L'exorbitante différence de prix entre chaque article n'arrangeait pas sa prise de décision... Le néantins n'avait pas grand chose dans les poches, il sortit son maigre pécule et commença à le compter quand une idée sournoise s'imposa à lui. Il n'était pas obligé de payer ! Après tout il n'y avait personne, même pas un vendeur ou un vigile qui l'empecherais de prendre quoique ce soit ? Et puisqu'il n'y avait personne il était libre de tester les armes comme bon lui semblait et ainsi d'exercer sa critique acerbes et se dextérité hors du communs dans le magasin.

C'est avec un regard nouveau, plein d'étoile scintillante et de désirs inavouable qu'il se mit à courir dans le magasin pour récupérer toutes sortes d'armes dans ses bras. Saississant au passages des shurikens, Attrapant d'une main leste des packs de munitions, dégainant promptement katana et épée longue, il n'arrêta son pillage que lorsqu'il fut dans l'incapacité totale d'emporter une petit lame de jet qui traînait sur un présentoir et alla déposer le fruit de ses rapines sur le comptoir.



__________________________________

"Si je me bats ce n'est ni pour la gloire où l'argent... mais juste pour passer le temps"
Petit conseil : Invité, n'oublie jamais de m'offrir un cadeau... je le détesterais très probablement, mais si tu ne le fais pas Invité, c'est toi que je détesterais.
Revenir en haut Aller en bas
Ervayne
Modérateur
Modérateur
avatar

Masculin
Bélier
Nombre de messages : 1023
Age : 24

Feuille de personnage
Points d\'expériences:
78/85  (78/85)
Niveau:
6/100  (6/100)
points de vie :
60/60  (60/60)

MessageSujet: Re: Choisissez vite mais choisissez bien.   Sam 24 Sep - 18:12

Le néantins observa la pile d’armes avec fierté. Il n’y avait sélectionné que le must dans le domaine de l’armement et des pourvoyeurs de souffrance, « The best of the best ». Il saisit un la première poignée à sa portée et se retrouva ainsi avec un joli modèle de brutalité. Un fusil double canon scié, arborant une belle couleur chrome et un système de rechargement des balles automatique. Un chargeur magnifiquement intégré à la composition de l’arme. Un viseur classique couplé avec un support permettant l’insertion d’un viseur réflexe ou laser. Une encoche avec anneau pour mettre une lampe torche et la crème de la crème, un chargeur manuel ! Une de ces extraordinaires fonctionnalités rétro, celle qui fait CLACK-CLACK quand vous abaissez puis remontez la partie inférieure du canon, expulsant ainsi la cartouche utilisait pour y loger la suivante.

Avec un engin si délicieux dans les mains Ervayne ne put s’empêcher de mettre une paire de grosse lunette de soleil après avoir chargé des munitions chevrotine. Se tenant droit et raide, il fit un demi-tour sur lui-même.


-Hasta la Vista Baby. Dit-il d’une voix grave, puis il ouvrit le feu sur les rayons du magasins rechargeant manuellement à chaque
tir…

CLACK-CLACK !

__________________________________

"Si je me bats ce n'est ni pour la gloire où l'argent... mais juste pour passer le temps"
Petit conseil : Invité, n'oublie jamais de m'offrir un cadeau... je le détesterais très probablement, mais si tu ne le fais pas Invité, c'est toi que je détesterais.
Revenir en haut Aller en bas
Soixante
Créature Légendaire
Créature Légendaire
avatar

Féminin
Sagittaire
Nombre de messages : 1784
Age : 22

Feuille de personnage
Points d\'expériences:
174/235  (174/235)
Niveau:
10/100  (10/100)
points de vie :
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: Choisissez vite mais choisissez bien.   Mer 4 Jan - 19:24

La faible ampoule nue éclairait à la petit pièce fermé d'un halo blanc jaunâtre. Elle vacillait de temps à autre à cause d'un coup de vent ou d'une action trop brusque. La pièce sentait quelques peu le refermé malgré la fenêtre ouverte depuis plus de deux heures. Elle était rempli d'étagère poussiéreuse qui donnait un côté sinistre aux quelques mètres carrés. Le store était baissé, laissant de faible rayon solaire entrée dans la pièce. Au centre un table vieille, usé, en mauvais état mais qui tenait encore debout.
Soixante c'était installé à cette table. Elle avait posé dessus tout son matériel, ainsi que son sac qu'elle ne quittait jamais. Depuis peu la brune c'était faite engagé dans cette boutique comme artisan-sculpteur par son ex-coéquipière Ludmila. Soixante avait d'abord séché les heures de travail croyant que ce n'était qu'un caprice passagé de son amie, mais non. Elle avait bien une paye tout les mois maintenant. Cela l'avait d'abord choqué, puis finalement enthousiasmé. Elle avait au moins une rentrée d'argent sûr chaque mois. Mais ce boulot plutôt ennuyeux et lassant lui prenait énormément de temps. Ludmila l'avait installé dans une petite pièce qu'ils n'utilisaient plus depuis longtemps. Ce que remarqua Soixante la première fois en entrant.
C'était aujourd'hui sont troisième jours ici en temps que vrai employé. Elle avait déjà commencé à sculpter une carabine pour un chasseur qui vivait à Sirrah. L'homme aux cheveux gris était un passionné depuis sa plus tendre enfance de chasse. Sa femme lui avait offert pour son anniversaire une nouvelle carabine, l'homme n'avait pas hésité à venir la faire personnaliser ici. Depuis son arrivée dans la boutique Ludmila avait placardé des affiches partout sur le fait que l'armurerie avait une nouvelle sculpteuse et que les clients pouvaient ainsi personnaliser leurs armes. Cela plaisait beaucoup aux personnes, Soixante l'avait remarqué dès le premier jour par la pile d'arme en tout genre posée sur la table. Elle n'avait pas encore fini.
Les journées étaient longues et sans intérêt, Soixante s'ennuyait littéralement ici. C'était bien trop calme et encré dans la routine. Poussant avec le burin, Soixante était entrain de graver un cerf dans le manche de la carabine. L'homme lui avait dessiné un petit schéma médiocre de ce qu'il voulait réellement, il y avait de tout partout. Cela allait lui coûter chère pensa Soixante avec un petit sourire en coin. Mais devant le travail que ça lui demandait, son sourire s'effaça et un soupir apparut. Que d'ennui ! Surtout que Soixante était bien isolé dans sa petite pièce poussiéreuse, la porte ne pouvait pas rester ouverte, le store de l'unique fenêtre était coincé et la pièce était à l'autre bout du bâtiment, elle ne voyait jamais personne durant ces heures de travail. Mais au moins elle était tranquille et le silence régnait, ce qui était tout de même important pour ce travail méticuleux …
BOUM ! Soixante attendit alors comme un coup de fusil non loin d'ici, suivi d'un second. Mais que se passait-il ? C'était pas encore Ludmila ne sachant plus se contrôler ? Elle n'avait pas chuté autant quand même ? Un autre coup repris, elle se leva brusquement de sa chaise, lâchant ses outils, elle prit par réflexe son sac où elle rangé ses armes à feu et ses recharges. Elle le mit sur l'épaule gauche et attrapa tout en marchant rapidement vers l'origine du bruit son MP5A3. Elle le positionna verticalement et enclencha une cartouche de 40 balles en acier. Le bruit venait de la boutique, là où les clients pouvaient circuler. Juste à côté de la porte, elle se colla au mur, tout le corps aux aguets. Elle pouvait s'attendre à tout ! La porte était fermée, mais à travers la vitre Soixante pouvait voir qu'il y avait quelqu'un.
Dans un seul élan, elle ouvrit la porte d'un coup de pied, positionna le cul de son arme contre l'épaule, l'œil droit dans le viseur, elle eut même le temps de voir qu'il y avait sur le comptoir une montage d'arme avant de tirer vers la silhouette armé. La balle siffla et égratigna à peine la joue de la silhouette. Soixante n'avait pour l'instant aucune raison de lui faire de mal. Elle voulait simplement le calmer. La balle partit dans une affiche en carton qui tomba sous le choc.
L'action s'interrompit alors, les deux personnes restaient immobiles, comme si le temps c'était arrêté un court instant. La poussière retomba, et c'est alors que Soixante entendit un petit bruit à côté d'elle, ses yeux se tournèrent aussitôt vers l'origine du bruit sans lâcher du viseur la silhouette toujours immobile, la porte qu'elle venait de défoncer c'était décrochée de la charnière du haut, elle commençait vraiment à être en piteux état cette porte. Aussitôt elle replaça son œil droit dans le viseur, la silhouette était toujours là. Il fallait se calmer maintenant.
Revenir en haut Aller en bas
Ervayne
Modérateur
Modérateur
avatar

Masculin
Bélier
Nombre de messages : 1023
Age : 24

Feuille de personnage
Points d\'expériences:
78/85  (78/85)
Niveau:
6/100  (6/100)
points de vie :
60/60  (60/60)

MessageSujet: Re: Choisissez vite mais choisissez bien.   Mer 4 Jan - 22:14

Une puis deux, puis trois, les affiches et les étagères se succéder dans le viseur d’Ervayne. Simple montant de bois ou papier cartonné peinturluré, rien n’échappait à la rétribution brutale du néantin. Comme si la simple possession du fusil à pompe l’avait investi d’une mission de destruction universelle. Le deuxième montant d’un des étalages explosa, réduit en miettes par les cartouches puissamment expédié. Les balles de métal transformaient en charpie de sciures le bois qui soutenait les plans de présentation, dans un craquement sonore et brutal la planche s’inclina et déversa le contenu des boîtes de cartouches qu’elle portait. Une cascade de métal à l’écho délicieusement plaisant pour le néantin, le poids de la planche brisa les derniers liens solides qui la retenaient et elle glissa, pour aller se fracasser au sol, au milieu des munitions, dans un « BOUM » sonore.

La destruction déclenche bien souvent des montées d’adrénalines ainsi qu’un sentiment de puissance prononcé, multipliés ça par la puissance de feu d’une arme et le coefficient d’insanité de l’esprit d’Ervayne pour approcher d’une quantification du plaisir que cela lui apporte…

CLACK-CLACK

La cartouche utilisé vola dans les airs alors que se logeait la suivante, toute prête à l’utilisation. Tout ce déroulait au ralentit pour Ervayne, complétement plongé dans une sorte de frénésie, chaque seconde en durait cinq. La cartouche tourbillonnante dans les airs concentrait toute son attention, et le sifflement imperceptible occupait tout son esprit.

Lorsque la porte s’ouvrit à la volée et qu’un coup de feu éclata il ne comprit pas tout de suite ce qui se passait, simplement il perçut la balle tiré par l’inconnu, fonçant droit dans la cartouche tourbillonnante et la heurté dans un fracas de métal produisant étincelle et froissant la paroi de la cartouche, la balle quand elle fut légèrement dévié et continua sur sa lancé, filant à toute allure traçant une dépression infime derrière elle. Perçant et tranchant l’air sur son chemin elle file jusqu’à égratigné la joue du Néantins, tranchant quelques filament qui se ressoude aussitôt. Mais rompant la concentration si durement acquise du néantin.

Tout revient a vitesse normal, la balle fonce se planter dans une affiche cartonné qui s’écroule et le fracas d’un objet lourd se décrochant puis chutant se fait entendre. Le néantin, immobile durant toute la scène, tourne la tête vers l’origine de ce remue-ménage et y découvre une femme. Une humaine le tenant fermement en joue, une étrange et impressionnante arme à feu dans ses mains. Bien trop volumineuse pour pouvoir être maniée par un être humain normal. Même si certains dise que ce n’est la taille qui compte, lorsqu’on veut évaluer un danger et bien une grosse arme va généralement de pair avec un danger élevé.

La jeune femme ne disait mot, le canon de l’arme d’Ervayne se pointa sur le plafond et il se retourna lentement, posant la crosse de son arme en appui sur son épaule. L’humanoïde d’ébène plongea son visage lisse dans le regard de la jeune femme et s’exprima sur un ton amusé.

-Enfin ! Je désespérait de voir un vendeur arrivé …

Son pied glissa au sol et repoussa quelques cartouches devant lui avant qu’il ne fasse un pas en avant vers la jeune femme. Au milieu du rayon, encadré par deux étagères remplies d’arme le néantin semblait détendu.

-Vous savez, ce n’est pas très vendeur de pointer une arme sur un client.

__________________________________

"Si je me bats ce n'est ni pour la gloire où l'argent... mais juste pour passer le temps"
Petit conseil : Invité, n'oublie jamais de m'offrir un cadeau... je le détesterais très probablement, mais si tu ne le fais pas Invité, c'est toi que je détesterais.
Revenir en haut Aller en bas
Soixante
Créature Légendaire
Créature Légendaire
avatar

Féminin
Sagittaire
Nombre de messages : 1784
Age : 22

Feuille de personnage
Points d\'expériences:
174/235  (174/235)
Niveau:
10/100  (10/100)
points de vie :
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: Choisissez vite mais choisissez bien.   Ven 27 Jan - 18:22

Le bruit avait retentit fort et sourd à travers les cloisons de la boutique, réveillant de son travail la jeune brune. Curieuse de savoir d'où venait se tintamarre, elle avait longeait rapidement les couloirs et était rentré en tirant dans la boutique. La balle avait filé, rapide entre les molécules atmosphériques avant de se planter dans une affiche cartonnée qui c'était alors décroché. Une silhouette armé d'un fusil à pompe flambant neuf était au milieu de la boutique. Immobile parmi les morceaux étagères qui avaient été détruit par l'arme à feu. Un homme noir d'ébène se retourna alors vers Soixante. Il leva le canon de son fusil vers le plafond, manœuvre de sécurité.

Soixante observa attentivement le nouveau venu. Il était de taille normal, environ une tête de plus que Soixante, sa peau très noir coloré son corps puissant. Sous les pans de cuir, on pouvait apercevoir une silhouette athlétique, baraqué et musclé. Rien à voir avec la musculature de Monsieur-tout-le-monde, ça c'était du professionnel. Mais ce qui déstabilisa le plus Soixante, fut l'absence de visage. L'homme avait un visage lisse, sans forme humaine ou autre, pas de nez, pas d'yeux … Soixante n'avait encore jamais vu ça. Pourtant elle ne bougea pas d'un pouce et resta concentrait sur les fait et gestes de cet étrange personne.

Il posa la cross de son arme sur l'épaule en équilibre, il semblait la regarder. Finalement une voix s'éleva, le monstre d'ébène parlait. Il semblait quelques peu agacé et surtout impatient de la venu d'un vendeur. Il s'en plaignit à Soixante. La jeune brune le dévisagea sans bouger. La silhouette noire, la prenait pour une vendeuse. Il allait être déçu … Apparemment Ludmila l'unique vendeuse de cette boutique était partie sans prévenir son ex-coéquipière. Soixante n'en fut pas totalement surprise. Ludmila était ce genre de fille parfaitement imprévisible ! Mais en ce moment même, elle la maudissait d'avoir laisser un tel énergumène dans la boutique. L'homme avait tout saccagé à coup de fusil à pompe. Après tout ce n'était pas les affaires de Soixante, elle n'aurait pas à rangé, mais devrait attendre le retour de la jeune russe … Soixante espéra qu'elle arrive bientôt.

La silhouette athlétique avança un pied vers Soixante faisant rouler les cartouches vides du fusil à pompe. Il y en avait pas mal au sol. Combien de coup avait-il lancé pour faire autant de ravage ? Et puis pourquoi avoir détruit la boutique ? Soixante n'en voyait pas la logique. Finalement sous le silence, l'homme se remit à parler:


-Vous savez, ce n'est pas très vendeur de pointer une arme sur un client.

Soixante le toisa. Il avait encore le canon de son arme vers le plafond. Se redressant légèrement elle posa la culasse de son arme contre son épaule de la même manière que l'homme d'ébène. Elle montrait ainsi qu'elle n'allait pas tiré. Mais Soixante préférait conserver son arme, la silhouette avait toujours la sienne … ou plutôt celle qu'il avait pris sur une étagère de la boutique. L'homme cherchait un vendeur surement pour acheter vu qu'il se désignait comme client mais il n'y avait qu'elle ici. Et Soixante ne savait pas trop quoi faire de cet humanoïde. Elle jeta un coup d'œil au comptoir, une arme qu'avait empilé le client venait de tomber sur le sol, déséquilibré par l'apesanteur. Soixante la regarda avant de fixer de nouveau l'homme.

-Que voulez vous ?

[HRPG: désolé c'est extrêmement court ! >< Je ferais mieux la prochaine fois !]
Revenir en haut Aller en bas
Ervayne
Modérateur
Modérateur
avatar

Masculin
Bélier
Nombre de messages : 1023
Age : 24

Feuille de personnage
Points d\'expériences:
78/85  (78/85)
Niveau:
6/100  (6/100)
points de vie :
60/60  (60/60)

MessageSujet: Re: Choisissez vite mais choisissez bien.   Sam 28 Jan - 20:24

La jeune femme avait à son tour relevé le canon de son arme au plafond. Intérieurement le néantin souris, elle devait avoir déjà rencontré ce genre de situation pour avoir fait ça, il est assez dur de se départir de la rassurante présence d’une arme à feu pointé sur votre adversaire, généralement les craintifs et les inexpérimenté ne renonce pas si facilement à cette sécurité. Elle était donc ouverte à la discussion, ce qui signifiait plein de choses dans l’esprit d’Erayne, qui comme d’habitude voulut dresser rapidement un portrait de la nouvelle. Les informations et conclusion, les suppositions et déduction, tout ce qui fait des paranoïaques les meilleurs analystes au monde, tous ces processus ce démarrèrent aussitôt que le viseur de l’arme de la femme ne fut plus pointé sur lui.

Jeune, pas désagréable à regarder et tenant son arme avec fermeté et assurance. Dans les synapses intangibles du néantin cela ne faisait aucun doute, la jeune femme avait dû vivre plus intense qu’une dévastation de magasin par un lunatique. Mais ce qui était bien plus intéressant et qui permettait à Ervayne de ce régaler de conjecture c’était la rapidité avec laquelle elle lui avait fait confiance… Oui confiance ! Car l’homme d’ébène ne pensait pas que l’on puisse baisser sa garde aussi facilement dans cette situation, elle devait donc surement déjà avoir eu affaire à des individus dans son genre, ou du moins dans le genre qu’elle lui donnait. Ou bien disposait-elle de compétence qu’elle jugeait suffisamment exceptionnelle pour ne pas se soucier des dommages mineurs que représente une blessure par balle ?

La question pris pour on ne sait quelle raison, une importance capitale dans la tête d’Ervayne. La fille portait une arme aux munitions sans doute mortelle et dévastatrice, une pléthore d’engin de destruction se trouvait sous sa main, il faisait beau dehors et les rues était calme… Une douce chaleur s’insinua dans le corps pourtant immatérielle de l’ombre… Commençant par sa paume pour remonter jusqu’à la base de son cou. Son enveloppe eux un spasme, comme un frisson, celui qui vous prend et vous saisit en un éclair, une secousse d’excitation accompagne de cette adrénaline poison des sens qui vous saisit langoureusement. Le feu doucereux se glissa dans son esprit pour embraser ses pensées. Une fente découpa son visage à l’emplacement de la bouche laissant apparaître un sourire étincelant et carnassier, des canines affutée se détachaient de la dentition trop parfaite pour être humaine. Sombrant dans l’insouciance au fur et à mesure que le feu consume ses pensées, l’esprit du néantin se fait confus, chaotique, irrésistiblement appelé par le métal et la poudre qui l’entoure.

*Mes pensées s’obscurcissent… Dans les ténèbres profonds on m’appelle, fracas sonores, clinquent tonnerres, mes méninges s’effritent. Poussières acres, poussières de destructions, montagnes de poudres recouvrant l’étincelles…*

Le sourire brillant disparu un instant alors que le néantin levait sa main libre pour l’observer en faisant un pas en arrières. Le membre éclata en une nuée de filaments et se reconstitua aussitôt, à peine fut-il à nouveau tangible qu’il attrapa le canon du fusil à pompe et plaça son embout sur la tempe de l’homme d’ébène.

*… Caresse sensuel sur le Détonateur, caresse de ma destruction… Chair mortel toucher, trancher… Mmmh l’excitation de la destruction !*

La main tenant le fusil se crispa et son index se tendit frôle la gâchette et appuya brusquement dessus… Explosant le visage sans expression en myriade de lambeaux qui jonchèrent les étagères. Le corps toujours debout subi le recul du coup et bascula en laissant retomber ses deux bras sur le côté mais ne chuta pourtant pas.

*Méandres piquantes qui t’accompagne, gouffres de douleurs sans fond… Lieu de la chute. Poison acide qui ronge les fragiles ligaments, rompant la cohésion, paralysant l’être. Statue sans sensation, parfaite et désirable…*

Les lambeaux tremblèrent, dansèrent puis volèrent dans les airs, convergent dans la même direction pour reformer l’entité qu’ils étaient il y a quelques instants. Le sourire de prédateur à nouveau sur son visage… Le canon pointé cette fois ci sur le sol maculé de cartouche et de quelques résidus noirâtres. Ervayne constata que certaine partie du mur portait de petites nuages de tâche noire, la peau de la jeune femme en présentait également…

-nnnaaaaahhhhh …. Mmmmh , c’est grisant cette sensation….
Le néantin fit un pas en avant vers la vendeuse, et commença à ricaner. Il releva son canon en direction de la jeune femme. Légèrement de profil le bras tendu devant lui, le canon de l’arme n’était plus qu’à quelques mètres de la jeune femme.

-Je ne veux plus acheter en tout cas …

__________________________________

"Si je me bats ce n'est ni pour la gloire où l'argent... mais juste pour passer le temps"
Petit conseil : Invité, n'oublie jamais de m'offrir un cadeau... je le détesterais très probablement, mais si tu ne le fais pas Invité, c'est toi que je détesterais.
Revenir en haut Aller en bas
Soixante
Créature Légendaire
Créature Légendaire
avatar

Féminin
Sagittaire
Nombre de messages : 1784
Age : 22

Feuille de personnage
Points d\'expériences:
174/235  (174/235)
Niveau:
10/100  (10/100)
points de vie :
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: Choisissez vite mais choisissez bien.   Lun 30 Jan - 20:54

Un silence lourd et accablant s'installa alors entre les deux protagonistes, ils se toisaient, se palpaient du regard. Aucun ne quittait l'autre. Peut être de peur que l'autre excipe son arme. Une tension aurait bien pu monter à cet instant ci, pourtant les deux personnes étaient anormalement calme, serein, peut être sûr d'eux …

Soixante venait de poser une question, mais seul le silence se manifestait. La scène pouvait durer comme ça un long moment. Mais pris d'une soudaine frénésie, l'homme d'ébène qui arborait un magnifique sourire endetté, eu comme un frisson. Sa main libre aussi noir que son corps se souleva. L'humanoïde elle regarda comme si c'était la première fois puis d'un coup elle explosa. Soixante en eut un petit sursaut qui la fit reculer de quelques centimètres, par réflexe elle avait mis sa main gauche sous le canon de son semi-automatique, baissant le manche plus à la hauteur de l'être noir mais celui-ci n'était pas encore dans le viseur. Néanmoins, il pouvait l'être très vite si cela était nécessaire, il ne restait plus qu'à Soixante de collait la culasse contre son épaule pour maintenir son arme prête à l'assaut.

Des filaments tous aussi obscur sourdaient de la plaie béante, virulents d'abord, ils se regroupèrent et reconstituèrent la main de l'humanoïde. Soixante en semblait presque horrifié. Quels était cette magie ? La jeune brune n'en avait aucune idée pourtant elle ne se laissa pas dérouter et continua à observer attentivement cet énergumène potentiellement dangereux. Il fallait être à l'affut ! Chaque seconde pouvait compter, surtout que cet exalté n'avait pas l'air très raisonné.

La main reconstruite attrapa le canon, le plaça sur la tempe et l'autre appuya sur la gâchette. La balle s'éjecta violemment du canon dans de micro explosion avant de détruire la tête de l'humanoïde. La brune reçût sur son visage et ses vêtements des lambeaux, de petites tâches noires maculèrent ainsi l'espace environnant. Soixante n'avait encore jamais vu ça. Quelqu'un qui se suicidait sous ses yeux sans qu'elle n'ai rien fait pour … Elle était dérouté, mais la jeune brune garda son calme et resta attentif, vu comment la main avait fait, la tête allait surement suivre.

Et effectivement, les plus gros lambeaux se regroupèrent sur le cou sans tête et formèrent l'entité. Soixante trouva ça presque affligeant, depuis quelques temps, elle ne rencontrait que des êtres ayant un grand pouvoir de guérison et pouvait ainsi reconstruire des organes entier comme le duo coeur-poumon ou même la tête dans son entièreté sans mourir entre temps. C'était tout de même pénible à la longue …

L'homme musclé se tenait légèrement penché en arrière, tenu par le pied en retrait derrière, il se tenait presque mollement, seulement tenu par son bassin fixe. Finalement tout en regardant Soixante avec son sourire blanchâtre, il avança son pied, sa main souleva l'arme, jusqu'à être parfaitement aligné avec Soixante. Aussitôt celle-ci réagit et s'arc-bouta pour avoir l'homme dans sa ligne de mire. Les deux personnes étaient maintenant en chien de fusil, prêt à tirer chacun comme ils étaient peu de temps, la situation n'avait toujours pas évolué … C'est alors que la même voix grave et roque s'éleva et annonça:


-Je ne veux plus acheter en tout cas …

Tant mieux se dit Soixante, elle ne comptait pas lui vendre quoique ce soit de tout façon. Ce n'était pas à elle de le faire. Mais cette phrase pouvait signifier autre chose, quelque chose que Soixante ignorait et redoutait presque. Quels étaient les intentions de ce fou ? Vu son manque de logique, Soixante en conclut très vite qu'il ne servait à rien de réfléchir pour prévoir ces actions.

Un nouveau silence se pesa entre les deux protagonistes. Le premier qui tirait gagné, c'était quasiment certain. Mais les deux ne semblaient pas vouloir tirer. Soixante ne recherchait pas la bagarre, d'ailleurs elle ne se battait jamais si elle n'était pas payé. Ses munitions coutaient trop cher pour être gaspiller, et la brune n'allait pas donner de son énergie pour des futilités. Le combat était donc parfaitement improbable. Soixante agissait à ce moment plus par autodéfense que par destruction ou envie de tuer. La brune n'avait pas ce genre de désir sanguinaire.

Soudain, la petit clochette de la porte du magasin retentit dans la pièce. La porte vitré s'ouvrit et un homme normalement constitué avec l'air parfaitement banal entra. Soixante jeta un rapide coup d'œil à l'arrivant, l'homme semblait parfaitement surpris, si il n'était pas pétrifié, il se serrait surement enfui en courant, ce devait être un humain. Lâchant durant quelques secondes son arme de sa main gauche (celle qui tenait le canon), elle se projeta sa paume vers l'arrivant. Aussitôt un souffle d'air l'éjecta violemment de la pièce, fermant aussi la porte vitré. L'homme fut la force roula jusqu'à se heurter contre le mur du magasin d'en face, quand à la vitre elle vibra puis se fracassa. Ludmila n'allait pas être contente en voyant l'état de la boutique. Mais Soixante n'en avait que cure, c'était pas son problème.

Presque instantanément elle remit sa main sous le canon. Soixante s'étonna même d'avoir utilisé ses pouvoirs, c'était vraiment très rare … Soufflant doucement et dit à l'humanoïde:


-Alors qu'est ce que tu viens faire là ?!

Le passage au tutoiement fut plutôt violent mais Soixante n'avait pas changé par manque de respect mais plutôt pour être directement confronté à l'homme ébène. Comme si ce petit échange les avaient rapprochés …
Revenir en haut Aller en bas
Ervayne
Modérateur
Modérateur
avatar

Masculin
Bélier
Nombre de messages : 1023
Age : 24

Feuille de personnage
Points d\'expériences:
78/85  (78/85)
Niveau:
6/100  (6/100)
points de vie :
60/60  (60/60)

MessageSujet: Re: Choisissez vite mais choisissez bien.   Dim 5 Fév - 23:14

-Alors qu'est ce que tu viens faire là ?!

Faisant un pas en arrière, Ervayne garda toujours en joue la jeune femme et posa sa main sur le canon d’un autre fusil. Un homme propulsait dans les airs, une relation qui se faisait plus intime. Ce simple achat d’armes avait en fait dégénéré de manière tout à fait plaisante et délicieuse, le bruit du verre se brisant sous le poids du corps humain balançait d’un geste de la main, ce bruit se répétait comme une cascade, une déferlante sonore dans l’esprit d’Ervayne. Le bruit de la destruction, le heurt, l’éclair brisant la solide conformité d’une chose pour la transformer en une multitude d’éléments indépendants, original et surtout, anarchique.

-Ce que je viens faire là ? L’ombre ricana et envoya l’arme qu’il avait saisie sur la pile de celle qu’il voulait tester. J’apporte … l’animation de la journée ! La main noire attrapa un harnais de cuir permettant de ranger quelques armes de poing et un fusil dans son dos et commença à l’enfiler sans quitter des yeux la femme.

- Tu vois je suis un itinérant, un vagabond, un marcheur, qui passant de monde en monde apporte la surprise, l’effervescence et l’activité. J’introduis un peu d’Anarchie dans les vies tristement régulières et monotones. Une sorte d’intermittents du spectacle, bénévole et gracieusement envoyés par le hasard.

L’ombre fait un pas sur le côté, marchant en crabe vers la pile d’armes sur le comptoir, ses pas produisent un constant cliquetis métallique. Bousculant les munitions qui se sont déversés de leur boîtes et jonche le sol maintenant, les cylindres pointus roulent et s’entrechoquent alors que les bottes les projettent les unes contre les autres dans un choc fratricides épouvantable. Tonnerre de métal.

*Folie de l’acte… surprise intempestive ou stupéfaction … Lorsque le barillet tourne seul la détonation termine l’attente*

Désormais à portée du tas d’arme l’ombre replie le bras qui tendait l’arme pointé en direction de Soixante et après lui avoir fait faire un petit tour sur elle-même dans la paume de sa main, manœuvre inutile mais pas dénué de style, place le canon scier dans son dos, crosse dépassant de l’épaule. Sans arme mais toujours fixant la femme.

-Je suis Ervayne et ce que je fais là … c’est ce qu’on appelle… L’humanoïde se stoppe quelques instant dans une pose songeur index sur l’emplacement ou devrait se trouver sa bouche et le menton reposant sur son poing fermé. Du libre-service ! Et il ricane de nouveaux en saisissant des lames qu’il glisse dans ses bottes, le long de son harnais noir et à l’intérieur de sa veste. Attrapant ensuite une paire de 9mm qu’il met dans les emplacements prévu à cette effet du harnais. Autrement dit sur le haut de son flanc droit, et a sa taille à gauche.

Il posa sa ranger sur le comptoir et glissa un petit calibres, un pistolet tenant à l’intérieur d’une paume, ddans. Dans l’autre c’est un couteau papillon qu’il enfila entre les lanières de cuir qui serrait la botte renforcé. Se redressant il se mit face à Soixante alors que sa mains allait chercher machinalement un katana et son ceinturon. Les doigts noires enfilant la ceinture et bouclant fermement la lanière autour de sa taille, légèrement incliné par le poids du fourreau de l’arme.

-Et toi qu’est ce qui à bien pu t’amener ici, ça me paraît pas être vraiment ton genre d’endroit
. Il ne savait absolument pas qu’elle était son genre d’endroit mais le néantin s’amusait toujours à remettre en question les êtres qu’il côtoyait. Enfilant des mitaines d’escalades il termina ces emplettes en arrachant un paquet de grenades d’un étal et en le jetant sur son épaules, dans un équilibre précaire mais pourtant correcte.

-Je me demande … Sa te dérange si je ne paye pas ?

__________________________________

"Si je me bats ce n'est ni pour la gloire où l'argent... mais juste pour passer le temps"
Petit conseil : Invité, n'oublie jamais de m'offrir un cadeau... je le détesterais très probablement, mais si tu ne le fais pas Invité, c'est toi que je détesterais.
Revenir en haut Aller en bas
Soixante
Créature Légendaire
Créature Légendaire
avatar

Féminin
Sagittaire
Nombre de messages : 1784
Age : 22

Feuille de personnage
Points d\'expériences:
174/235  (174/235)
Niveau:
10/100  (10/100)
points de vie :
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: Choisissez vite mais choisissez bien.   Ven 24 Fév - 20:44

L'homme au corps ébène la tenait toujours en joue mais Soixante ne baissait pas non plus son arme. Les deux êtres étaient en chien de fusil et la scène pouvait ainsi rester des heures sans que rien ne se passe. Soixante n'en strictement aucune idée de ce que venait faire cet homme ici. Il entrait c'était servi et avait tiré dans tout le magasin. Pas très respectueux comme client ! Qu'importe Ludmila n'avait pas qu'à sortir sans prévenir et en laissant la boutique ouverte. C'était bien elle ça ! Soixante soupira, la bêtise de la russe lui vaudra une réparation complète de la boutique. Enfin Ludmila avait l'habitude à force … Elle qui casser tout à chaque fois qu'elle ne se contrôlait plus … Faut dire que la boutique n'était plus trop solide à force … Soixante regarda l'homme, il avait reculé d'un pas et c'était mis à parler tout en piquant dans le tas une arme mais aussi un harnais de cuir.

- Ce que je viens faire là ? J’apporte … l’animation de la journée ! Tu vois je suis un itinérant, un vagabond, un marcheur, qui passant de monde en monde apporte la surprise, l’effervescence et l’activité. J’introduis un peu d’Anarchie dans les vies tristement régulières et monotones. Une sorte d’intermittents du spectacle, bénévole et gracieusement envoyés par le hasard.

* Pour faire simple un clown ! Il vient juste amuser la galerie … Action aussi inutile que pitoyable ! *

Soixante soupira, elle n'avait pas besoin de ça ! L'homme continua à se servir sur les étagères comme si de rien était. Il retira même son arme qu'il pointé juste avant sur Soixante. Mais ce n'est pas pour autant que la brune fit de même. Cette fois, elle le garda dans son viseur. Cet homme pouvait être potentiellement dangereux ! Surtout que pour l'instant il était entrain de s'armer méchamment ! Soixante aurait pu l'arrêter mais étrangement, elle était curieuse de connaître la suite des évènements. Elle qui n'aimait pas l'imprévisible se retrouver à laisser s'armer un inconnu dans son lieu de travail. Était ce parce qu'elle n'avait pas eu de mission depuis un petit moment et que ce boulot lassant et sans goût la déprimait au plus haut point ? Franchement pourquoi Ludmila l'avait prise avec elle dans la boutique. La russe avait-elle encore besoin de sa compagnie ? Ou était ce juste une mascarade du gérant pour que quelqu'un arrête Ludmila dans ces moments de folies ? La russe devait surement lui cacher quelques choses …

- Je suis Ervayne et ce que je fais là … c’est ce qu’on appelle … du libre-service ! Il attrapa de nouvelle arme avant de continuer. Et toi qu’est ce qui à bien pu t’amener ici, ça me paraît pas être vraiment ton genre d’endroit.

Soixante se redressa machinalement, libérant cet homme, Ervayne, du viseur. A sa question elle le regarda plus intensément et fit un petit « hum » qui voulez tous dire. Pas besoin d'expliciter plus, elle ne le connaissait pas et pour l'instant ne l'apprécier pas vraiment. Cet Ervayne se passerait de réponse concrète !

- Je me demande … Sa te dérange si je ne paye pas ?

Soixante fut tentée de lui dire oui, après tout ce n'était pas sa boutique, elle n'avait pas l'intention de lui vendre quoique ce soit, c'était au rôle de Ludmila. Tant pis pour elle si elle n'était pas là quand il y avait un client. Mais si il payait pas c'était de l'argent perdu et donc un salaire revu à la baisse ! Cette idée ne plut absolument pas à Soixante. Trop près de ses sous, la brune supportait très mal qu'on lui vole de l'argent. Aussitôt elle agit. Son arme se cala contre son épaule et son doigt appuya. La balle siffla dans l'air en main tenant que le cri de Soixante se fit retentir:

- Et puis quoi encore !!!

La balle fila droit vers Ervayne mais il l'évita. Soixante mit son arme en automatique et appuya fort sur la gâchette. Les balles fusèrent rapidement vers le corps noir et musclé du pseudo client. Mais l'homme se mit à courir échappant ainsi à toute les balles. Soixante stoppa, pas besoin de vider son chargeur inutilement. Ça aussi c'était du fric perdu ! Remettant l'arme en manuelle, elle ne tint plus que par une main. Soixante s'élança alors vers Ervayne, une boule de feu dans la paume de sa main gauche pour le faire exploser. Avec la tonne de poudre et de munition qu'il avait sur lui, il prendrait vite feu. Soixante lança alors:

- Tu voudrais pas aussi que je te donne la caisse !!!

Sur ceux elle balança la boule en direction du corps d'ébène. Une explosion pulvérisa alors la pièce, brisant toutes les vitres, détruisant la moitiés des étagères et dégageant une épaisse fumée noire de dioxyde carbone. Soixante recula un peu pour éviter l'explosion. Bras devant le visage pour le protéger. Elle reçu alors un fragment de vers dans l'avant-bras gauche. Regardant ce morceau de vitre, elle l'arracha prestement faisant gicler du sang. Le liquide ferreux coula par terre. Soixante ne sentait strictement rien et elle savait que la plaie allait rapidement se refermer. En attendant elle ne voyait plus Ervayne derrière toute cette fumée. Soixante pensait vraiment que cette attaque ne lui avait presque rien fait. En même temps, ce n'était pas le but de Soixante, elle voulait seulement lui faire comprendre que ce n'était pas une bonne idée.
Revenir en haut Aller en bas
Ervayne
Modérateur
Modérateur
avatar

Masculin
Bélier
Nombre de messages : 1023
Age : 24

Feuille de personnage
Points d\'expériences:
78/85  (78/85)
Niveau:
6/100  (6/100)
points de vie :
60/60  (60/60)

MessageSujet: Re: Choisissez vite mais choisissez bien.   Sam 3 Mar - 21:51

La vision d’Ervayne se troubla, non pas à cause de la fumée, il ne percevait pas le monde par la grossièreté d’organe oculaire, mais parce que la boule de feu qu’il venait de recevoir en pleine face l’avait complétement… Exploser serais le terme le plus exacte. Les premiers projectiles de la jeune femme n’avaient pas eu un grand impact sur lui, facilement esquivable au vue de leur tailles et malgré leurs nombres et leurs vitesses. Cela n’empêchait pas que quelque unes des munitions lui ai troué la peau, perçant l’enveloppe d’ébène sans ralentir avant de terminer leur courses dans le mur, une trainée noir se formant derrières les balles quelques instant après leur sortie d’Ervayne.

Des piqures de moustiques, des picotements d’aiguilles, des morsures d’araignées, du poinçonnage de contrôleurs, les balles n’était pas grand-chose comparés à l’impact de la boule de feu. Le crépitement intense des flammes qui consumait l’atmosphère en défiant toute loi physique, le déchirement de l’air provoqué par le brasier ardent qui file à toute allure. Se redressant d’une roulade qu’il venait d’exécuter pour éviter une rafale de balle, le néantin perçu le changement de sol alors qu’il arrivait sur le trottoir devant l’armurerie, un genou encore au sol il avait le visage tourné vers le projectile pyrotechnique quand celui le percuta.

Un être normal aurait était gravement brulé, en plus de la forte probabilité de blessures graves suite à la puissante et violente projection provoquait par l’impact. Cotes cassés, risques de dommage important à la colonne vertébrale, tissue musculaires déchirés par les flammes, aux mieux l’inconscience et des blessures grave au pire la mort… Pour Ervayne c’est différent l’impact de la boule de feu le fit voler en éclat. Tout comme l’aube dissipe les ténèbres de la nuit, la boule de feu avait fait éclaté le corps d'ombre en traits noirs qui volèrent dans toute les directions, La concentration d’Ervayne avait était brisée et ses pensées, son êtres volait dans tous les sens, plus aucune idées, juste le déchirement pur… La jouissante destruction d’une plaque de glaces. La peur et le plaisirs de se faire démantibuler, comme quand on vous enfonce un tesson tranchant dans votre chair et qu’on le tourne, et lorsqu’on vous le retire, avec la douleur s’accompagne le plaisirs que ce soit fini.

Sa perception était floue, imprécise, il existait toujours mais plus en tant que matérialisation, une vision grisâtres parcouru de turbulence, du grisâtre dur, du grisâtres doux, du grisâtre intangible, du grisâtre mouvant… du rouge énergique … Du rouge … attrayant… du rouge … sang.

Un filament noirs étendu sur le pavé reçu une goutte de sang, celui de Soixante qui venait d’extirper le tesson planté dans son bras, le sang coula sur le filament, le teintant de rouge, le noir disparut ne et à la place le trait devint pourpre…

La fumée se dissipait sous les yeux de Soixante, dévoilant à nouveaux l’homme d’ébènes, imparfait mais en pleine reconstruction, la nuée de ténèbres revenant sur la forme humanoïde pour recomposer sa forme d’antan. Tournée vers Soixante, le néantin constata que l’explosion avait dispersé les armes qu’il s’était procuré il y a quelques instants. Par contre sur le bout de ses doigts, un filament pourpre s’agiter, comme une veine, ondulant lentement. Il porte le doigt à sa bouche et dévoila une nouvelle fois des crocs carnassiers. Mettant son doigt dans sa bouche comme pour le gouter il eut un petit soupir de satisfaction.

-C’est impoli, brutal, cupide, ça tire, ça brûle … et ça saigne.
Alors que sa bouche s’agitait en articulant ces mots, un nouveau mouvement était perceptible à l’intérieur, une langue effilé, fourchu et couleur sang, s’agitait à l’intérieur et s’amusait même à sortir quelques secondes. Quand il se tut elle vint fouetter l’air en vibrant le temps d’un clignement de paupière. Il regarda aux alentour et vit le katana qu’il avait sortie du magasin, la lame légèrement sortie de son fourreau gisait contre le mur de l’autre côté de la rue. Il regarda la vendeuse, elle n’avait aucune trace de blessure.

-Et pour la caisse … je suis pour ! Tu veux bien aller la chercher pendant que je ramasse mes armes ?

Dit Ervayne sur un ton plaisantins qui ne fit pas rire la jeune femme. Celle-ci épaula à nouveau son arme et tira une nouvelle rafale sur le néantin. Mais lorsque les balles atteignirent sa position ce ne fut que l’air qu’elles transpercèrent. L’ombre c’était déjà dématérialisé pour réapparaître à côté du Katana qu’il avait pris dans le magasin, il fit un petit coucou de la main et eut juste le temps de disparaître avant qu’une nouvelle boule de feu ne s’éclate sur le mur. Réapparaissant au niveau de son harnais il boucla son ceinturon en ramassant les lanières de cuir noir portant lame et pistolet, situé derrière la jeune humain il pensait être relativement tranquille mais visiblement celle-ci avait saisi sa manière de se déplacer et ce qu’il faisait. Il du donc se jeter sur le côté pour esquiver une rafale de projectile, et à la fin de sa roulade se téléporte pour esquiver la troisième boule de feu, il ne comptait pas se faire avoir une deuxième fois. Il réapparut sur le bord d’un toit, moins équipé qu’à sa sortie du magasin mais tout de même sérieusement armé. Il avait son fusil à canon scié dans les mains mais ne visait pas la vendeuse.

-Allez va je suis généreux je te rends ça !
Il envoya l’arme sur Soixante, l’engin tournant sur lui-même, il n’attendit pas de voir si elle s’était embêter a récupéré l’arme ou pas pour tourner les talons et se mettre à courir sur les toits. Désireux de prendre suffisamment de distance pour manœuvrer convenablement si la Super-Vendeuse tentait à nouveaux de l’arrêter.

__________________________________

"Si je me bats ce n'est ni pour la gloire où l'argent... mais juste pour passer le temps"
Petit conseil : Invité, n'oublie jamais de m'offrir un cadeau... je le détesterais très probablement, mais si tu ne le fais pas Invité, c'est toi que je détesterais.
Revenir en haut Aller en bas
Soixante
Créature Légendaire
Créature Légendaire
avatar

Féminin
Sagittaire
Nombre de messages : 1784
Age : 22

Feuille de personnage
Points d\'expériences:
174/235  (174/235)
Niveau:
10/100  (10/100)
points de vie :
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: Choisissez vite mais choisissez bien.   Sam 17 Mar - 13:57

La fumée se dissipait doucement, formant de gros nuages remplient de noirceur armer. Soixante ne voyait plus le mauvais client, cet Ervayne, cet énergumène qui ne venait ici que pour y foutre le bordel. L'homme loin d'être un client modèle était entré dans la boutique, c'était servi, avait tiré à l'intérieur du bâtiment et avait essayé de voler les armes sous le nez de Soixante. Celle-ci prenant cela comme une offense avait tiré sur l'homme ébène puis lui avait écrasé une boule de feu dessus. C'était cette dernière action qui était la cause de toute cette fumée.

Soixante ne voulait pas vraiment faire du mal à l'homme d'ébène pourtant elle lui tirait dessus ... La brune se foutait de sa présence et de ses actions toutes aussi destructrice qu'elles puissent être mais bizarrement elle se sentait presque attirée par la situation présente. C'était un fort paradoxe que Soixante n'arrivait pas comprendre, ces actions actuels lui faisait perdre son temps et son argent de plus elle mettait en grand danger la survie de la boutique déjà bancale mais de plus c'était la faute à Ludmila et cela ne la concernait donc pas ! Pourtant Soixante n'arrivait pas à quitter ces actions, c'était si enivrant à l'inverse de sculpter des armes pour des néophytes excités ...

La fumée finit par partir, laissant apparaître aux yeux de Soixante un Ervayne en cours de reconstruction. La boule de feu l'avait littéralement explosé mais son corps non pas constitué de chair mais ... d'autres choses n'avait pas subi les dommages comme un humain l'aurait fait. Les brumes d'ébènes se concentrèrent autour de la silhouette difforme du pseudo client pour le reconstituer. L'homme était maintenant dehors mais totalement désarmé, finalement Soixante avait réussi son coup, Ervayne n'avait plus une seule arme sur lui mais celle qu'il avait récolté il y a quelques instants n'était pas dans le magasin mais dans la rue sur les pavés de la chaussée. Heureusement que les rues marchandes étaient uniquement piétonnes !

Ervayne porta alors son doigt taché rouge dans la bouche, Soixante repensa aussitôt à son bras, il n'y avait plus aucune trace de blessure dessus mais elle savait très bien que c'était son sang. L'homme d'ébène ne devait pas en avoir. Soixante se demanda d'ailleurs de quoi était constitué cette fumée humanoïde. Ervayne prononça alors quelques paroles qui faisait surement référence à Soixante. Mais la jeune brune ne répliqua pas et ignora totalement les paroles de l'homme d'ébène. Il ne faisait qu'énuméré des mots.

Soixante commençait vraiment à être attiré par cette situation pourtant elle détestait cet homme qui venait l’embêter en plein travail et elle détestait l'idée qu'il lui vole de l'argent. Mais paradoxalement elle ne voulait pas que cela s'arrêta là, le "combat" - si on peut appeler ça comme ça - venait de débuter et de prendre un penchant assez comique et attirant. Soixante était tourmentée dans ces sentiments à cet instant précis, elle était indécise ...


-Et pour la caisse … je suis pour ! Tu veux bien aller la chercher pendant que je ramasse mes armes ?

La réaction de Soixante fit aussi rapide que les balles qu'elle tira. L'homme d'ébène ne foutait publiquement de sa gueule ! Et cela la jeune brune ne l'apprécia pas. Planquant son arme contre son épaule et appuya sur la gâchette dans un rythme cadencé et incessant, l'arme n'était pas en automatique. Les balles fusèrent de ne touchèrent que de l'air puis le mur du bâtiment d'en face, Ervayne n'était plus là. Elle le vit alors apparaître à côté d'un katana qu'il venait de sortir de l'armurerie. Il prit le prit et fit un petit coucou de la main à la jeune brune, s'en suivit alors un projectile enflammé que l'homme d'ébène esquiva aussi en se dématérialisant comme la fois d'avant.

Soixante ne savait pas que ce pseudo-client avait ce pouvoir, le "combat" en allait être que plus dur ainsi mais en calculant bien tout ce que cherchait à faire ce énergumène c'était de voler des armes. Hors c'était dans le magasin qu'elles étaient Soixante encore sur le seuil de la porte se retourna et découvrit effectivement l'homme entrain de se réarmé, elle tira de nouveau. Il roula alors pour éviter les balles mais une nouvelle boule de feu arrivait droit sur lui. Il se dématérialisa de nouveau pour y échapper.

C'était vraiment pas drôle ce pouvoir, Soixante ne pouvait quasiment plus le toucher, s'en était presque ennuyant ... Finalement le "combat" allait peut être tourné court. L'homme d'ébène réapparut sur le toit d'un magasin non loin de là. Soixante le fixa alors du regard pour observer ces moindres faits et gestes, il c'était réarmé, mais il avait déjà beaucoup moins d'arme sur lui qu'avant, les actions de Soixante portait en quelques sortes ces fruits. Mais cela ne lui revenait-il pas plus chère que de le laissait s'enfuir avec ce qu'il avait maintenant. Soixante ne savait pas mais elle commençait à être lassé de ce clown.


-Allez va je suis généreux je te rends ça !

Lança alors un canon scié vers Soixante. La jeune brune l'attrapa avant que l'arme lourde ne se fracasse au sol, c'est que ça coutait cher cet engin ! Mais quand elle leva les yeux pour voir où était le pseudo client il avait disparut, elle le chercha du regard et l'aperçut entrain de sauter sur le toit d'à côté.

Soixante se mit alors à réfléchir, allait-elle le poursuivre ? Elle n'en avait pas vraiment envie et le pouvoir de dématérialisation d'Ervayne la lassait plus qu'autre chose, c'était vraiment plus drôle maintenant ... L'homme atterrit alors sur les tuiles saumons du toit d'à côté. Soixante repéra alors dans ce bâtiment une plante verte dans la vitrine. Aussitôt elle brandit sa main gauche - celle qui est libre - vers cet organisme chlorophyllien qui vit alors sa croissance prendre de l’ampleur. Soixante pouvait au même titre que le feu contrôlé les plantes, elle maitrisait donc les mouvements de ce pauvre petit organisme primitif. La plante croisa exponentiellement jusqu'à détruire le toit du bâtiment. Malheureusement Ervayne n'était pas juste au dessus et put esquiver cette attaque surprise. Il continua alors sa course.

Soixante se concentra alors et essaya de manipuler une tige de la plante pour essayer d'attraper l'homme d'ébène, la plante se tortilla essayant d'attraper le voleur d'arme mais les actions trop imprévisible d'Ervayne et sa façon de se téléporter autre part eu raison de la plante qui s'écroula en détruisant un passage un autre morceau du toit. Soixante soupira les plantes vertes étaient vraiment inutile ... Complètement lassé elle soupira en voyant l'homme partir puis elle commença à ramasser les armes qui étaient encore dehors. Elle rentra remettre tout ça à l'intérieur mais pas rangé, elle les posa juste négligemment sur les quelques étagères qui tenaient encore debout. C'était le boulot à Ludmila de tout ranger et de tout reconstruire ... Finalement Soixante laissait l'homme s'en allait sans rien faire, ce n'était même plus drôle maintenant ...
Revenir en haut Aller en bas
Ervayne
Modérateur
Modérateur
avatar

Masculin
Bélier
Nombre de messages : 1023
Age : 24

Feuille de personnage
Points d\'expériences:
78/85  (78/85)
Niveau:
6/100  (6/100)
points de vie :
60/60  (60/60)

MessageSujet: Re: Choisissez vite mais choisissez bien.   Jeu 12 Avr - 20:44

Un grondement se fit entendre derrière le néantin filant sur les toits, le fracas de la pierre et des tuiles devant la perforation d’une force inconnue. Ervayne visualisait aisément la destruction à l’arrière sans arriver à deviner ce qui pouvait en être la cause, se retourner pouvait lui coûter sa fuite. Mais après tout si quelques choses le menaçaient derrière lui il valait mieux savoir quoi, il était surement plus dur un projectile inconnu qu’une balle où une boule de feu. Il paraissait donc judicieux au néantin d’effectuer une petite manœuvre pour se tenir au courant. L’ombre se dissipa et réapparut quelques mètres à gauche, courant face à la menace inconnue et disparut aussitôt dans une nouvelle nuée pour reprendre sa course.

-Une plante ?! Bon certes une grosse plante mais rien de plus qu’un ineffable végétal ayant outrageusement transgressé les règles normal de sa croissance… Enfin il me semble parce que je ne suis pas un expert en ce monde, mais il me semble que les bonzaï sont réputé comme étant des arbres nains…

Le néantin sauta sur le toit suivant, les branches frémissantes et grossissantes filant sur les tuiles pour tenter de le rattraper, à une vitesse convenable pour un humain mais proche de la vitesse de la lumière comparée à celle d’un végétal normal. Et si on compare la vitesse des branches à celle du néantin, rien de moins qu’une course poursuite normale, si l’on excepte les natures extraordinaires des deux participants et l’incroyable agilité de notre ami cambrioleur et cabrioleur. Toujours à voix hautes Ervayne devisait avec lui-même sur les évènements.

-Un bonzaï de course, des boules de feu, des courants d’air inopportun… Une jeune femme irascible, et avec un gros flingue … Quelques choses de bizarre vient de se passer. Pourquoi ? Et bien tout d’abord…

Le néantin adorait remettre au clair les évènements qu’il venait de vivre, mais c’était plus à cause d’un besoin irrépressible de parler qu’il récitait ces analyses oralement. Il avait toujours eu cette manie de constamment débiter des flots de parole.

-Primo : une vendeuse ne fait pas passer les gens par les murs sans explication. Deuzio : On ne tire pas sur un inconnu sans une bonne raison. Troizio : les boules de feu compte comme un tir. Quatrio : je n’étais plus inconnu à la vendeuse ce qui augmente le fait d’avoir une besoin d’une bonne raison pour me tirer dessus. Cinquio : Les bonzaïs sont des plantes paisibles habituellement privé de toute animosité à mon égard…

Disant cela le néantin sauta et effectua une roulade sur la pente d’un toit, dégringolant de quelques tuiles il perdit l’équilibre et se retrouva en chute libre entre deux ruelles. Cette maladresse lui fit esquiver de justesse la branche qui voulait se saisir de lui, la faisant claquer inutilement dans le vide tandis que l’homme d’ébène, avisant de justesse un rebord de fenêtre à portée de bras devant lui, tendit son être pour se saisir de la proéminence architecturale, il heurta brutalement la surface crépi et s'hissa prestement pour fracasser la fenêtre d’un coup d’épaule.

-Sizio : J’aime beaucoup la décoration de cette salle. Septio : Qu’est-ce que fait la vendeuse ? Huitio : J’ai oublié de dire bonjour.

Ervayne se tourna vers l’adolescente assise dans la chambre, stupéfaite la jeune fille confortablement installé devant un écran semblait occuper à écrire quelque chose lorsque l’impromptu visiteur avait défoncé sa fenêtre. Il lui fit un petit geste de la main et regarda par la fenêtre, la plante c’était figé, privé de la volonté de le poursuivre. Ce qui signifiait soit que la vendeuse avait cessé de vouloir le poursuivre (si elle était responsable), soit qu’elle n’avait plus besoin de la plante pour le poursuivre, ou encore qu’on avait cessé d’arroser le bonzaï. Quoi qu’il en soit Ervayne disposait désormais d’un peu de temps. La fille n’avait pas bougé, il se retourna observa les fragments de verre au sol, les battants arrachés et le rideau déchiré, il poussa un petit soupir. Repérant un appareil photo il s’en saisit, appuyant rapidement sur le déclencheur pour faire quelques photographies de lui dans de grotesques positions puis mimant comment il avait brisé la fenêtre.

-Tiens pour expliquer les dommages à tes parents, la presse et la CIA, pour Facebook si tu veux aussi. Je t’accorde mes droits à l’image… pour peu que j’en aie une. Ah oui et méfie-toi de la vendeuse de l’armurerie et fait des trucs bizarres avec les plantes et les flammes ! « Ce qu’on ne sait pas nous tue. »

Il reposa l’appareil photo et passa par la fenêtre pour retomber dans la ruelle. Sifflotant en marchant tranquillement dans l’allée déserte, dégainant le katana qu’il avait réussi à conserver avec la paire de pistolet. Une lame simple et acéré allant de pair avec le pommeau et la garde à l’allure sévère et dénué de toute fioriture. *L’absence est en elle-même une présence particulière* la phrase plut au néantin qui prénomma sa lame ainsi. Rengainant Absence, il s’adossa au mur de brique, il était trop intrigué par la jeune femme de l’armurerie pour s’éloigner sans rien faire et l’oublier, mais il n’était pas non plus judicieux d’y retourner aussi sec pour lui demander qui elle était.

-Ça ferait trop pot de colle, je n’ai pas envie de commencer à ruiner nos relations dès maintenant.
Il n’avait qu’une seule solution sage et préservant l’équilibre du Yin et du yang qui lui permettrait d’en apprendre plus. Bien que s’abonner à sa page facebook et twitter conviennent également. Non, même cela ferais « Parasite social » et puis rien n’était plus productif qu’une bonne séance d’observation depuis un coin sombre et une petite filature tranquille pendant qu’elle rentrerait chez elle.

Disparaissant dans un nuage de filaments de noirs, Ervayne se rendit dans un lieu sûr de sa connaissance pour déposer ses armes avant de retourner dans la rue marchande, vêtue d’un long manteau marron, d’un gilet noir surmontant une veste blanche impeccable. Les longs plis de son manteau ouvert à l’arrière permettaient de distinguer un jean banal. Les pas du néantin produisaient toujours un cliquetis métallique car il n’avait pas pris la peine de retirer ses longs rangers noirs. Et pour dissimuler son visage lisse il avait opter pour un masque de hockey, similaire à celui d’un tueur en série dans une suite de films d’horreur qu’il avait bien apprécié, évidemment le masque ne suffisant pas il s’était également munis d’une casquette noire et d’une paire de lunette de soleil. Et pour parfaire le camouflage : le journal de ce matin.

Du moins c’était sa tenue de filature jusqu’à ce que la police et les médias débarque sur le secteur de l’armurerie, afin de comprendre l’incroyable remue-ménage qu’il venait de se passer. A ce moment-là un policier un peu trop curieux eut le privilège de terminer assommé, vêtu comme Ervayne, étalé dans une ruelle, avec des paquets de bouteilles d’alcool vide l’entourant. Petits accessoires fort utiles. Ainsi donc, c’était en policier doté de rangers, d’une paire de lunette noire et d’un masque de Hockey qu’Ervayne paradait désormais dans la rue marchande.

-J’aime les menottes !

__________________________________

"Si je me bats ce n'est ni pour la gloire où l'argent... mais juste pour passer le temps"
Petit conseil : Invité, n'oublie jamais de m'offrir un cadeau... je le détesterais très probablement, mais si tu ne le fais pas Invité, c'est toi que je détesterais.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Choisissez vite mais choisissez bien.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Choisissez vite mais choisissez bien.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Erya Island :: Administration :: Sujet RP-