Erya Island

Venez incarner votre personnage fantastique (fée, ange, neko, démon...) et le faire interargir avec les autres créatures peuplant cette île.
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Quand l'appétit va, tout va ? [PV Haku oni]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Gabriel Vincent

avatar

Masculin
Poissons
Nombre de messages : 25
Age : 23

Feuille de personnage
Points d\'expériences:
0/10  (0/10)
Niveau:
1/100  (1/100)
points de vie :
10/10  (10/10)

MessageSujet: Quand l'appétit va, tout va ? [PV Haku oni]   Mer 2 Fév - 22:04

La ville était calme, très calme. La nuit avait vêtu le ciel de son manteau noir depuis pas mal de temps. Donc la nuit signifiait pour quelques-uns qu’il fallait rentrer chez soi. Pour d’autre, voir le soleil disparaitre signifiait qu’il fallait sortir, soit pour s’amuser, soit, pour certaines créatures, se nourrir. Pourtant, dans les rues, il n’y avait aucun bruits. Chaque personne était silencieuse, on ne pouvait distinguait que quelques bruits de pas. Surtout des filles, avec leurs talons. Enfaite, la nuit pouvait aussi signifier travail pour certains et certaines. On pouvait aussi trouver des personnes qui exerçait un métier qui puait la luxure. Mais il ne vaut mieux pas s’attarder sur ce sujet.
Cette nuit était plutôt belle. Aucuns nuages atténuait la lumière des étoiles et surtout de la lune. Elle était cependant assez fraiche, un petit vent soufflait de temps à autre, augmentant la fraicheur. Ce vent n’empêchait pas vraiment aux personnes de sortie de s’habiller avec des choses plutôt courte pour les femmes et bras-nus pour les hommes. Pas loin, dans cette rue, une jeune fille s’apprêtait à sortir. Elle avait rendez-vous avec des amis devant la boite de nuit. Surement pour se trémousser et boire de l’alcool jusqu’à aller en vomir. La jeune fille était habillée d’une jupe lui arrivant un peu au-dessus des genoux, de couleur blanche, des collants noirs, avec des motifs étranges. Comme haut, elle avait un simple débardeur noir, recouvert d’une veste de la même couleur que sa jupe. Elle enfila rapidement des bottines. Elle ouvrit la porte avant d’entendre quelques mots de sa mère.


    « Où tu pars Yumi ?!
    - J’vais juste voir des potes ! »


Insouciante, la demoiselle claqua la porte derrière elle avant de prendre le chemin vers la boite de nuit. Elle n’avait pas remarqué que depuis sa sortie, une ombre couleur nuit la suivait. En même temps, cette ombre était ce qu’il y avait de plus discret. La rue était presque déserte, l’ombre n’avait pas de mal à avancer sans ce faire repérer. La jeune fille devant ne se doutait pas que cette soirée allait surement être sa dernière. Qu’elle n’allait surement plus revoir sa mère et que ses amis l’attendraient indéfiniment. Que le lendemain, on allait pleurer sur son corps inerte. Elle pourrait aussi rester en vie et agoniser sur le sol en se vidant de son sang. Mais celui qui lui en voulait désirait prendre tout son sang, l’aspirer jusqu’à ce que ses veines soient vides. Il ne lui restait plus longtemps à vivre. L’ombre disparue.

La demoiselle emprunta une ruelle, un raccourcit. Une fois au milieu de celle-ci, l’ombre apparue de nouveau. Elle sauta sur l’innocente, dans son dos, une main de la couleur de la lune se plaqua sur la fine bouche de la victime. La demoiselle était tombée avant, pour le plus grand plaisir de l’agresseur. Elle était allongé sur le sol, une petite forme assise sur son dos, mais elle ne pouvait pas se relever, a chaque tentatives, elle se faisait plaquer violemment au sol. Elle ne pouvait plus rien faire, ses cris étaient étouffés par la main, elle ne pouvait pas appeler à l’aide. Elle se débattait du mieux qu’elle pouvait, mais la forme ne semblait pas vouloir la laisser partir. Progressivement, deux yeux rouges flamboyants se montrèrent sur l’ombre. La forme se pencha sur sa victime, parcourue son cou avec ses lèvres pour trouver l’endroit idéal où mordre. Oui, parce qu’ensuite, des dents blanches apparurent et deux canines se plantèrent dans la chaire tendre de la jeunesse. Une gorgée. Puis une seconde. Le bruit d’un liquide s’écoulant au fond de sa gorge pour calmer la sécheresse de celle-ci. Un liquide rougeâtre, qui s’écoula également le long du menton de la créature, sur le cou de la pauvre fille et sur le sol. Sur le sol, quelques gouttes d’eau s’écrasait sur le sol. Le ciel était pourtant toujours découvert. C’était enfaite les larmes de la malheureuse. Elle pleurait sa douleur, sa peur. Elle voulait crier, évacuer tout ces sentiments qui s’engouffrait en elle. Elle était terrorisée en se sentant petit à petit, de seconde en seconde, s’affaiblir. La créature lui aspirait son liquide vital. Sans lui, elle serait morte. Donc ce soir, elle allait mourir. Seule.

Une dernière gorgée. La dernière pour ce corps. La silhouette se redressa, finissant complètement assit sur le cadavre. La capuche tombe, laissant apparaitre le visage d’un enfant. Il essuya le rouge qu’il a sur le menton, pour lécher sa main ensuite, il ne voulait pas perdre une seule goute. Ses cheveux blonds brillait sous la lune, s’il n’y avait pas le corps sous lui, ni encore des traces rouges, on aurait pu croire voir un ange. Il se releva, s’écartant du corps. Son sang avait été un vrai régale. Il n’était pas déçu de l’avoir choisi. Cependant, il n’en avait pas eu assez et il avait besoin d’une deuxième victime. Il prit la capuche de sa cape noir et la remonta sur sa tête, pour cacher son visage. Discrètement, à nouveau, il s’éloigna de sa proie pour aller en chercher une autre, souhaitant qu’elle soit aussi délicieuse, ou même plus.
Le jeune vampire, qui répondait au doux prénom d’Anael, n’était une personne qui avait facilement pitié. Il n’épargnait jamais ses victimes, sauf peut-être lorsque c’était des enfants. Lorsqu’il mordait des enfants, il revoyait son passé. Il se rappelait des corps de ses parents, des cris de sa sœur. Et lui qui n’avait rien pu faire pour la sauver. Mais maintenant, il comprenait pourquoi Luka avait fait ça. Les vampires étaient obligé de se nourrir de sang. Il avait prit l’habitude et avait laissé sa vie humaine derrière lui. Les humains n’étaient plus que de la nourriture. Plus il buvait de sang, mieux c’était. Il resta vers la rue marchande, il était sur de trouver quelqu’un, même s’il faisait nuit. Il avança doucement, plus voyant que la première fois. Cette fois-ci, il voulait s’amuser. Il attendit qu’une personne apparaissent devant lui. Son vœux fut presque immédiatement exaucé. Il leva le visage vers la personne, avant d’arrêter sa marche. Son visage apparue grâce à la lune. Il prit un air enfantin, un regard suppliant. Il lâcha dans un murmure, tout de même audible.


    « Dis…Tu peux m’aider ?… »


Il ne se permit même pas de vouvoyer la personne devant lui, qui lui était pourtant totalement inconnue. De toute façon, à quoi bon être poli avec une personne que l’on veut tuer et qui va sans doute mourir dans les minutes à venir ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Quand l'appétit va, tout va ? [PV Haku oni]   Jeu 3 Fév - 11:44

Cette époque était différente de la mienne, complétement et sur tout les points. Les gens ne parler plus comme les gens parler auparavant, ils avaient un étrange langage que je ne comprenais pas bien et qui n'était pas poétique , j'avais entendu des jeune parler et ça m'avais complétement chambouler, c'était un peu genre: "ouaiche man... bien ou bien ?" Vous pouvez pas dire que cette phrase semblerait il typique était belle, qu'elle avait une consonance poétique. Et ce "man" ca voulais dire quoi ? Jamais je n'avais entendu un pareil mot et je ne comprenais pas ce qu'il pouvait bien signifier. A mon époque, les gens ne se déplacer pas aussi rapidement que maintenant nous restions entre village, nous n'allions guère dans d'autre village ou dans d'autre pays, d'ailleurs, nous n'avions pas le temps de partir en vacance, je ne connaissait pas ce mot. Les nouveau transport me faisait horriblement peur, elle faisait un bruis démentiel qui aurait fais pâlir un vampire, ce bruis était fort et me faisait hurler de terreur, elles allaient vraiment vite, ça me donnait mal au crane, j'étais persuader que si je me retrouver par hasard devant ses engins... J'étais mort. Leur nouveaux moyen de transport rejetait une étrange brume noirâtre qui puais. Cette étrange brume m'avais suffoquer. Il y avais terriblement beaucoup de gens à cette nouvelle époque, des centaines de personnes se baladait dans les rues, me cognant sans un mot de politesse et me noyant dans une marée humaine. J'avais vue parmi la foule, des dingue que l'ont laissait trainer dehors comme ça s'en s'inquiété, ces dernier parler tout seul comme-ci il entretenais une conversation. D'autre parler a une étrange boite rectangulaire, je ne comprenais pas qu'on les laisse se balader.

Cette ville m'étouffer, j'avais besoin d'air et de place, je devais sortir de cette rue bondé de monde. Je me mis à courir comme courser par un loup-garou, je me cognais au gens qui me hurlais dessus en disant des chose que je ne comprenais pas genre: hé du c*n regarde ou tu va. Finalement, je remarqua une rue étroite ou il ne semblait pas y avoir de monde. Je tourna rapidement, m'engouffra en courant dans la rue sale et puante. J'y repris mon souffle, a cotés de moi il y avais de frôle d'objet puant d'ou dépasser d'étrange ordure. Je me redressa rapidement, l'estomac retourner par l'odeur. J'avança un peu plus calmement, je trouver vraiment cette endroit horrible. Je continua d'avancer dans les rues l'air apeurer par toute ses nouveauté, mon livre de magi serait contre ma poitrine ou l'ont pouvait sentir mon coeur battre a une vitesse extrême, j'en voulais a la jeune fille de m'avoir réveiller a cette époque que je trouvais si sombre. La pauvre n'y était pour rien, elle ne pouvait pas savoir qu'en entrée dans cette grotte, elle allait réveillais un être qui avais des millier d'année... enfin si on pouvait vraiment dire que c'était mon age puisque je ne les avais pas vécus. Soudainement alors que je marcher, une petite voie enfantine me demander de l'aide.

étonné, je me retourna pour apercevoir un jeune garçon d'une dizaine d'année avec de fin cheveux blond , ce petit garçon avais un visage d'ange, c'était le genre de petit garçon qu'on avais envie de serrer dans ses bras et de tirer les joues. Mais quelque chose me gênée dans ce petit garçon. Le vampire n'avais pas de chance, j'étais quelqu'un d'assez intelligent qui regarder chaque détail, et ce qui me gênée dans cette enfant c'était ses yeux. Ses yeux était de couleur rouge, ses yeux était de couleur sang, cette couleur ne pouvait que signifier son appartenance à une ethnie maléfique. j'étais née avec ce genre d'apriori que je devrais apprendre a maitriser, pour moi quelqu'un avec des yeux de cette couleur était forcément maléfique, pareil un albinos ou même quelqu'un de couleur noir [je ne suis pas raciste mais mon perso vivais avant que l'Afrique soit découvert] était maléfique. Mais autre chose dans ses yeux me disait de me méfiait: son regard. En effet son regard n'était pas celui d'un enfant, il me paraisser trop intelligent et il y avais quelque chose de sauvage dans son regard, comme-ci une bête féroce et brutal l'habiter. J'en étais sur, ce monstre devant moi était bien capable de me tuer. Pour le moment, il ne semblait pas menaçant alors je décida de jouer la carte de la gentillesse mais en me méfiant. Pour moi même les être comme les démons et les vampires qui me fasciner avais le droit a de l'aide, si dieu les avais créer c'est qu'il avais le droit de vivre non ? Bien que mon regard resta fixer sur le garçon avec un air sérieux et méfiant mais un sourire amical s'afficha sur mon visage.


- Oui bien entendu mais je ne pense pas être le mieux placer pour vous aider, je viens d'arrivée dans le coin et je suis complétement perdu.

Je me rendis compte que avouer a cette créature prédatrice que j'étais perdu était une mauvaise idée. Oui... prédatrice, ce mot convenais parfaitement a ce jeune homme, quand je le regardais, ce n'ait pas un garçon que je voyais mais un ours en pleine rage près a vous sauté dessus et a vous déchiquetais. Je me demandais soudainement si cette fameuse aide qu'il me demandait n'était pas du genre retrouver son chemin, je ne sais pas pourquoi mais j'avais un très mauvais pressentiment... Qui était il ? que me voulait il ? Mon instinct me disait de courir a toute jambes et de fuir cette enfant mais je rester la a le fixer.
Revenir en haut Aller en bas
Gabriel Vincent

avatar

Masculin
Poissons
Nombre de messages : 25
Age : 23

Feuille de personnage
Points d\'expériences:
0/10  (0/10)
Niveau:
1/100  (1/100)
points de vie :
10/10  (10/10)

MessageSujet: Re: Quand l'appétit va, tout va ? [PV Haku oni]   Sam 5 Fév - 18:26

Anael ne bougeait pas, depuis ses paroles jusqu’à ce moment, son corps était resté totalement immobile. Lorsqu’il pu le faire, il se mit à regarder le moindre détail du physique de sa proie. Malgré l‘obscurité, il pu l‘observer. Celle-ci était plutôt attirante, la proie idéale, qu’il était agréable de mordre. Une proie qui n’avait pas l’air d’être difficile à avoir. Le corps devant lui semblait fin sous ses vêtements un peu…étrange. Mais les vêtement n’attirèrent pas longtemps l’attention du vampire. Il remonta plus haut pour tomber sur une chevelure brune. La bonne vue du vampire dans le noir lui permit de remarquer la couleur de ses yeux. Mais peut-être qu’au fond de lui il n’aurait jamais voulu remarquer cette couleur. La personne possède de beaux yeux verts. C’était plus fort que lui, il n’aimait pas les yeux verts. Mais en même temps il les aimait tellement. Juste parce qu’il y a longtemps, la personne la plus chère à ses yeux lorsqu’il était encore enfant, avait hérité de ces yeux. Bien que les siens étaient beaucoup plus clairs. Les yeux de la sœur d’Anael reflétait la pureté, comme leur mère. La petite avait enfaite hérité de la totalité de la beauté de leur mère. Cependant Anael n’aimait le vert que grâce aux yeux de son adorable sœur. Lui, il n’avait pas hérité de ça. Il n’avait que les cheveux d’un blond éclatant, ses yeux, étaient ceux de son père. D’un rouge rubis, comme si le sang des personnes qu’il avait tué avait rempli ses iris pour qu’il ne les oubli jamais. Son père aussi avait tué pour que ses yeux ont été de cette couleur ? Il n’en savait rien et si c’était le cas, alors son père avait bien caché son jeu. Il avait été un père tellement attentionné, mais peut-être qu’envers sa famille. Et du coup, Anael était souvent évité. Parfois, comme maintenant, lorsqu’il pensait à sa sœur, il pouvait encore entendre sa petite voix, l’imaginer tirer sur la manche de sa veste.

    « Grand frère…Si tu veux…On peut échanger nos yeux… »


Lorsqu’elle avait sorti ces quelques mots, Anael savait que même si les autres ne voulait pas de lui, il avait toujours une petite sœur sur qui compter et surtout, a protéger. Malheureusement, ces perles vertes qui scintillait de joie furent rempli de peur et souffrance, avant de s’éteindre. Ce jour, il n’avait rien pu faire pour sauver sa sœur. Il l’avait perdu d’une manière effroyable. Rien que de penser qu’il ne verrait plus jamais ses yeux, qu’il ne pourrait plus jamais l’étreindre et qu’il ne pourrait plus jamais coiffer ses merveilleuses boucles blondes, il avait envie de pleurer. Encore aujourd’hui, mais il n’avait pas qu’envie, il le faisait. Lorsqu’il repensait à la phrase de sa sœur, il se demandait s’il avait eu les yeux verts et elle, des yeux rouges, aurait-il adoré cette couleur en même temps que de la haïr ? Comment aurait-il réagit face au sang, qu’il lui est indispensable ? Ce qui est sur, c’est que peu de personne possède des yeux rouges, au moins, le sourire de sa sœur lui serait moins réapparu. Le vert apparaissaient partout…Surement que sa sœur veut lui faire comprendre qu’elle est toujours là malgré que son corps soit loin. Alors Anael ne pourrait jamais l’oublier. De toute façon, il ne voulait pas oublier les instants joyeux de son enfance, même si plus les années passaient et plus ses souvenirs s’effaçaient.

Anael sorti de sa courte rêverie. Rêvasser comme cela devant sa proie permettrait à celle-ci de s’enfuir. Mais sera-t-il capable d’offrir la mort à une personne aux yeux verts ? Bien sur. C’est cette personne qu’il a choisi. Il reprit son sérieux, ne plus penser à rien, à part à tuer. Par chance, il reçu une réponse positive de cette personne. Est-ce que c’était quelqu’un de naïf ? En tout cas, une bonne nouvelle s’offrit au vampire. Sa proie était nouvelle et en plus, elle était perdue. Sa nourriture ne connaissait donc rien à la ville, il pouvait l’emmener n’importe où pour déguster son sang. Bien, il n’avait plus qu’à passer à l’action et l’emmener dans un endroit plus isoler. Trop de personnes passaient par ici, il ne pouvait pas mordre quelqu’un devant tout le monde.
Sans prévenir, il disparut du champ de vision de sa proie pour réapparaitre derrière elle, comme s’il venait d’arrêter le temps et que seul lui pouvait bouger. Sauf qu’Anael ne possédait aucuns pouvoirs. Il avait juste était plus rapide que la normale. Un humain n’aurait pas pu remarquer son déplacement, mais il avait bien couru pour arriver de devant à derrière sa proie. Ensuite, en observant sa réaction, il murmura quelques mots avec toujours cette voix enfantine, sauf que cette fois-ci, il se permit de rajouter une petite pointe d’amusement.


    « L’aide que tu m’apportera ne nécessite pas la connaissance de cette ville. Cependant, j’aimerai que nous allions dans un endroit plus isolé. »


Anael n’avait pas surveillé son langage, un enfant ne prononcerait pas vraiment ces phrases de la même manière. C’est assez compliqué d’avoir l’apparence d’un adolescent, et encore, et d’avoir la mentalité d’une personne plus qu’adulte. Juste à la fin de ces quelques mots, un long sourire se dessina sur ses lèvres, un sourire plutôt malicieux, qui n’inspirait pas totalement confiance. De plus, ses longues dents de vampire, précédemment souillées par le sang, se distinguait parfaitement parmi les autres. Mais la personne y prêterait-elle attention ? Ensuite, une de ses mains sorti de sous la cape noir qui l’habillait. Les deux différentes se distinguait. Les doigts fins et glacés du vampire emprisonnèrent la main de sa cible dans un geste vif. Puis avec la force qu’un enfant ne pouvait pas posséder, il tira la personne dans le but de se cacher avec lui dans un ruelle.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Quand l'appétit va, tout va ? [PV Haku oni]   Lun 7 Fév - 18:18

Le prédateur qui se trouvé en face de moi resta un moment immobile, c'était la l'ocasion de partir en courant pour sauver ma vie. Pourtant durant le moment d'absence de l'étrange garçonnet je ne bougea pas d'un pouce, mon instinct me disait de fuir mais mon cotés un peu scientifique qui aimais les choses étrange et inconnue me supplier de rester pour tenter de découvrir qui était ce garçon, je savait que c'était dangereux et risquer mais je ne bougea pas. Il semblât sortir de sa rêverie car il disparue de mon champs de vision, je sursauta étonné. Comment avec t'il donc fais pour disparaitre de ma vue ? La solution qui me vins de suite a l'esprit c'est que le garçon pouvait se déplacer dans le temps et l'espace, c'est a dire, qu'il pouvais se téléporter. Cette analyse était erroné mais tout à fais logique car mon œil tout a fais humain ne pouvais pas percevoir les mouvements trop rapide du vampire, pour moi, le garçon avais disparue pour réapparaitre. Au moins cette "téléportation" m'avais fais comprendre que ma fuite n'aurais servit a rien, il m'aurait rattrapé aussi facilement qu'un loup qui pourchasse une biche handicapé. Autan dire que mon pourcentage de chance a fuir était nul. Sa voie retentit tout proche de mon oreille, me faisait frémir désagréablement. Il m'annonça que l'aide que je pouvait lui apporter n'avais rien a voir avec une visite de la ville ou l'aider a retrouver son chemin mais qu'il allais m'emmener dans un endroit un peu plus isolé. A ce dernier mot, tout mes sens se mirent en alerte, il voulais m'éloigner de la population, il voulais aller dans un endroit ou l'ont pourrais pas nous voir et surtout... On ne pouvait pas m'entendre si je crié... J'en étais sur, cette déclaration était très mauvaise pour moi, je devais refuser.

J'ouvris la bouche afin de lui annoncer que je refusé de le suivre dans cette rue sale et peu accueillante mais a peine eu-je ouvert la bouche que la main froide du garçon serra mienne. J'avais l'impression que c'était un cadavre qui avais saisit ma mains, elle était tellement froide que j'eu l'impression que tout mes muscle allait se congelé dans la seconde même. Je me rendis aussi compte que l'inconnu avais une force que son corp n'aurais pas suggérer. Sa main m'avais emprisonnée aussi surement qu'un pilori. Il me tira tellement fort que je crus que mon bras lui resterais dans la main. Pour e qui était de ces paroles, bien entendu que j'avais relevé que ce qu'il m'avais dit n'était pas des paroles qu'un enfant pouvait prononcer mais j'en était déjà arrivée a la conclusion qu'il n'était pas un véritable garçonnet, je me demandais qu'elle age il pouvais avoir. Mais ce n'était pas le moment de pensé a ça.. J'étais en danger et il fallait que je trouve rapidement une solution. Suivant le garçon, courant pratiquement car il était plus rapide que moi. Dans ma tête je me mis a réciter mentalement tout les sort de protection ou d'auto-défense ou même d'attaque que je connaissait par coeur, il me faudrait surement me défendre. Un sors me vins en tête... Oui.. à la seconde ou il me lâcherais pour m'attaquer, je l'enverrais violement contre le mur pour l'assommer puis j'invoquerais une barrière magique qui l'empêchera de m'approcher.. par contre après, il faudrait que je consulte mon livre de sort le temps que durera mon mur.


[désolé je ne suis pas aussi douer que toi, j'espère que ça te plaira]
Revenir en haut Aller en bas
Gabriel Vincent

avatar

Masculin
Poissons
Nombre de messages : 25
Age : 23

Feuille de personnage
Points d\'expériences:
0/10  (0/10)
Niveau:
1/100  (1/100)
points de vie :
10/10  (10/10)

MessageSujet: Re: Quand l'appétit va, tout va ? [PV Haku oni]   Lun 11 Avr - 12:33

Anael n’avait pas attendu une seule réponse de sa proie. Qu’elle était contre ou pour, ça lui était bien égale, lui, tout ce qu’il voulait, c’était le sang de cette personne. Et sa mort, bien évidement. Il ne prendrait pas le risque de laisser sa proie en vie. S’il le faisait, il serait vite dénoncé à la police, ou du moins, il risquerait des ennuies et il devrait quitter la ville. Ce n’était pas son but. Il voulait rester dans cette ville, Il ne l’avait pas encore totalement fouillée pour retrouver Luka. Aaah ! Luka. Bien sûr qu’il était encore à sa recherche. C’est comme si un enfant cherchait son jouet préféré. Sauf qu’un jouet ne peut pas bouger et que Luka si. Pour le plus grand malheur du blondinet. Il savait, qu’il avait parfois loupé Luka de quelques jours ou bien que parfois il était dans la même ville, mais que le vampire savait trop bien se cacher.
Anael imagine mal ses retrouvailles avec Luka. Lui, il aimerait le retrouver, pour lui parler. Mais s’il le voit, il n’arrive pas à savoir s’il serait heureux ou s’il se mettrait plutôt à pleurer, de joie ou de peine. Il se mettrait peut-être en colère ou il restera calme. Et Luka, comment réagirait-il ? Il s’enfuirait encore ? Mais Anael ne le laisserait pas fuir, pas une deuxième fois. Il voulait savoir, il ne vivait que pour le jour où il retrouvera Luka et qu’il lui expliquera le pourquoi de son abandon. Ensuite, si Luka ne veut plus rester avec lui, il se fera une raison. C’est pourtant dur, trop dur, de se séparer de la personne que l’on aime. L’amour à sens unique, c’est douloureux.

Il devait donc être le plus discret possible, à chaque proie. Le jeune garçon tirait toujours sa nourriture, cherchant du regard une ruelle isolée, où il serait sûr et certain que personne ne passe. En même temps, il faisait attention à ce que sa proie ne tente pas de s’enfuir. Pour ce faire, sa main serrait l’autre main assez fort, peut-être même trop fort. Anael avait une grande force, il ne faisait vraiment pas attention à quel point il serrait. En même temps, faire souffrir un peu sa nourriture n’était pas interdit. S’il lui broyait les os, tant pis. De toute façon, ce ne sont pas les os qui l’intéresse, mais le sang. C’est tout ce qu’il voulait de lui, juste son sang. Il allait prendre sa vie pour survivre, comme si c’était quelque chose de normal, de banal. Pour lui, ça l’est. Est-ce que le jeune garçon qui se faisait tirer par le vampire a peur à ce moment là ? Anael se posait la question sans réellement vouloir connaitre la réponse.

Enfin, il trouva son bonheur un peu plus loin. Une ruelle assez étroite et très sombre. Il avait la chance de voir dans le noir, sa proie peut-être pas. Il continua donc de tirer la personne jusqu’au bout de la ruelle qui s’avérait être une impasse. Il fit passer le jeune homme entre le mur de cette impasse et lui pour être sûr de pouvoir le rattraper si jamais il tentait de s’enfuir. De toutes les façons, il saurait rattraper le jeune homme. Le problème, c’est s’il retourne dans les rues fréquentait et courir après quelqu’un ça pourrait paraitre suspect. Anael resta silencieux un moment, fixant sa proie de loin comme s’il cherchait à savoir où il préférerait mordre. Le mieux reste dans le cou, mais quand on est assez petit, c’est parfois fatiguant de le faire. Dans ces cas là, il pouvait mordre dans le poignet, mais c’est plus pratique lorsque c’est une demoiselle, avec le coup du baisemain. Finalement, il prit un air assez mignon, alors que ses yeux rouges prirent une lueur un peu plus brillante. Son pousse alla jusqu’à ses lèvres et il se mordit nerveuse l’ongle, pour faire croire qu’il s’en voulait de faire ce qu’il allait faire. Il cherchait à faire pitié.


    « Hm…Tu sais, j’ai très soif et j’ai besoin de boire quelque chose de spécial… »


A la fin de sa phrase, Anael se mit à marcher lentement en direction du jeune homme. Ses bras se tendirent vers lui, pour glisser autour de son cou. Il releva la tête pour pouvoir fixer la personne dans les yeux, la capuche de sa cape chuta dans son dos, il dévoilait complètement son visage, mais il faisait noir. Dans l’obscurité, il se lécha le lèvre supérieur, comme s’il allait déguster une bonne pâtisserie. Un long sourire se dessina sur ses lèvres alors qu’il se mit sur la pointe des pieds pour atteindre le cou, qu’il huma.

    « Hm…Quelle bonne odeur…Dis…Tu veux bien me laisser prendre la totalité de ton sang ? »


Ses paroles n’avaient été que des chuchotements, peut-être avait-il peur qu’on l’entende. Ou tout simplement, c’était une manière pour lui d’effrayer sa proie. Il approcha dangereusement ses lèvres du cou, il effleura la peau. Ses lèvres s’ouvrirent en grand, dévoilant la totalité de ses longues dents.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Quand l'appétit va, tout va ? [PV Haku oni]   Mar 10 Mai - 14:05

Le garçon serré de plus en plus ma main, il me faisait mal tellement il serrait, je compris que le monstre a corp d'enfant n'était pas près de me lâcher et que je devrais trouver un autre sort pour m'aider et ainsi sauvé ma vie. On se retrouva dans une petite rue étroites et sombre... Les ténèbres elle pouvait m'aider, elle était mon allier, j'avais plein de sort lié aux ombres. J'avais tout de même appris la magie noir et ça allait me servir. Le garçon pris un air mignon et triste, comme-ci il n’avais pas le choix de faire ce qu'il allait faire. Je ne me laissa pas attendrir par sa tête blonde si adorable... Il voulais me tuer et ça... Je ne devais pas l'oublié... Il se dirigés vers moi, il m’enlaça, faisant frémir tout mon corp , c'était comme -ci ça me plaisé... Le danger, je trouvais ça complétement idiot.. J'étais quand même pas suicidaire à ce point ? L'enfant tueur se mis sur la pointe des pieds. Sa fine et délicate bouche était juste a cotés de mon oreilles et mon cou, près a me mordre. Il me dit enfin ce qu'il avais l'intention de faire... Prendre la totalité de mon sang, me tuer dans cette rue sombre... J'avais pas passé des milliers d'année a dormir pour mourir juste après mettre réveiller, a ça non. J'étais peut être un danger... Mais je tenais tout de même a la vie et puis le vampire était tout aussi dangereux que moi. Je ferma les yeux, j'étais d’apparence très calme mais intérieurement je carburé, finalement je trouva une formule qui me convenais. Alors dans des paroles complétement incompréhensible pour les personne non initié, je dit:

ho iot uef eércas, ertiam ed al ruelahc, sneiv a nom edia, tiurtéd sem simenne TNANETNIAM
[ si tu veux savoir XD, j'ai inverser les lettres des mots XD)

Je fixait sans ciller la jambe du garçon en lançant mon sort car bien sur, j'avais rouvert les yeux pour le lancer sinon, il aurais attérie n'importe ou. Mais je n'allais pas m'arrêter à la. Il fallait que je mette toute mes chances de mon cotés et j'étais spécialisé dans la magie noir et plus précisément les ténèbres... Hors nous étion dans les ténèbres. Je fit un petit sourire et dit au vampires.

Attention vampire... tu prend feu


je l’avais chuchoté sur le même ton que lui avais utilisé avec moi, le garçon prenait vraiment feu, le pantalon du garçon commencer a brulé, des flammes le léchée doucement. Je rouvris la bouche afin de lancer un de mes sort les plus puissant, le plus effrayant qui soit.

ho iot elèdif éilla te ecnassiup à taté'l erup, ej et ednamed ecnatissa, sneiv à iom erbénét te egètorp iom


Un pentagramme se mit a luire sur le sol juste a nos pied et je senti même mes perle frémir, j'utilisé peut être un peu trop de mes pouvoir mais bon, ma vie était en danger. Des sorte de main ténébreuse sorter de partout, un silence de mort régné. les main aller attraper le garçon pour le déchiqueté.

Je te conseillerais vivement de me lâcher... sinon on meurt tout les deux
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Quand l'appétit va, tout va ? [PV Haku oni]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Quand l'appétit va, tout va ? [PV Haku oni]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Erya Island :: Administration :: Sujet RP-